Navigation – Plan du site
Textes traduits en français

Le modèle de la domination charismatique et son application possible au « Führerstaat » d’Adolf Hitler

M. Rainer Lepsius
Traduction de Isabelle Kalinowski
Édition originale :
« Das Modell der charismatischen Herrschaft und seine Anwendbarkeit auf den “Führerstaat” Adolf Hitlers », in : Lepsius, M. R. : Demokratie in Deutschland, Götting : Vandenhoeck & Ruprecht, 1993, p. 95-118.

Entrées d’index

Note de la rédaction

Nous remercions Monsieur Oliver Lepsius pour l’aimable autorisation de publier une traduction française de ce texte.

Wir danken Herrn Oliver Lepsius für die freundliche Genehmigung, diesen Artikel in französischer Übersetzung zu publizieren.

Texte intégral

  • 1 Parmi la masse des publications, nous renverrons seulement aux articles de H. Mommsen : « La place (...)

1Le national-socialisme a-t-il été une monocratie, dans laquelle les décisions étaient déterminées conformément à la volonté d’Adolf Hitler, sur le modèle d’une dictature de chef totalitaire, ou bien la fragmentation croissante de la structure de domination a-t-elle conduit à une polycratie, dans laquelle des secteurs se sont autonomisés et ont exercé leur pouvoir sans l’accord d’Hitler, et peut-être même contre sa volonté ? La question a fait débat. Les deux positions ne remettent certes pas en cause le rôle central d’Hitler, mais reviennent à proposer des interprétations alternatives du régime national-socialiste : monocratie ou polycratie1. Il me semble possible de conjuguer ces deux thèses si antithétiques en tentant d’appliquer le modèle de la domination charismatique tel qu’il a été proposé par Max Weber. Le modèle wébérien offre l’avantage de thématiser explicitement la vieille problématique du rapport entre personne et structure et d’en proposer une approche analytique et non polarisée. Cette dimension, précisément, est importante pour analyser le système de domination national-socialiste qui, du fait de la position occupée par Hitler dans « l’État du chef » [« Führerstaat »], a été marqué à la fois par une personnalisation spécifique et par une structuration particulière.

Le modèle de Max Weber

  • 2 Weber (2013) (dorénavant abrégé en MWG I/23), p. 490
    [trad. fr. : Sociologie, trad. par I. Kalinows (...)

2 Le charisme au sens de Max Weber désigne « une qualité considérée comme extraquotidienne […] au nom de laquelle une personnalité […] est regardée comme un “chef2 ». Le charisme est donc fondé sur une relation sociale entre un porteur de charisme et un fidèle qui croit au charisme. La qualité qui est considérée comme charismatique est attribuée à une personne par ses adeptes ; de son côté, le porteur de charisme revendique la reconnaissance du charisme auquel il prétend. Une relation sociale se constitue dans laquelle la position du dirigeant, la domination exercée et la forme d’obéissance possèdent un caractère spécifique. La perspective de Weber n’est pas orientée vers une analyse de la personnalité du chef charismatique, mais de la structure de la relation sociale charismatique. Selon lui, elle possède une série de traits spécifiques.

  • 3 MWG I/23, p. 491 ; ES I, p. 321.

3 La première est la « libre reconnaissance » du charisme « par les dominés, […] née de l’abandon à une révélation, de la vénération d’un héros, de la confiance envers le chef3 ». Dans le cas du charisme « authentique », c’est-à-dire d’une relation personnelle immédiate, elle se manifeste par un « abandon tout personnel » et un « devoir ». Le dirigeant revendique l’autorité suprême, le disciple accepte l’obéissance comme un devoir. Le charismatique doit avoir la volonté de revendiquer l’autorité suprême, et celui qui le suit doit avoir la volonté de se soumettre entièrement au dirigeant. Il ne s’agit pas seulement d’une question de volonté subjective, mais aussi de la possibilité structurelle d’un comportement charismatique. Tous deux, le chef et ses disciples, doivent être dans des positions ou créer des positions qui rendent la relation charismatique possible. Non seulement le charisme est considéré comme une propriété extra-quotidienne, mais la relation charismatique possède aussi un caractère extra-quotidien et se détache du réseau des rôles et des normes du quotidien.

  • 4 MWG I/23, p. 492 ; ES I, p. 323.
  • 5 MWG I/23, p. 492 ; ES I, p. 324.

4 Il en résulte la deuxième propriété d’une relation charismatique, la dissolution des standards normatifs, procédures et formes d’organisation jusque-là en vigueur. Plus un charismatique revendique l’autorité suprême, moins il peut autoriser d’autres règles normatives et d’autres procédures de contrôle. Celles-ci limiteraient son arbitraire, soumettraient l’obéissance à des conditions. Selon la formule de Weber : « il n’existe pas de règlements, de principes juridiques abstraits, de pratique rationnelle du droit orientée en fonction de ces derniers. […] Ne font au contraire autorité, d’un point de vue formel, que des créations juridiques actuelles au cas par cas4 ». Du point de vue du contenu, le charismatique impose « de nouveaux commandements ». Il se crée lui-même une position de dirigeant qui, d’un point de vue qualitatif, est différente d’autres positions de direction, et il en va de même de la position sociale de ceux qui obéissent et forment la suite du chef. Weber se réfère à Jésus, qui disait à ses disciples : « c’est écrit…, mais moi je vous dis que… » et leur demandait d’abandonner famille et métier s’ils souhaitaient le suivre. En s’affranchissant des obligations du quotidien, les disciples étaient libres de suivre le chef et d’obéir à son message. Par leur structure, les relations charismatiques sont affectives et personnalisées. En ce sens, elles ne sont pas structurées rationnellement, elles ne se conforment pas à des critères de rationalité institutionnalisés et sont par suite, comme le souligne Weber, « spécifiquement étrangères à l’économie ». Elles se soustraient au contrôle d’une direction économique rationnelle, elles se créent une base économique en prélevant des butins, par l’extorsion violente ou pacifique, les cadeaux, la corruption ou la mendicité5.

  • a [Le terme « Verwaltungsstab » est utilisé très fréquemment par Max Weber dans sa sociologie politiq (...)

5 La troisième propriété est la conséquence de la précédente. La formation sociale qui se constitue à partir de relations charismatiques est une « communautarisation émotionnelle », dont la cohésion est liée à un attachement personnel vis-à-vis du chef et qui, lorsque la taille du groupe l’exige, est organisée par les disciples et les personnes de confiance convoquées par le chef. Les groupements de domination, qu’il s’agisse d’un mouvement, d’un parti ou d’un État, ont toujours besoin pour exercer celle-ci d’une direction administrativea (Verwaltungsstab) dont les membres sont choisis par le chef lui-même, en fonction de leur « qualification charismatique ». Ils

  • 6 MWG I/23, p. 492 ; ES I, p. 322.

« ne font l’objet ni d’une “procédure d’embauche” ni d’un “licenciement”, ils ne connaissent ni “carrière” ni “avancement”. Ils sont seulement nommés selon le bon vouloir du chef sur la base de leur qualification charismatique. Il n’existe pas de “hiérarchie” ; le dirigeant intervient seulement – le cas échéant à la demande d’un tiers – lorsqu’une insuffisance charismatique de la direction administrative est avérée de façon globale ou dans un cas précis et que celle-ci ne peut s’acquitter d’une tâche. Il n’existe pas de “district de fonction” ni de “compétences”, et les pouvoirs associés à une charge ne peuvent pas non plus faire l’objet d’une appropriation par “privilège”. Charisme et “mission” peuvent seulement connaître (le cas échéant) des limites spatiales ou objectives6. »

La structure d’un groupe charismatique ou d’un groupement charismatique se caractérise spécifiquement par la coexistence de relations strictes de commandement et d’obéissance et d’une organisation fluide et peu rigoureuse de la direction administrative. Il n’existe pas de processus de décision collectifs, ni de hiérarchie fiable, ni de procédures permanentes, ni de possibilités institutionnelles d’expression et de résolution des conflits. Des interventions ad hoc et des autorisations données de manière non coordonnée à des sous-chefs par le porteur de charisme, l’autonomisation et l’autolégitimation de membres de la suite charismatique régissent la structure interne du groupement. Un groupement charismatique est par suite à la fois rigide et peu structuré, autoritaire et anarchique, unifié et fragmenté, centralisé et non coordonné. Il est personnalisé et indifférent à toute forme de rationalisation institutionnalisée. Notamment lorsque le champ dans lequel elle s’exerce est étendu et englobe plusieurs domaines, la domination charismatique peut inclure des sous-secteurs où sont remplies des tâches de routine conformes à des règles fixes et régies par un fonctionnement bureaucratique ; il peut également arriver que des sous-secteurs s’autonomisent fortement par rapport à des relations sociales de type directement charismatique. Le fait déterminant est que la structure corresponde, de façon générale, aux caractéristiques d’un groupement charismatique, et qu’elle soit donc fondée sur des formes de loyauté personnelle et tire le fondement de sa légitimité de la croyance dans le caractère extra-quotidien du dirigeant et des obligations que les membres du groupement doivent remplir vis-à-vis de ce dernier ; mais aussi que, dans les champs d’action où il veut faire la preuve de ses capacités extraquotidiennes, le dirigeant ne voie pas son action entravée sur le fond par ses adeptes et par la structure du groupement de domination.

6La quatrième propriété d’une relation charismatique réside dans la nécessité d’une confirmation.

  • 7 MWG I/23, p. 490 ; ES I, p. 321-322.

« Si la confirmation fait défaut à long terme, si celui qui a reçu la grâce charismatique est abandonné par son Dieu ou par sa force magique ou héroïque, si le succès lui est durablement refusé, et surtout, si sa direction n’apporte pas de prospérité aux dominés, son autorité charismatique a des chances d’être perdue7. »

  • 8 Sur ce point, voir l’étude remarquable de Festinger / Riecken / Schachter (1956) : elle porte sur u (...)

La croyance dans le charisme, son attribution à une personne demeurent tributaires de la perception d’une confirmation. Les espoirs chiliastiques associés à la croyance dans le charisme ne sont pas entièrement détachés de la perception de la réalité et des intérêts de ceux qui croient en lui. Si le charisme disparaît, la relation charismatique se dissout complètement, et le charisme est, comme le dit Weber, « quotidianisé » : il fait place de nouveau à des structures de comportement institutionnalisées. La contrainte de confirmation est la première limitation de l’action du charismatique. Celui-ci doit réussir à garantir durablement la perception de sa confirmation auprès de ses adeptes et, à cette fin, la contrôler, l’interpréter et la manipuler. On peut continuer de croire malgré tout en des prophéties qui ne se vérifient pas, et l’absence de confirmation du charisme peut être réinterprétée ex post : les dissonances cognitives, de façon plus générale, peuvent être surmontées sans que les perceptions contradictoires qui les fondent ne soient en tant que telles dépassées8. La confirmation peut être obtenue d’autant plus aisément que la propension à la croyance des adeptes est renforcée, comme le dit Weber, par « l’enthousiasme, ou bien la détresse et l’espoir », autrement dit que l’orientation de l’action s’opère sur un mode émotionnel et que, pourrait-on ajouter, dans une situation précaire, les interprétations et les options d’action alternatives font défaut. Une fois qu’une position de chef charismatique s’est constituée, celui qui la détient a de fortes chances de déterminer lui-même la perception de la réalité chez ses disciples et d’exclure les options d’action alternatives en désinstitutionnalisant les processus d’élaboration d’une volonté et de décision. Un charismatique a en ce sens des chances de revendiquer avec succès la validité de son charisme et de maintenir la domination à laquelle il prétend, même s’il n’est pas en mesure, durant une période assez longue, de faire la preuve de ce dernier.

  • 9 Sur ce point, voir Weber (1975), ainsi que Lepsius (1990), p. 44 sq.

7 Comme tout idéaltype, le modèle wébérien de la domination charismatique ne correspond pas complètement à la réalité. Par suite, il n’est guère pertinent de se demander si une relation sociale est charismatique ou non ; la question du degré et de l’orientation de cette charismatisation est une interrogation plus fructueuse. Le degré de charismatisation d’une relation sociale et l’orientation de cette tendance sont variables. Plus les normes institutionnalisées sont abolies, plus le degré de charismatisation des relations sociales est élevé ; le rapport aux valeurs auquel se conforme la communautarisation charismatique dépend du type de normes ainsi modifié. Par analogie avec le modèle que Weber développe au sujet de la rationalisation, on peut se demander, en ce qui concerne les relations charismatiques : quels sont les domaines de la vie que recouvre la relation charismatique ? À quel degré de charismatisation se situe-t-elle ? Quels rapports les domaines de la vie et les relations sociales charismatisés et non charismatisés entretiennent-ils entre eux9 ?

  • 10 MWG I/23, p. 492 ; ES I, p. 325.

8 À la différence de la signification qui prévaut dans l’usage actuel du terme, le charisme ne se confond pas avec le prestige, la considération, la popularité ou le talent personnel. Le charisme fonde une relation sociale qui modifie fondamentalement la structure des comportements. Comme l’observe Weber, le charisme est une « puissance révolutionnaire » qui peut « impliquer un changement dans les grandes orientations des dispositions d’esprit et des actes et une réorientation de l’attitude adoptée à l’égard de chaque forme de vie et du “monde” en général10 ». Une situation charismatique instaure une rupture avec les structures de comportement habituelles et institutionnalisées. Un chef charismatique n’est pas seulement une personne qui inspire la confiance, qui suscite de grandes attentes ou à laquelle on attribue des compétences particulières. Un chef charismatique fonde une nouvelle position de direction, une nouvelle structure de relations sociales et une nouvelle définition cognitive de la situation d’action. Aussi vénéré et reconnu soit-il, un chef qui ne modifie pas la structure du système social dans lequel il évolue, qui remplit les attentes usuelles associées au rôle qui correspond à sa position de chef, qui autorise des procédures limitant l’arbitraire de son action, qui admet que celle-ci soit contrôlée par des institutions indépendantes et par l’opinion publique n’est pas un chef charismatique, quels que soient son prestige ou ses talents, et même si ses adeptes l’idolâtrent.

9 Il est parfois difficile de distinguer l’idolâtrie et la charismatisation d’une personnalité, les frontières sont fluctuantes. Cependant, une relation sociale charismatique se distingue clairement d’une relation sociale non charismatique par les propriétés qui ont été énumérées. Certes, elle requiert une personnalité charismatique, mais ce n’est qu’un élément parmi d’autres. John F. Kennedy a été désigné comme un président charismatique, mais il n’a pas fondé une domination charismatique ; Martin Luther King a expressément déçu les attentes de ceux qui voulaient faire de lui un chef charismatique ; Otto von Bismarck a été charismatisé après ses succès politiques, mais il est resté dans la position du chancelier de l’Empire, même s’il exerçait personnellement une plus grande influence sur la structure politique de l’Empire que la position de chancelier impérial à elle seule ne l’impliquait. Toutes ces personnalités « charismatiques » ou, mieux, charismatisées, restèrent bloquées dans des positions établies institutionnellement, elles ne modifièrent pas l’ordre de domination, même si elles élargirent, par leur action personnelle, les rôles assignés à leur position et se ménagèrent de plus grandes opportunités d’action que celles qui sont habituellement induites par celle-ci. D’un autre côté, la domination charismatique n’est pas simplement une tyrannie ni une dictature. C’est une domination légitime, dans la mesure où les adeptes croient aux vertus du dirigeant et aux valeurs qu’il promet de mettre en pratique. Napoléon était en ce sens un chef charismatique ; il en va de même d’Hitler. Par leur action personnelle, ils ont créé une nouvelle forme de domination reconnue comme légitime.

La situation charismatique latente

10 La condition préalable pour la mise en place d’une domination charismatique est l’existence d’une situation charismatique latente, d’une propension à croire à un charisme et à se soumettre à une domination personnelle directe. Cette situation charismatique latente possède deux dimensions, l’une culturelle, l’autre sociale.

  • 11 Shils (1975), p. 127.
  • 12 Cf. Struve (1973).
  • 13 Cf. Schmidt (1988).

11 Edward Shils a donné une formulation marquante de la dimension culturelle : « La propension à imputer du charisme est une potentialité de l’orientation morale, cognitive et expressive des êtres humains11. » Cette propension à la croyance charismatique est culturellement déterminée par l’idée que des puissances transcendantales influencent directement la destinée de l’homme et s’incarnent dans les qualités d’un homme. Celui-ci agit en quelque sorte au nom d’un Dieu ou, comme Hitler avait coutume de le dire, au nom de la « Providence ». Dans la culture allemande, on rencontre une propension relativement forte à croire à des forces charismatiques. Le succès improbable de Frédéric II de Prusse à la fin de la Guerre de Sept Ans fut attribué à son « génie », et il fut élevé au rang d’idole. Il en alla de même pour Bismarck, charismatisé après la fondation du Reich. La formule « les hommes font l’histoire » ne suggère pas seulement une personnalisation des événements historiques, mais aussi une dévalorisation implicite de l’importance des ordres institutionnels. Dans la culture politique allemande, on rencontre de fortes composantes anti-institutionnelles et une grande confiance dans l’efficacité des décisions politiques d’une « élite ouverte mais autoritaire12 ». Cette prédisposition latente à la direction charismatique s’est manifestée dans une grande partie de la population allemande après la défaite de la Première Guerre mondiale, à travers la méfiance envers la nouvelle constitution, le parlementarisme, la domination des partis et l’influence des groupes d’intérêt. Pour le camp autoritaire de la culture politique allemande, ceux-ci passaient pour étrangers à la germanité, pour inefficaces et pour inaptes à remplir les tâches auxquelles était confrontée la République de Weimar. Les espoirs se tournaient vers un chef encore inconnu qui rendrait à l’Allemagne sa force, se libérerait des entraves que la république parlementaire imposait à son action, guidé, non par les majorités parlementaires, mais par son « génie ». L’expérience de la guerre renforça la propension à se plier à un modèle héroïque et à fonder des espoirs, dans des situations apparemment sans issue, sur le « génie » d’un général. La charismatisation de Hindenburg et de Ludendorff fut l’expression d’une situation charismatique latente de ce type, apparue pendant la guerre. De plus, un culte du génie s’était répandu, y compris chez les intellectuels, depuis le tournant du siècle13.

  • 14 Sur ce point, voir Matthias / Morsey (1960), en particulier les contributions de E. Matthias sur le (...)
  • 15 Sur ce point, voir en particulier R. Morsey (1992).
  • 16 Cf. S. Bahne, « Die Kommunistische Partei Deutschlands », in : Matthias / Morsey (1960), p. 655-739

12 Le présupposé social d’une situation charismatique latente est la perception d’une crise. L’incapacité à surmonter celle-ci délégitime les institutions politiques, qui en sont rendues responsables ; l’espoir grandit de voir apparaître un « homme fort » qui mettra un terme à la situation de détresse. Le sentiment d’insécurité qui s’était emparé de larges parts de la population allemande avec la fin de la Première Guerre mondiale et le traité de paix de Versailles, l’instabilité des majorités politiques et des gouvernements de l’Empire, l’inflation de 1923 et la grave crise économique de 1929 renforcèrent la propension à se soumettre à une direction forte et à mettre les ordres institutionnels au service de cette dernière. Un sentiment d’impuissance et de désarroi s’était également emparé de ceux qui, à la tête des partis réunis, quelques années auparavant encore, dans la « coalition de Weimar », avaient créé les institutions de la République14. Le vote de la loi des pleins pouvoirs en 1933 marqua l’aboutissement de ce processus de délitement de la croyance dans l’ordre institutionnel ancien15. Le camp autoritaire mit à profit la crise pour abolir la constitution de Weimar, sous couvert de mettre en place un gouvernement d’état d’urgence, et pour imposer un ordre politique autoritaire, soit par le biais d’un gouvernement militaire, soit avec Hitler. Pour les communistes, enfin, la crise était seulement la preuve que le capitalisme touchait à sa fin et qu’une révolution prolétarienne allait commencer16. La délégitimation de la République de Weimar fut menée à la fois par le camp communiste et par le camp autoritaire. La crise économique déboucha ainsi sur une crise politique, dont la résolution ne pouvait passer, aux yeux de la majorité de la population, que par une rupture avec les institutions existantes.

13 Cependant, la perception d’une crise politique et économique n’induit pas en soi nécessairement la propension à placer ses espoirs dans une domination charismatique. Il faut pour cela une culture politique qui offre une telle option. En Allemagne, après 1930, les deux conditions d’une situation charismatique latente, la condition sociale et la condition culturelle, étaient réunies.

La situation charismatique manifeste

  • 17 Sur ce point, voir notamment Jäckel (1981).

14 Une situation charismatique latente ne devient manifeste que lorsqu’une revendication charismatique est formulée, lorsqu’une personne fait son apparition en promettant de surmonter la crise et que ce message est jugé recevable. En Allemagne, il se trouva une personne qui formula cette revendication et parvint à l’imposer avec succès. Ce fut la réussite personnelle d’Adolf Hitler. Sans lui, le passage à une domination charismatique en 1933 n’aurait pas été possible. Hitler proposa une définition de la situation et montra une voie permettant de surmonter la crise. Celle-ci était l’œuvre de forces du mal qui voulaient réduire l’Allemagne en esclavage et la détruire. Le système dominant était un outil corrompu et n’était donc pas capable de surmonter la crise. Le salut résidait dans la destruction des forces du mal, qui devaient faire place à des forces du bien. L’Allemagne pourrait alors renaître. La généralité mythique de cette définition de la situation et la simplification manichéenne des fronts promettaient une option claire : Hitler n’avait pas besoin d’entrer dans les détails ni de discuter d’un programme applicable. Les chefs charismatiques se réclament de valeurs ultimes, la survie, le salut face à la décadence, l’honneur, la justice, et non de la mise en œuvre de mesures spécifiques. Une mission charismatique ne peut se fonder que sur le projet de réalisation de valeurs ultimes et non sur la résolution instrumentale de problèmes « quotidiens ». Hitler ne convainquit pas par un programme précis destiné à affronter la crise, il persuada les Allemands de la nécessité de créer quelque chose d’entièrement nouveau17. Le slogan « Allemagne, réveille-toi ! » associe un vide de contenu au caractère impératif d’un ordre. Pour faire le lien entre l’invocation de valeurs abstraites et l’attente d’une résolution concrète de la crise, la culture politique doit avoir forgé préalablement des hypothèses de causalité qui donnent quelque crédit aux espoirs placés dans l’action d’une personnalité extraquotidienne.

15 La tactique d’Hitler visait à dramatiser le sentiment de crise dans un sens conforme à son offre interprétative. Il provoqua des désordres publics avec ses propres milices, évoqua le danger d’une guerre civile provoquée par les communistes et réduisit le champ de vision à une seule alternative : être du côté de l’ami ou de l’ennemi, du bien ou du mal, de la vie ou de la mort. La vision du monde dualiste et manichéenne dont il se réclamait était mise en scène au quotidien par des défilés et des combats de rue, par de grandes manifestations et des rixes en salle avec des adversaires, par des cérémonies magiques et des rituels de mort. Les campagnes électorales et l’intervention d’unités mobiles de SA couvrirent tout le territoire. Avec les théories du complot, Hitler personnalisa la perception de la crise ; il se présenta lui-même et présenta le national-socialisme comme la seule alternative au chaos.

16 Plus des alternatives en apparence inévitables infléchissent la perception de la réalité, plus la propension à choisir des valeurs ultimes comme critères d’orientation tend à se développer. Plus ces valeurs sont abstraites, moins elles sont affectées par des intérêts spécifiques et des objectifs particuliers. L’orientation en fonction de valeurs ultimes abstraites, la croyance dans des fantasmes renforcent la propension à se soumettre aux exigences d’une autorité suprême, qui n’a de comptes à rendre à personne. Une logique de circularité se met en place : la crise telle que le charismatique la définit ne peut être résolue que par le charismatique lui-même.

17 Cependant, la revendication d’un pouvoir charismatique doit se fonder sur la confirmation du pouvoir de direction du charismatique. Avant la prise de pouvoir par Hitler, la confirmation fut donnée par les victoires électorales obtenues par les nationaux-socialistes, c’est-à-dire en premier lieu par Hitler lui-même. Elles furent de fait tout à fait éclatantes et transformèrent en l’espace de trois ans seulement le système des partis allemands tel qu’il s’était développé avec une relative stabilité depuis l’Empire.

Résultats obtenus par les nationaux-socialistes aux élections de 1928-1933

1928

20 mai

Élections au Reichstag

2,6 %

1929

27 octobre

Élections au Landtag de Bade

7 %

8 décembre

Élections au Landtag de Thuringe

11,3 %

1930

22 juillet

Élections au Landtag de Saxe

14,4 %

14 septembre

Élections au Reichstag

18,3 %

1931

17 mai

Élections au Landtag d’Oldenburg

37,2 %

15 novembre

Élections au Landtag de Hesse

37,1 %

1932

13 mars

Vote présidentiel, 1er tour

30,1 %

4 avril

Vote présidentiel, 2e tour

36,8 %

24 avril

Élections au Landtag de Prusse

Élections au Landtag de Bavière

Élections au Landtag du Wurtemberg

37,1 %

32,9 %

30,5 %

29 mai

Élections au Landtag d’Oldenburg

46,3 %

19 juin

Élections au Landtag de Hesse

43,1 %

31 juillet

Élections au Reichstag

37,3 %

6 novembre

Élections au Reichstag

33 %

1933

15 janvier

Élections au Landtag de Lippe

39,5 %

5 mars

Élections au Reichstag

43,9 %

  • 18 La crise qui fit suite aux élections au Reichstag du 6 novembre 1932 a été décrite de façon très vi (...)

18La progression continue de l’électorat fut considérée comme une preuve et une confirmation, d’autant que le talent de propagande d’Hitler et son engagement personnel dans les élections focalisèrent l’attention. Les scrutins sans cesse reconduits au plus fort de la crise économique offraient à un parti démagogique et protestataire des opportunités tout à fait inhabituelles de visibilité et d’agitation. Avec les deux tours de l’élection présidentielle, deux élections au Reichstag et les élections aux Landtag de Prusse, Bavière et Wurtemberg, l’année 1932 offrit cinq occasions nationales de mettre à l’épreuve les revendications de pouvoir d’Hitler. Et même si l’accroissement de 7 % de voix entre le 13 mars 1932 et le 31 juillet de la même année fut moins spectaculaire, il put être interprété comme le signe d’une ascension irrésistible. Lorsque, lors des élections au Reichstag du 6 novembre 1932, le pourcentage de voix chuta de seulement 4 %, ce fut la première grande faille de la croyance dans Hitler. Après de nouvelles pertes de voix aux élections de décembre 1932 en Thuringe, Gregor Strasser, qui était l’homme clé de l’entourage d’Hitler, par ses fonctions de chef de l’organisation à l’échelle du Reich, se retourna ouvertement contre lui. Mais il ne fut pas suivi ; il se retira alors et lui laissa la direction du mouvement18. Lors de l’élection suivante, dans le petit État de Lippe, le 15 janvier 1933, Hitler dut confirmer son charisme. Il se soumit à cette obligation de confirmation et prit la parole, en l’espace de quelques jours, lors de 18 manifestations, dans des petites villes. Le parti obtint 39,5 %, ce qui était un chiffre inférieur aux résultats obtenus à Lippe le 31 juillet 1932, mais supérieur aux 33 % obtenus à l’échelle du Reich le 6 novembre. Le résultat du scrutin fut interprété par le parti et par l’opinion publique comme la confirmation attendue. La crise Strasser n’eut pas de suite. Les membres et les partisans du NSDAP doutaient d’Hitler, mais ils n’avaient pas de représentant susceptible de sortir de l’ombre de ce dernier ou d’en avoir seulement le désir – comme cela avait été le cas pour Strasser. L’attachement charismatique à Hitler assurait la cohésion de la direction du parti. Celui-ci ne connaissait pas de procédure de décision collective ; une revendication charismatique ne peut être soumise au vote. Après Lippe, l’autorité d’Hitler fut à nouveau incontestée.

19 Au cours de l’année 1932, on était passé d’une situation charismatique latente à une situation charismatique manifeste. Hitler avait revendiqué avec succès la direction du mouvement et gagné presque 40 % des voix dans des élections libres. Le camp « républicain » n’avait personne qui soit susceptible de tirer profit de la situation charismatique latente, il n’avait atteint la majorité aux élections présidentielles que grâce au renom de Hindenburg. Dans cette élection, Hitler s’était présenté contre Hindenburg et avait ainsi affirmé ses ambitions face à une figure symbolique largement reconnue. Le mythe du maréchal était brisé. Il fut élu avec les voix de ceux qui étaient éloignés de lui, les partisans de la coalition de Weimar, et se retrouva isolé de ceux qui étaient proches de lui, les adeptes d’un ordre d’État conservateur. Le chef militaire charismatisé de la Première Guerre mondiale n’avait jamais eu de revendication charismatique personnelle, la charge de président était pour lui un fardeau qu’il ne pouvait plus assumer avec l’âge. Il ne put recueillir les espérances charismatiques, qui se reportèrent sur un nouveau chef en la personne d’Hitler. La décadence rapide des institutions alla de pair avec la personnalisation de la vie politique. L’ordre constitutionnel fut brisé par le recours excessif et permanent à l’article 48, qui n’était plus couvert par le droit constitutionnel. À partir de 1930, les cabinets présidentiels se substituèrent aux gouvernements de majorité parlementaire. La législation ordinaire fut remplacée par des décrets d’urgence ; le Reichstag lui-même, privé de son pouvoir par des décrets de dissolution adoptés immédiatement après les nouvelles élections, se réunit de moins en moins. L’érosion du système de gouvernement parlementaire est visible dans le tableau suivant :

1930

1931

1932

Lois votées par le Reichstag

98

34

5

Décrets du président du Reich

5

44

66

Sessions du Reichstag

94

41

13

  • 19 Sur la crise économique, voir Keese (1967) ; Borchardt (1982) ; Kruedener (1992).

20Les nominations et les renvois des chanceliers du Reich Brüning, von Papen et von Schleicher furent décidés par le président et un cercle de personnes sans responsabilité politique qui avaient personnellement accès à ce dernier. Le système des partis ne remplissait plus sa fonction d’intermédiaire. Les victoires électorales du NSDAP l’avaient transformé de fond en comble. Les partis qui tenaient à préserver la constitution de la République de Weimar perdirent en 1932 la majorité des voix et des sièges au Reichstag. Un retour à un gouvernement soutenu par une majorité au Reichstag n’était possible qu’en incluant le NSDAP, et c’est ce facteur qui incita Hindenburg à nommer en fin de compte Hitler chancelier du Reich, alors même que ce dernier ne put obtenir la majorité qu’après une dissolution immédiate du parlement et l’organisation de nouvelles élections en mars 1933, où il reçut l’appui du Parti populaire national allemand (Deutschnationale Volkspartei). À cela s’ajoutèrent l’effondrement rapide de l’économie et des cadres sociaux lié à la crise économique mondiale, l’augmentation du chômage qui toucha 6 millions de personnes et le recul du revenu national à 61 % de celui de 192919. Le désarroi grandit, les institutions se délitèrent, les désordres publics se multiplièrent et la peur d’une guerre civile se répandit ; les bases de l’émergence d’espérances charismatiques étaient réunies, un chef se présenta. Il cristallisa davantage d’espoirs que le parti qu’il dirigeait ; beaucoup votèrent pour Hitler et non pour le NSDAP, c’est lui qui promettait le salut et non le national-socialisme, qui rebutait dans bien des cas par sa forme et son contenu.

La mise en place d’une direction charismatique

21 Une situation charismatique manifeste donne naissance à une direction charismatique quand un charismatique exerce de fait le pouvoir et que son entourage croit à sa mission de direction. La charismatisation d’une position dirigeante entraîne des conséquences pour la structure des relations sociales : leur modification transforme un chef élevé au rang d’idole en chef charismatique. La personne et la structure sociale s’influencent mutuellement.

  • 20 J. Nyomarkay (1967) analyse de manière remarquable la structure de stratégie de résolution des conf (...)
  • 21 Cf. Speer (1969), p. 457 sq.

22 Hitler réussit trois fois à se ménager une position de chef charismatique. En 1921, il contraignit le petit groupe que constituait son parti, analogue à une secte, à lui reconnaître des pouvoirs de chef illimités et à l’affranchir des procédures de l’association. Ses compétences de démagogue venaient tout juste de faire entrer le parti dans l’espace public et d’attirer l’attention sur lui, alors qu’il s’était jusque-là cantonné à des arrière-salles de bistrots. Il menaça de quitter le parti si une décision était prise contre sa volonté. Confronté à l’alternative d’un retour à son anonymat antérieur ou d’une acceptation de l’autorité suprême illimitée d’Hitler, le groupe se plia à ses exigences de direction. Pour la première fois, il réussit ainsi à instaurer une direction légitimée sur un mode charismatique. Après son arrestation et sa condamnation dans le cadre de la tentative de putsch à Munich, le 9 novembre 1923, il maintint intentionnellement le parti dans un état de désorganisation et empêcha la mise en place d’une nouvelle direction. Après sa remise en liberté, il put refonder le parti, le 27 février 1925, déclarer invalides tous les modes d’organisation qui avaient été mis en place entre-temps dans le cadre du mouvement völkisch et exiger d’être rétabli dans son ancienne position de direction. Pour Hitler, il n’existait pas d’objectifs politiques généraux auxquels il était susceptible ou contraint de se plier. Pour lui, soit le NSDAP était son parti, soit il n’avait plus d’importance. La possibilité d’accéder à nouveau à une direction charismatique, associée dès lors au prestige et au mythe du meneur de putsch et du prisonnier politique, lui fournit l’occasion de redonner vie au parti. Le 14 février 1926, lorsqu’il ordonna à tous les dirigeants du parti de se réunir sans délai à Bamberg, il atteignit cet objectif. Après un discours de cinq heures, il conduisit les chefs de parti rivaux et opposés du nord et de l’ouest de l’Allemagne à faire allégeance à sa personne, sans qu’une discussion sur les conflits en cours et les divergences d’objectifs politiques n’ait été menée. Gregor Strasser et Joseph Goebbels, tous deux représentants des ailes du parti opposées, renoncèrent à débattre et firent au contraire état de leur loyauté personnelle envers Hitler. Pour Goebbels, ce fut là une sorte d’expérience de conversion, dont les effets existentiels marquèrent toute sa vie. Par là, la direction charismatique d’Hitler au sein du parti reposa à nouveau sur des fondements solides. Il avait découragé toutes les tentatives de formalisation des processus de décision et toute discussion sur les objectifs idéologiques et politiques. Les conflits ultérieurs avec Otto Strasser et le chef de la SA Stennes en 1930, avec Gregor Strasser en 1932 et avec Ernst Röhm en 1934 furent résolus par des décisions personnelles d’Hitler, sans qu’intervienne une prise de décision collective et en partie par le recours à des méthodes criminelles (ce fut le cas en 1934 contre Röhm et la direction de la SA20). L’autorité d’Hitler n’en fut pas ébranlée. Au contraire, ceux qui ne voulaient pas se plier à son autorité perdirent tout soutien au sein du parti, en même temps que la qualification charismatique qu’ils avaient pu éventuellement acquérir. Seul Hitler s’imposa comme chef charismatique, même si Stennes ou Röhm avaient avec eux des hommes dévoués et si les frères Strasser jouissaient chacun de son côté d’une considération spécifique. L’autorité des membres de la suite, même s’ils remplissaient des fonctions importantes au sein de la direction administrative, demeura tributaire de l’autorité charismatique d’Hitler jusqu’à la mort de ce dernier. Chaque fois qu’Hitler réussissait à imposer ses revendications de direction charismatique, il apportait en même temps la confirmation de son charisme, une preuve de ses capacités extraordinaires. Dans la confrontation directe, personne ne pouvait lui tenir tête, le contredire ni encore moins le faire reculer, comme cela a souvent été rapporté. Même les dernières conversations d’Albert Speer avec Hitler, à la fin du mois de mars 1945, sont encore marquées par la force de suggestion communicative d’Hitler, alors que Speer s’était déjà de fait opposé à sa volonté21. Le talent personnel d’Hitler était sa capacité à subjuguer jusqu’à ses adversaires lorsqu’il était en contact direct avec eux et à imposer finalement ses décisions. Les tentatives de défier son autorité s’achevaient en général par un renouvellement des manifestations de loyauté personnelle et une reconnaissance du « génie du Führer », avec le sentiment d’un devoir d’obéissance. La force charismatique d’Hitler se confirmait précisément dans l’interaction immédiate. La troisième « prise de pouvoir » du chef charismatique intervint après sa nomination comme chancelier du Reich en 1933 et 1934. Son succès se manifesta au demeurant dans un système social beaucoup plus complexe que ne l’avait été le petit groupe local du parti-secte de 1921 ou encore le parti de 1926, devenu un mouvement.

23 Les caractéristiques structurelles de la direction charismatique se révèlent dans chacun de ces trois systèmes sociaux extrêmement différents : dans le contexte d’un petit groupe de membres en interaction directe les uns avec les autres ; dans le contexte d’une grande organisation associant différents intérêts individuels et collectifs ; enfin, dans le contexte d’un État institutionnellement différencié, englobant des groupes d’intérêts fortement organisés et différentes orientations culturelles et politiques. On peut distinguer ici une série de traits communs de la direction charismatique. La première caractéristique est l’abolition des règles formelles et des différenciations institutionnelles. L’absence de procédures pour la prise de décision, pour la nomination des responsables administratifs et pour la collaboration entre les sections du parti était déjà à l’œuvre dans l’organisation de ce dernier. Le noyau de l’organisation se composait des instances de gestion, réunissant le fichier central des membres et la caisse du parti, et de l’organe central de ce dernier, le Völkischer Beobachter ; tous deux étaient directement contrôlés par des hommes de la suite d’Hitler personnellement dévoués à ce dernier. C’est le pouvoir de disposer des finances qui assurait une cohésion entre les subdivisions du parti, dont les chefs étaient dans une large mesure autonomes. Autour de ce noyau se groupèrent au fil du temps des « appareils » toujours plus nombreux destinés à remplir des tâches crées ad hoc (politique agricole, politique de la jeunesse, presse et propagande, médecins et politique de santé, enseignants et politique d’éducation, juges et politique juridique, etc.), un service de sécurité propre au parti et les Gauleiter à compétence régionale, qui étaient les « maîtres » de l’exécutif. En parallèle, on trouvait la SA, qui disposait de sa propre répartition territoriale indépendante du parti et de sa propre structure de commandement, qui n’était liée à l’organisation du parti que de manière lâche par l’obligation d’obéissance à Hitler. Il n’existait pas de direction ou de coordination de la SA au niveau du Reich ni d’organe collectif de planification et de décision. Hitler s’entourait d’équipes personnelles dont les compétences faisaient double emploi, qui le déchargeaient du travail de routine sans pour autant limiter sa marge de décision.

  • 22 Cf. Broszat (1969), p. 68. Je me réfère à plusieurs reprises à ce livre dans cette présentation.

« Le mouvement se fondait en premier lieu sur un réseau de relations personnelles : à tous les niveaux de l’organisation du parti, on trouvait les mêmes formes de clientèle et les mêmes cliques qu’à la tête du parti. Les relations de personnes (y compris les relations de patronage, les rivalités et les querelles) revêtaient une importance beaucoup plus grande qu’au sein d’un appareil bureaucratique ordonné sur un mode hiérarchique et soumis à des règles. Comme les règles de procédure étaient secondaires, dans le parti (comme, par la suite, dans la structure de domination de l’État hitlérien), les choix de personnes et les configurations de personnes placées aux positions de pouvoir les plus importantes étaient les véritables faits constitutionnels et le facteur décisif22. »

Plus l’institutionnalisation est faible, plus la personnalisation de la direction est forte et plus celle-ci est structurée par des liens de loyauté personnelle immédiate envers le chef, plus la charismatisation de la direction est forte.

24 Alors qu’Hitler put d’emblée influencer lui-même l’organisation du parti, il fut contraint en tant que chancelier du Reich de modifier le cadre de droit constitutionnel et de droit public existant. Il s’y employa avec une extrême rapidité. Quatre semaines exactement après sa nomination, le 28 février 1933, les droits civiques constitutionnels furent abolis par le décret d’urgence « Pour la protection du peuple et de l’État ». Justifié par le péril d’une prétendue révolte communiste après l’incendie du Reichstag, ce décret ne fut jamais aboli par la suite, il resta un fondement du régime. Trois semaines plus tard, lors de la première session du Reichstag nouvellement élu, le 23 mars 1933, fut proclamée la loi sur les pleins pouvoirs, qui transféra le pouvoir législatif aux mains du gouvernement. Le principe du partage des pouvoirs fut ainsi révoqué. Les partis perdirent leur fonction, quand ils ne furent pas interdits, et leur dissolution fut effective en juillet. Le NSDAP devint parti d’État. Après la mort de Hindenburg, le 2 août 1934, la fonction de président du Reich fut elle aussi abolie et, avec elle, les droits et devoirs d’un autre organe constitutionnel. La fusion des fonctions de chancelier du Reich et de président du Reich dans la nouvelle position de « Führer » fit qu’Hitler avait définitivement les mains libres d’un point de vue institutionnel. La position de leader charismatique était à présent consolidée d’un point de vue formel : Hitler était le chef du seul parti autorisé, il était chancelier du Reich, président du Reich et Commandant suprême de la Wehrmacht.

  • 23 Sur ce point, voir Hubert (1992).
  • 24 Sur ce point, voir Neliba (1992).

25 La constitution du Reich était ainsi suspendue autant que nécessaire pour imposer les revendications de direction charismatique d’Hitler et l’application des moyens de coercition nécessaires à cette fin, mais elle n’était pas supprimée. Le Reichstag subsista, de nouvelles élections furent organisées dans le cadre de l’État à parti unique en novembre 1933, mars 1936 et avril 1938 ; il servit d’organe d’acclamation pour les déclarations gouvernementales occasionnelles d’Hitler et conserva une compétence législative nominale. Il devait en particulier renouveler régulièrement la loi sur les pleins pouvoirs, limitée à quatre ans : Hitler ne pouvait pas décréter lui-même, sur le plan formel, le fondement de ses pleins-pouvoirs législatifs23. Il n’y eut pas de nouvelle constitution nationale-socialiste. Les propositions du ministre de l’Intérieur Frick en vue d’une réforme du Reich, d’un règlement des rapports entre parti et État et de la mise en place d’une organisation étatique centralisée de l’administration ne furent pas mises en pratique24. Hitler n’y avait pas intérêt, pas davantage qu’à une nouvelle codification nationale-socialiste du droit pénal, qui lui fut proposée en 1936. Toute constitution, tout règlement juridique, quelle que soit leur orientation idéologique, ne pouvaient qu’induire des procédures contraignantes, et tout règlement de procédure ne pouvait que limiter la liberté d’action d’Hitler. La direction charismatique est affranchie de toute procédure, elle gouverne en émettant des ordres personnels, elle intervient quand et où bon lui semble, elle évite les décisions susceptibles d’engager celui qui dirige. La position de « Führer » qu’Hitler créa pour lui-même était unique, et il ne l’avait créée qu’à son propre usage. Dans son « testament politique » du 29 avril 1945, la veille de son suicide, il restaura les anciennes fonctions et nomma différentes personnes aux postes de président du Reich, de chancelier du Reich et de chef du parti.

  • 25 Sur ce point, voir Bach (1990), chapitre IV.
  • 26 Voir les extraits du journal personnel de Dönitz reproduits dans Schramm (1962) ; voir aussi Lüdde- (...)

26 La deuxième caractéristique est la suppression de toute forme de prise de décision collective. Dans le parti, il n’existait pas de conseil du parti, même si une salle de réunion avait été aménagée. Même les Gauleiter, des membres fidèles de la suite d’Hitler qui avaient été personnellement choisis comme détenteurs du pouvoir exécutif au niveau régional, ne possédaient pas de comité commun ; ils n’avaient pas le droit de se réunir à plus de trois sans autorisation expresse d’Hitler. Au niveau du gouvernement, les séances du conseil des ministres se firent toujours plus rares et cessèrent entièrement après 1937. La coordination entre les instances ministérielles était assurée par la chancellerie du Reich et par des directives et des décrets du Führer. Le principe de direction monocratique s’appliquait à tous les appareils du parti et de l’État. Au sein de leur domaine de compétence, qu’ils devaient eux-mêmes délimiter, étendre et défendre, les différents dirigeants exerçaient à leur tour une autorité transférée sur leur personne par le porteur de charisme. Il n’existait pas de représentant d’Hitler ni de procédure prévue pour sa succession. Annoncée par Hitler au moment où la guerre éclata, la convocation d’un sénat destiné à élire son successeur au cas où il mourrait ne fut pas suivie d’effet. Le principe était le choix personnel et l’octroi d’une mission par le Führer selon les critères de la qualification charismatique. Par comparaison, la position de Mussolini était bien davantage soumise à des contraintes d’ordre institutionnel25. Au-dessus de lui, il y avait toujours le roi, et même le parti possédait une instance de décision collective : le Grand Conseil du Fascisme. La destitution de Mussolini fut décidée d’un commun accord par le roi et le conseil du parti. Hitler ne pouvait être destitué : il devait se retirer ou mourir. Compte tenu de l’absence d’alternatives institutionnelles, les tentatives d’attentat étaient la seule possibilité pour écarter le Führer de son poste contre sa volonté. Du fait de leur échec, son pouvoir perdura jusqu’à l’heure de son suicide. Même si l’effondrement du Reich était depuis longtemps perceptible, il ne se trouva ni des fonctionnaires militaires ni des fonctionnaires politiques pour prendre l’initiative de contrer ce processus (à l’exception des conspirateurs du 20 juillet). Ce n’est qu’une fois que le commandant en chef de la marine de guerre, le grand-amiral Dönitz, fut informé par radio qu’Hitler l’avait désigné comme président du Reich, et que la mort d’Hitler lui fut confirmée, qu’il entreprit rapidement et de façon planifiée de provoquer la capitulation26. Une fois le pouvoir de décision suprême transféré à Hitler, ce n’est que sur ordre de ce dernier qu’il put être abrogé.

27 La troisième caractéristique d’une direction charismatique est l’aspiration à l’autonomie et le refus de principe des coalitions. Hitler se conforma à ce principe. En 1925-1926, au moment de la reconstruction du parti, il refusa toute coopération avec d’autres groupes völkisch ; en 1931, il refusa toute intégration dans le Front de Harzburg ; en 1932, il refusa d’entrer dans un gouvernement dont il ne serait pas le chef. L’entrée dans des coalitions était susceptible de remettre en cause la validité de la prétention à une direction charismatique et de placer le chef sous la dépendance de tiers. Ceux qui se perçoivent comme les envoyés d’une Providence en vertu d’une grâce extraquotidienne ne peuvent accepter des compromis contraignants ; il leur faut porter seuls le risque de l’échec. Hitler eut souvent à mener des négociations, à nouer des compromis et à conclure des pactes, mais ils ne présentaient pour lui aucun caractère contraignant. Ils obéissaient à une intention purement tactique et pouvaient être révoqués. Ce fut le cas en matière de politique étrangère, avec, par exemple, les pactes surprenants conclus avec le Vatican en 1933, avec la Pologne en 1934, avec l’Union soviétique en 1939, mais aussi, à l’inverse, en politique intérieure, avec beaucoup de non-décisions. L’idée parfois énoncée selon laquelle Hitler aurait été rétif aux résolutions arrêtées, aurait évité de prendre des décisions, est juste dans les faits mais les interprète à tort comme une difficulté d’Hitler à se décider. Son indécision était fondée sur une décision, celle de garantir les marges d’action qu’il avait lui-même définies et d’éviter de s’engager.

28 La quatrième caractéristique de la direction charismatique est la définition d’une « mission », l’orientation en fonction de la définition de valeurs suprêmes que le dirigeant charismatique promet d’atteindre. Cependant, ces valeurs ne doivent pas correspondre à des contraintes normatives pesant sur l’action. L’idéologie du mouvement charismatique doit assurer à son dirigeant à la fois une légitimation et une marge de manœuvre illimitée. Le flou et le vide de contenu de la vision du monde nationale-socialiste, souvent relevés par les commentateurs, répondaient à ces exigences. L’organisation de la domination s’affranchit des institutions tout comme l’idéologie de la domination s’affranchit de toute perspective opérationnelle. Les syndromes notionnels peuple / race et Führer / communauté circonscrivaient un rapport aux valeurs qui pouvait être rempli de manière extrêmement variable en fonction des différents groupes : sur un mode conservateur-nationaliste, chrétien-messianique, militaire-favorable à la discipline, révolutionnaire-égalitariste, raciste-militant de la race pure, terroriste-nihiliste… Pour le dirigeant charismatique, il est important de conserver le monopole de l’interprétation y compris de l’idéologie, et d’éviter que ses actes puissent être critiqués de l’extérieur au nom d’interprétations légitimes et normatives de l’idéologie. Voilà pourquoi Hitler a toujours combattu avec insistance toute codification du national-socialisme et prohibé toute discussion sur son programme, arrêté le programme du parti de 1920 sous la forme extrêmement contingente de sa première version, méprisé les idéologues du parti comme Alfred Rosenberg et identifié le national-socialisme avec sa personne. « Notre programme s’appelle Hitler » : le slogan en disait long. La radicalisation de plus en plus raciste du national-socialisme fut l’interprétation personnelle d’Hitler, la variante qu’il avait choisie mais qui ne semble pas avoir été d’emblée absolument centrale et dont les conséquences furent dissimulées. Par la construction identitaire d’une « communauté de destin » des adeptes avec la volonté du Führer qui déterminait le « destin » du collectif, une fusion idéologique s’opéra entre la croyance dans la légitimité du dirigeant et le choix de lui laisser les mains libres : ses chances de confirmer son charisme furent ainsi renforcées, tandis que les critiques se voyaient privées de toute légitimation idéologique. Le degré de personnalisation de l’idéologie sous le national-socialisme correspondait à celui d’une secte chiliastique. L’idéologie nationale-socialiste était tout à fait adaptée pour une direction charismatique : une promesse de salut collective sans concrétisation susceptible de la rendre opérationnelle. Dans l’idéal, le dirigeant définit la « misère » dont il veut libérer et choisit les moyens d’obtenir le tournant qu’il promet pour s’en libérer. Le monopole d’interprétation des objectifs et la liberté d’action et de choix des moyens maximisent les chances de direction charismatique.

29 L’identification du dirigeant avec sa suite et la proclamation d’une identité entre la seconde et le premier sont requises à cette fin. Dans son discours devant le Reichstag au début de la guerre, le 1er septembre 1939, Hitler déclara : « Si je réclame des sacrifices au peuple allemand et, si nécessaire, tous les sacrifices, c’est que j’en ai le droit. En effet, je suis moi-même prêt à apporter tous les sacrifices personnels, exactement comme je l’ai été par le passé. » Après la campagne de Pologne, Hitler déclara au commandement suprême de la Wehrmacht, le 23 novembre 1939 :

  • 27 Citations extraites de Michalka (1985), p. 11, 22, 25.

« La Providence a eu le dernier mot et m’a apporté le succès. De plus, j’ai eu une connaissance claire du déroulement prévisible des événements historiques et la ferme volonté de prendre des décisions brutales. […] Seul celui qui lutte avec le destin peut avoir les faveurs de la Providence. Au cours des dernières années, j’ai connu beaucoup d’exemples d’action de la Providence. […] Dans ce combat, je me tiendrai debout ou je tomberai. Je ne survivrai pas à la défaite de mon peuple. Pas de capitulation à l’extérieur, pas de révolution à l’intérieur27. »

  • 28 Citation tirée de Schramm (1962), p. 417.
  • 29 Cf. Jäckel (1981), (1986).

Cette déclaration d’Hitler, parmi tant d’autres, montre comment la revendication charismatique se justifie elle-même tout en exigeant une identification entre la suite du dirigeant et ce dernier. Lui-même doit être convaincu de sa mission et de sa capacité à l’accomplir, même s’il connaît des échecs et voit se profiler sa chute. La lutte pour la domination mondiale des Allemands / Germains / Aryens au terme d’une politique de purification raciale était sa mission. Elle était le produit d’une vision du monde manichéenne et était accréditée par la « Providence ». Hitler considérait qu’il était le seul à être à même d’accomplir cette mission. Juste avant son suicide et la défaite totale et manifeste de son pays, il l’évoquait encore dans son testament politique du 29 avril 1945 : « Mais surtout, j’engage la direction de la nation et ceux qui la suivent à respecter scrupuleusement les lois raciales et à résister impitoyablement contre l’empoisonneur universel de tous les peuples, la juiverie internationale28. » La vision du monde d’Hitler était plus radicale que le programme du national-socialisme ou même du fascisme à la même époque, mais elle était mise au service de la création d’une légitimité plus large et plus diffuse qu’on aurait pu l’attendre étant donnés les critères définissant sa propre mission et les conséquences et les coûts qui en découlaient29.

30 Les conditions structurelles de la direction charismatique ne sont forgées et imposées, sur le plan concret, que par une personne qui croit elle-même pouvoir revendiquer cette direction charismatique et parvient à l’imposer contre d’autres. Ceci implique toujours un recours à la violence pour étayer les conditions structurelles : la poursuite des opposants, des dissidents, des non-convertis, la répression de l’opinion publique et de la critique, la lutte contre les définitions alternatives de la situation et contre les critères de rationalité que le charismatique ne peut pas manipuler lui-même.

La structure de la domination charismatique

31Après sa prise de pouvoir, Hitler mit en place un système de domination autocratique dans un État territorial complexe et différencié. Il en résulta des conditions d’exercice de la direction charismatique qui n’étaient pas les mêmes que celles d’une secte ou d’un mouvement politique. La force contraignante de la croyance dans le charisme ne s’adressait plus à une suite susceptible d’être recrutée librement ; elle devait s’imposer aussi à ceux qui ne partageaient pas cette foi. L’équipe administrative du chef charismatique ne pouvait plus se limiter aux seuls besoins immédiats de la direction charismatique : elle devait remplir les tâches quotidiennes d’une société. Par suite, les effectifs des équipes administratives augmentèrent ; leurs membres ne purent plus être recrutés parmi les seuls « disciples ». Il fallut autoriser des critères différenciés d’élaboration des décisions. L’économie, l’organisation militaire, les rapports juridiques entre les personnes et les organisations avaient leur rationalité qui n’était pas attachée à un charisme et leur fonctionnement devait faire appel à des procédures. Le charisme « authentique » était en mesure de structurer des relations d’interaction immédiate mais ne suffisait plus dans ce cas. Sur le fond, il est peu vraisemblable qu’un État industriel moderne doté de dispositifs de fonctionnement complexes et de pôles d’intérêts spécialisés puisse être au fondement d’un système politique de domination charismatique.

  • 30 Fraenkel (1941), (1974).
  • 31 Sur cette structure de pouvoir, voir Broszat (1969) et Rebentisch (1989).

32 Ernst Fraenkel a observé très tôt la fragmentation spécifique du système juridique et administratif du Troisième Reich30. Il a diagnostiqué un « État dual », caractérisé par la juxtaposition et les recoupements entre l’administration routinière d’un « État normatif », astreinte à des procédures juridiques, et l’administration interventionniste d’un « État de décrets », non soumise au droit. Les tâches qui étaient cruciales pour imposer la volonté du Führer entrèrent de plus en plus dans la compétence du second. La thèse de Fraenkel peut être généralisée. La domination charismatique au sein d’un État territorial complexe a besoin d’une séparation spécifique entre les formes d’organisation et les critères de rationalité. Seule une partie se conforme aux besoins de l’exercice de la domination charismatique. Ni l’organisation des entreprises, ni les formes économiques ne connurent de changement ; l’armée ne fut pas remplacée par une milice nationale-socialiste ; les structures des Églises restèrent en place, tout comme les entités territoriales de l’État et leurs compétences administratives. En parallèle, cependant, un nombre toujours plus important d’administrations spéciales, dont les tâches étaient fixées directement par Hitler, virent le jour. Des postes de commissaire du Reich, des fonctions au sein du parti et des charges étatiques furent gérés en union personnelle. Il en résulta des conflits de compétences, un manque de coordination et des incertitudes quant aux responsabilités des différentes instances31.

33 Une seconde caractéristique de ce système de domination se donne ainsi à voir : la dissolution de la coordination entre des domaines de compétence fragmentés. Ce trait correspond tout à fait à la description wébérienne de l’équipe administrative dans une domination charismatique. Même des domaines de compétence organisés en interne sur un mode bureaucratique et astreint à des procédures sont déhiérarchisés, demeurent privés de coordination du point de vue de leurs procédures et ne disposent pas de critères de rationalité formelle qui leur permettent d’affirmer leur préséance. Même si les fonctionnaires qui étaient à la tête de ces secteurs n’étaient pas liés à Hitler par un attachement charismatique, ils étaient limités dans leur marge d’action : il ne leur restait plus qu’à s’adapter et à se replier sur le cœur de leur champ de compétence. Ils n’avaient plus leur mot à dire sur la mise en place des cadres et des conditions, ni sur la transmission de leurs intérêts dans le processus politique. La structure de direction de la domination charismatique peut tolérer beaucoup de structures d’action partiellement autonomes de ce type, dans la mesure où elles n’influencent pas les décisions centrales du Führer et ne peuvent pas les entraver.

34 Avec la dissolution des procédures formelles de coordination et en l’absence de solutions institutionnalisées pour les conflits, un rôle central incombait au Führer comme arbitre des conflits et instance de coordination. La monocratie qu’il revendiquait était structurellement renforcée par cette polycratie anarchique. Plus les structures partielles dépendaient, chacune de leur côté, des décisions personnelles d’Hitler, plus l’importance fonctionnelle du Führer grandissait. Cependant, la soumission fonctionnelle au Führer s’imposait même sans croyance charismatique. Il suffisait que ceux qui étaient à la tête des autorités, des organisations, des équipes de direction et des comités de coordination soient personnellement liés au Führer parce qu’ils croyaient à son charisme, parce qu’ils lui devaient leur place, parce que, sans lui, ils ne pouvaient exercer leur marge de compétence. Plus le système de décisions était personnalisé, plus l’importance de l’accès personnel à Hitler était grande. Son pouvoir charismatique immédiat dans l’interaction directe faisait partie de ses talents, et il s’en servit pour charismatiser sans cesse de nouveaux sceptiques.

35 La fragmentation et l’isolement mutuel des autorités, des groupements d’intérêts, des entreprises, des Églises, des universités, des juristes et des militaires et d’autres furent essentiellement conditionnés par la dissolution des structures intermédiaires de la société, en particulier de celles qui pouvaient imposer des contraintes politiques. La mise en œuvre de la domination d’Hitler en 1933-1934 ne passa pas seulement par l’interdiction des organisations d’opposition, mais surtout aussi par la dissolution complète de ces structures intermédiaires. La suppression de la législation parlementaire fut le premier pas, la dissolution des partis comme organes d’articulation des intérêts et organes de transmission, le second. Il en alla de même de la destruction des syndicats et de leur fusion avec les organisations patronales dans le Front du Travail allemand. La réduction des droits d’autogestion, la « mise au pas » et la centralisation des associations, l’émiettement des compétences spécifiques des Länder allèrent dans le même sens. Plus des éléments des structures intermédiaires étaient détruits, plus les capacités d’articulation et les possibilités de constitution de coalitions entre les instances qui restaient se réduisaient. L’inquiétude personnelle pour le maintien de son poste conduit à se focaliser de plus en plus sur ce qui se passe en interne et à se montrer indifférent à l’égard des évolutions politiques extérieures, ce qui constitue en retour une menace pour sa propre position. L’indifférence à l’égard des lois sur les juifs est un exemple de ce processus de perte d’autonomie et de perte d’influence, y compris chez les non-juifs. Les privations de droits civiques dont les juifs furent victimes n’affectèrent dans un premier temps qu’une minorité, mais il en résulta aussi pour la majorité des Allemands « aryens » la perte du droit fondamental à un statut juridique assuré. Si l’Église évangélique put « externaliser » l’exclusion des juifs du service public dans la mesure où ils ne faisaient pas partie de l’Église, elle fut bientôt contrainte de sacrifier aussi des membres de sa propre communauté et de limiter les exigences d’autonomie de l’Église. L’interdiction des syndicats fit peut-être le bonheur de nombre de patrons, mais ils ne tardèrent pas à s’apercevoir que, sans les syndicats, eux aussi perdaient de leur influence. La position dans un premier temps incontestée de l’armée et son renforcement semblaient favorables au corps des officiers jusqu’à ce que l’affaire Fritsch remette en cause l’idée qu’il se faisait de son honneur (ce fut déjà le cas, au fond, avec l’assassinat du général von Schleicher en 1934, qui ne fut pas sanctionné). La lutte pour le maintien d’une autonomie interne contraignit à un retrait de l’arène politique extérieure, où il n’y avait d’ailleurs plus de relais d’influence par l’intermédiaire de coalitions. Tout en continuant d’assurer leurs tâches de routine sur un mode relativement autonome, les associations, les organisations, les domaines de compétence institutionnalisés furent ainsi dépossédés de leur pouvoir, neutralisés politiquement, tout à fait indépendamment de la surveillance policière et de l’entrisme national-socialiste. De nombreuses élites de la fonction publique qui non seulement ne croyaient pas au charisme d’Hitler, mais lui étaient même hostiles devinrent ainsi des rouages du système de domination national-socialiste.

  • 32 Sur le rôle différent que jouèrent les équipes de direction dans l’Allemagne national-socialiste et (...)

36 Ce système de domination n’était charismatique que par certains aspects, mais ces aspects étaient prépondérants. L’un d’entre eux consista à mettre en place des directions administratives dépendant directement du Führer, notamment sous la forme de chancelleries qui ne travaillaient que pour ce dernier – chancellerie du Reich, chancellerie du parti et chancellerie de la Wehrmacht (le commandement suprême). Ces chancelleries étaient les équipes de l’exécutif d’Hitler : elles permettaient à ce dernier d’imposer directement sa volonté dans les administrations quotidiennes des ministères, du parti, de la Wehrmacht. À cela s’ajoutaient des équipes spéciales, comme celle des commissaires en charge du plan quadriennal, celle du ministre du Reich pour l’armement et les munitions, celle du ministère de la propagande, celle du bureau de politique étrangère du parti. Des équipes de direction charismatiques étaient particulièrement présentes dans les domaines qui étaient d’une importance cruciale pour les objectifs politiques majeurs d’Hitler : contrôle de l’opinion publique (Goebbels), instrumentalisation du parti (Heß, puis Bormann), politique étrangère (Ribbentrop), direction de la Wehrmacht (Blomberg, puis Keitel), armement (Todt, puis Speer), surveillance policière (Himmler), politique juive et plus tard assassinat des juifs (Himmler, Heydrich, Kaltenbrunner). À côté de la formation de « l’État dual » au sens d’Ernst Fraenkel, on trouve des cas où l’on taillait une équipe administrative charismatique dans l’administration régulière si les dirigeants de celle-ci étaient qualifiés d’un point de vue charismatique, c’est-à-dire liés personnellement à Hitler et considérant l’obéissance comme un devoir, même lorsqu’ils éprouvaient certaines réserves. Les équipes charismatiques empêchaient la routinisation de la domination charismatique en prenant des mesures directes en dehors des structures « normales » de domination32. Étant donné que les procédures de prise de décision collective n’étaient pas autorisées et qu’Hitler se contentait en principe de s’entretenir avec les représentants individuels, les dirigeants des équipes charismatiques ne pouvaient former de coalitions ni formuler de conceptions d’ensemble alternatives. Ils restaient des receveurs d’ordre, recevaient des missions qu’ils devaient imposer de manière autonome et étaient en concurrence les uns avec les autres pour la faveur du porteur de charisme.

37 En ce sens, le diagnostic qui envisage le système de domination national-socialiste comme une polyarchie dotée de domaines de compétence autonomes est une description tout à fait juste, mais cette polyarchie ne put acquérir une base de pouvoir et de décision autonome face à Hitler. Cette polycratie n’était par suite que le produit de la monocratie charismatique, et non son contraire. Dans la mesure où toute légalité est dérivée de la légitimité du porteur de charisme et ne peut trouver de fondement autonome, dans la mesure où les compétences d’action sont couvertes par un « ordre du Führer » et où ce fondement doit être sans cesse renouvelé, on n’a pas affaire à une polycratie dotée d’une base d’action propre, même si les instruments de pouvoir peuvent dans certains cas être importants. Dès lors que le lien avec le dirigeant charismatique est maintenu, que le fait de se conformer à ses ordres passe pour un « devoir », il ne peut y avoir d’appropriation durable de compétences et de ressources. La capacité d’Hitler à s’imposer et la rapidité avec laquelle il créait des situations d’exception toujours nouvelles empêchaient la « routinisation » du charisme, qui est le présupposé de l’appropriation de compétences et de ressources par les instances partielles d’une polycratie.

38 L’opposition contre le national-socialisme devait être dirigée contre la personne d’Hitler et était bridée par l’attachement charismatique à sa personne. Pour qu’une résistance puisse se manifester, il fallait soit attendre que son charisme s’effondre, soit écarter physiquement le porteur de charisme. La première option fut retenue pendant des années par l’opposition au sein de l’armée ; la seconde ne fut prise en considération que par une petite minorité qui regardait le tyrannicide comme justifié. Le général von Treskow faisait partie de cette minorité ; ce fut ensuite le cas du colonel von Stauffenberg. Ils comprirent qu’il fallait un attentat pour détruire la source de légitimité du régime et pouvoir envisager un changement de ce dernier. Ils ne purent préparer ce renversement que parce qu’ils étaient couverts par une organisation militaire non charismatique. Ils espéraient pouvoir le mener à bien en ayant recours aux moyens administratifs d’une bureaucratie partielle. Après la destruction de la source de légitimité, le bouleversement devait s’opérer en faisant appel à des bureaucraties non charismatisées. D’un point de vue stratégique, les deux hommes avaient bien compris les conditions d’une résistance dans un système de domination charismatique. Toutes les autres stratégies étaient fondées sur les chances individuelles d’un auteur d’attentat dépourvu de capacité d’action ultérieure ou sur l’attente d’un délitement final du charisme.

39 Mais celui-ci n’intervint pas avant le suicide d’Hitler et l’occupation presque intégrale du territoire allemand par des troupes ennemies. Le maintien de la légitimité de la politique d’Hitler, en dépit d’un nombre croissant de revers et de la détresse toujours plus grande de la population, mit à nu le noyau de la domination charismatique, la croyance irrationnelle au miracle. Le charisme prétendu put se confirmer dans les premières années, avec le recul du chômage entraîné par la politique d’armement et la dissimulation de la dette publique. Vinrent ensuite les grands succès inattendus d’Hitler dans le domaine de la politique étrangère : le retour de la Sarre, l’annexion de l’Autriche, le rattachement des Sudètes. La Seconde Guerre mondiale, déclenchée sans enthousiasme, fut en mesure de renforcer encore la croyance dans le charisme d’Hitler et de confirmer ses dons de grâce extraquotidiens, avec les Blitzkriege. Lorsque, après l’hiver 1941-42, les espoirs de victoire s’effondrèrent et que, après Stalingrad, le retrait et la chute s’amorcèrent, que le charisme ne se confirma plus, que les Allemands connurent des difficultés et une détresse croissantes au quotidien, la légitimité d’Hitler parvint malgré tout à se maintenir. La croyance ne se manifeste que lorsque la réalité la contredit. S’il n’y avait pas eu le 20 juillet 1944, le peuple allemand se serait plié à la volonté du Führer charismatique jusqu’à sa chute sans manifester de résistance.

40 Le noyau charismatique du système de domination d’Hitler consista à conforter la croyance dans une légitimité personnalisée. Après la prise de pouvoir, il ne disposait pas encore véritablement d’un fondement charismatique ; celui-ci était en quelque sorte mêlé, sur un mode syncrétique, à des composantes de légalité formelle (nomination par le président du Reich, puis majorité d’un gouvernement de coalition), auxquelles venaient s’ajouter des éléments de légitimité traditionnelle (revendication de valeurs nationales conservatrices). La croyance dans les capacités extraquotidiennes de la personne d’Hitler ne se rencontrait alors que dans une minorité de partisans convaincus. La légitimité charismatique ne devint dominante qu’avec la mise en place de la monocratie et les premiers succès survenus vers 1937, interprétés sur un mode charismatique. La transformation institutionnelle du système de domination, une propagande permanente mettant en valeur le charisme d’Hitler et l’emploi croissant de la violence pour réprimer l’opposition paralysèrent les capacités d’action et empêchèrent une interprétation cognitive alternative de la situation : les conditions d’un passage à la croyance dans l’extra-quotidienneté charismatique étaient réunies. Avec le début de la guerre, les bases de légitimité traditionnelle connurent un nouveau renforcement : la loyauté envers le commandement suprême s’imposa. Le charisme se perpétue même en cas d’échec, lorsque les causes de ce dernier sont regardées comme ne relevant pas de la responsabilité du porteur de charisme. Si les résultats négatifs du système de domination peuvent être dissociés de sa personne, celui-ci peut préserver son charisme malgré les revers. À un niveau trivial, ce phénomène trouva son expression dans la formule connue : « Si le Führer savait ça ! ». Pendant la guerre, de surcroît, les échecs furent imputés aux ennemis, dont la puissance n’apparaissait pas comme une preuve de leur supériorité morale sur le national-socialisme. La légitimité d’Hitler et son noyau charismatique étaient le produit du système de domination et de sa capacité à manipuler les critères au regard desquels le charisme devait se confirmer. Étant donné que les chances structurelles d’exercer le pouvoir de direction se situaient du côté de la communauté émotionnelle des « disciples » et que l’action des institutions était paralysée pour la population, la domination charismatique se fondait aussi sur ceux qui ne partageaient pas la croyance dans le charisme d’Hitler.

Haut de page

Bibliographie

Bach, M. (1990) : Die charismatischen Führerdiktaturen. Drittes Reich und italienischer Faschismus im Vergleich ihrer Herrschaftsstrukturen, Baden-Baden.

Borchardt, R. (1982) : « Zwangslagen und Handlungsspielräume in der großen Weltwirtschaftskrise der frühen dreißiger Jahre und wirtschaftliche Ursachen des Scheiterns der Weimarer Republik », in : id. : Wachstum, Krisen, Handlungsspielräume der Wirtschaftspolitik, Göttingen, p. 165-205.

Broszat, M. (1969) : Der Staat Hitlers, Munich ;
trad. fr. : L'Etat hitlérien. L'origine et l'évolution des structures du Troisième Reich, trad. par P. Moreau, Paris, 1985.

Fest, J. (1973) : Hitler. Eine Biographie, Francfort-sur-le-Main ;
trad. fr. : Hitler, t. 1 : Jeunesse et conquête du pouvoir 1889-1933, trad. par G. Fritsch-Estrangin, Paris, 1973.

Festinger, L. (1957) : A Theory of Cognitive Dissonance, Stanford.

Festinger, L. / Riecken, H.W. / Schachter, S. (1956) : When Prophecy Fails, Minneapolis.

Fraenkel, E. (1941) : The Dual State: A Contribution to the Theory of Dictatorship, Londres

Fraenkel, E. (1974) : Der Doppelstaat, Francfort-sur-le-Main.

Hirschfeld, G. / Kettenacker, L. (éd.) (1981) : Der « Führerstaat »: Mythos und Realität. Studien zur Struktur und Politik des Dritten Reiches, Stuttgart.

Hubert, P. (1992) : Uniformierter Reichstag. Die Geschichte der Pseudo-Volksvertretung 1933-34, Düsseldorf.

Irle, L. (1975) : Lehrbuch der Sozialpsychologie, Göttingen.

Jäckel, E. (1981) : Hitlers Weltanschauung, Stuttgart ;
trad.fr. : Hitler idéologue, trad. par J. Chavy, Paris, 1995.

Jäckel, E. (1986) : Hitlers Herrschaft, Stuttgart.

Keese, D. (1967) : « Die volkswirtschaftlichen Gesamtgrößen für das Deutsche Reich in den Jahren 1925-1936 », in : Conze, W. / Raupach, H. (éd.) : Die Staats- und Wirtschaftskrise des Deutschen Reichs 1929/1933, Stuttgart, p. 35-81.

Kershaw, I. (1980) : Der Hitler-Mythos – Volksmeinung und Propaganda im Dritten Reich, Stuttgart ;
éd. anglaise : The “Hitler Myth” – Image and Reality in the Third Reich, Oxford, 1987 ;
éd. française : Le mythe Hitler : image et réalité sous le IIIe Reich, trad. par P. Chemla, Paris, 2006.

Kruedener, J. von (éd.) (1992) : Economic Crisis and Political Collapse. The Weimar Republic 1924-1933, New York.

Lepsius, M. R. (1990) : Interessen, Ideen und Institutionen, Opladen.

Lüdde-Neurath, W. (1950) : Regierung Dönitz, Göttingen.

Matthias, E. / Morsey, R. (éd.) (1960) : Das Ende der Parteien 1933, Düsseldorf.

Michalka, W. (éd.) (1985) : Das Dritte Reich. Dokumente zur Innen- und Außenpolitik, t.  2, Munich.

Mommsen, H. (1997) : Le national-socialisme et la société allemande. Dix essais d'histoire sociale et politique, trad. par Françoise Laroche, Paris.

Morsey, R. (éd.) (1992) : Das « Ermächtigungsgesetz » vom 24. März 1933. Quellen zur Geschichte und Interpretation des « Gesetzes zur Behebung der Not von Volk und Reich », nouvelle édition, Düsseldorf.

Neliba, G. (1992) : Wilhelm Frick. Der Legalist des Unrechtsstaates, Paderborn.

Nyomarkay, J. (1967) : Charisma and Factionalism in the Nazi Party, Minneapolis.

Rebentisch, D. (1989) : Führerstaat und Verwaltung im Zweiten Weltkrieg, Stuttgart.

Schmidt, J. (1988) : Die Geschichte des Geniegedankens, Darmstadt.

Schramm, P. E. (éd.) (1962) : Die Niederlage 1945. Aus dem Kriegstagebuch des Oberkommandos der Wehrmacht, Munich.

Shils, E. (1975) : Center and Periphery. Essays in Macrosociology, Chicago / Londres.

Speer, A. (1969) : Erinnerungen, Francfort-sur-le-Main ;
trad. fr. : Au cœur du Troisième Reich, trad. par M. Brottier, Paris, 1971.

Struve, W. (1973) : Elites against Democracy. Leadership Ideals in Bourgeois Political Thought in Germany 1890-1933, Princeton.

Weber, M. (1975) :« Vorbemerkung », in : Gesammelte Aufsätze zur Religionssoziologie, t. I, Tübingen, p.  1-12 ; trad. fr : « Remarque préliminaire », in : L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, trad. par I. Kalinowski, Paris, 2000, p. 49-67.

Weber, M. (2013)  : Wirtschaft und Gesellschaft. Soziologie, Gesamtausgabe I/23, éd. par K. Borchardt et E. Hanke, Tübingen (abrégé en MWG I/23) ;
trad. fr. : Sociologie, trad. par I. Kalinowski avec la collaboration d’Y. Sintomer, Paris, 2017, à paraître.

Haut de page

Notes

1 Parmi la masse des publications, nous renverrons seulement aux articles de H. Mommsen : « La place de Hitler dans le système de pouvoir national-socialiste » (in : Mommsen [1997], p. 67-100) et de K. Hildebrand : « Monokratie oder Polykratie? Hitlers Herrschaft und das Dritte Reich » (in : Hirschfeld / Kettenacker [1981], p. 73-97), et à la bibliographie complémentaire qui figure dans ce dernier volume. Voir aussi Kershaw (1980).

2 Weber (2013) (dorénavant abrégé en MWG I/23), p. 490
[trad. fr. : Sociologie, trad. par I. Kalinowski avec la collaboration d’Y. Sintomer, à paraître. C’est cette nouvelle traduction qui sera citée ici, mais nous indiquerons également les références de la traduction existante : Weber, M. : Économie et société I. Les catégories de la sociologie, trad. sous la dir. de É. de Dampierre, Paris, 1995 (abrégé en ES I), p. 320 ; N.d.T.]
[Cf. également Weber, M. : Concepts fondamentaux de sociologie,textes choisis, traduits de l’allemand et introduits par Jean-Pierre Grossein, Paris : Gallimard, 2016 ; N.d.l.R.]

3 MWG I/23, p. 491 ; ES I, p. 321.

4 MWG I/23, p. 492 ; ES I, p. 323.

5 MWG I/23, p. 492 ; ES I, p. 324.

a [Le terme « Verwaltungsstab » est utilisé très fréquemment par Max Weber dans sa sociologie politique et en particulier dans la sociologie de la domination. Il désigne la partie de l’organisation qui implémente les décisions du chef ou de la direction, qui dirige l’administration et représente vers l’extérieur l’entreprise de domination. Dans le cas d’un État parlementaire moderne, dirigé par un chef de parti, le Verwaltungsstab comprend, dit Weber, les ministres, les secrétaires d’État et éventuellement les sous-secrétaires d’État (MWG I/23, p. 580 sq. ; ES I, p. 383). Dans le cas d’une domination charismatique “pure”, les membres du Verwaltungsstab ne sont pas, bien entendu, des fonctionnaires. Le terme est souvent traduit par État major administratif. En fonction du contexte, nous employons ici également les termes de direction administrative, équipe administrative ou équipe de direction ; N.d.l.R.]

6 MWG I/23, p. 492 ; ES I, p. 322.

7 MWG I/23, p. 490 ; ES I, p. 321-322.

8 Sur ce point, voir l’étude remarquable de Festinger / Riecken / Schachter (1956) : elle porte sur une secte qui avait prédit qu’elle quitterait la terre et ne connut pas de dissolution malgré la non-réalisation de cette prédiction ; au contraire, elle entreprit de convertir de plus belle de nouvelles personnes en donnant a posteriori l’interprétation selon laquelle Dieu n’avait pas sauvé les membres de la secte parce qu’ils étaient encore trop peu nombreux. Sur la théorie de la dissonance cognitive, voir Festinger (1957), et Irle (1975), p. 310-346.

9 Sur ce point, voir Weber (1975), ainsi que Lepsius (1990), p. 44 sq.

10 MWG I/23, p. 492 ; ES I, p. 325.

11 Shils (1975), p. 127.

12 Cf. Struve (1973).

13 Cf. Schmidt (1988).

14 Sur ce point, voir Matthias / Morsey (1960), en particulier les contributions de E. Matthias sur le parti social-démocrate et de R. Morsey sur le Zentrum.

15 Sur ce point, voir en particulier R. Morsey (1992).

16 Cf. S. Bahne, « Die Kommunistische Partei Deutschlands », in : Matthias / Morsey (1960), p. 655-739.

17 Sur ce point, voir notamment Jäckel (1981).

18 La crise qui fit suite aux élections au Reichstag du 6 novembre 1932 a été décrite de façon très vivante par Fest (1973), p. 489 sq.

19 Sur la crise économique, voir Keese (1967) ; Borchardt (1982) ; Kruedener (1992).

20 J. Nyomarkay (1967) analyse de manière remarquable la structure de stratégie de résolution des conflits d’Hitler.

21 Cf. Speer (1969), p. 457 sq.

22 Cf. Broszat (1969), p. 68. Je me réfère à plusieurs reprises à ce livre dans cette présentation.

23 Sur ce point, voir Hubert (1992).

24 Sur ce point, voir Neliba (1992).

25 Sur ce point, voir Bach (1990), chapitre IV.

26 Voir les extraits du journal personnel de Dönitz reproduits dans Schramm (1962) ; voir aussi Lüdde-Neurath (1950).

27 Citations extraites de Michalka (1985), p. 11, 22, 25.

28 Citation tirée de Schramm (1962), p. 417.

29 Cf. Jäckel (1981), (1986).

30 Fraenkel (1941), (1974).

31 Sur cette structure de pouvoir, voir Broszat (1969) et Rebentisch (1989).

32 Sur le rôle différent que jouèrent les équipes de direction dans l’Allemagne national-socialiste et dans l’Italie fasciste, voir Bach (1990).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Das Modell der charismatischen Herrschaft und seine Anwendbarkeit auf den “Führerstaat” Adolf Hitlers », in : Lepsius, M. R. : Demokratie in Deutschland, Götting : Vandenhoeck & Ruprecht, 1993, p. 95-118.

Référence électronique

M. Rainer Lepsius, « Le modèle de la domination charismatique et son application possible au « Führerstaat » d’Adolf Hitler », Trivium [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 06 octobre 2016, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://trivium.revues.org/5346

Haut de page

Auteur

M. Rainer Lepsius

M. Rainer Lepsius (1928-2014), sociologue allemand, a grandement influencé le développement de la sociologie allemande d’après-guerre. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo DVA-Stiftung
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • Revues.org