Navigation – Plan du site
Textes traduits en français

La réalisation de l’utopique : la « solution finale de la question juive » sous le Troisième Reich

Hans Mommsen
Traduction de Françoise Laroche
Édition originale :
« Die Realisierung des Utopischen : Die “Endlösung der Judenfrage” im “Dritten Reich” », Geschichte und Gesellschaft, 9, 1983, p. 381-420, réédité in : H. Mommsen : Der Nationalsozialismus und die deutsche Gesellschaft, Reinbek bei Hamburg : Rowohlt, 1991, p. 184-232.

Entrées d’index

Mots-clés :

Holocaust, Troisième Reich

Schlüsselwörter :

Holocaust, Drittes Reich

Texte intégral

  • 1 Reitlinger (1956), il fut précédé par Poliakov (1951).
  • 2 On trouve un survol de la littérature spécialisée, trop abondante pour que l’individu isolé puisse (...)
  • 3 Cf. Mitscherlich (1972), p. 27 s. et 183 s. ; Ayçoberry (1979), p. 242 s. – Parmi les récits des su (...)

1L’histoire de l’Holocauste ne peut recevoir d’explication simple. Depuis sa première description fondamentale par Gerald Reitlinger, parue en anglais en 19531, la recherche internationale s’est penchée en détail sur l’arrière-plan, l’étendue et le déroulement de la persécution et de l’extermination des juifs d’Europe2. On peut en considérer l’aspect événementiel comme élucidé. Mais l’horreur de cette culmination dans l’inhumanité dépasse la capacité d’imagination et de représentation de l’historien. La nature humaine répugne à restituer l’horreur infinie qui marqua l’activité des Einsatzgruppen (groupes d’intervention) et la destruction industrielle d’êtres humains à Auschwitz, Kulmhof (Chelmno), Belzec, Sobibor, Treblinka et Maidanek. Cela vaut également au sens objectif. Là où, à force d’asservissement et de mauvais traitements, des hommes arrivent aux limites de l’existence humaine, là où on les rabaisse à ne plus vouloir que végéter sans espoir, les derniers mécanismes moraux de la vie en communauté défaillent. Aux yeux des liquidateurs aussi bien que de ceux qui se contentaient d’être des témoins et qui se trouvaient en contact par hasard ou de façon non planifiée avec l’œuvre de mort, les victimes avaient déjà perdu la qualité d’êtres humains ; elles se situaient plus bas encore que le plus vil assassin, qui, en dépit des traitements les plus cruels que lui réserve la tradition juridique occidentale, conserve toujours la qualité de personne. Pour les juifs entassés dans les camions et les chambres à gaz, cela même ne valait plus3.

  • 4 Arendt (1966). La vivacité des réactions qui accueillirent l’interprétation d’Arendt est restituée (...)

2La disparition de tous les facteurs inhibants parmi les membres des groupes d’intervention de la SS, dans le personnel des camps de concentration chargé de la destruction, chez ceux donc qui convertissaient en réalité le programme de la « solution finale », est un aspect qu’on ne peut éluder si l’on veut expliquer ce qui s’est passé. Il n’a pas forcément de lien avec l’endoctrinement raciste et antisémite, ni avec le racisme biologique des exécuteurs et des témoins. Nous savons que beaucoup de fonctionnaires responsables de la « solution finale » n’avaient pas reçu directement d’endoctrinement raciste, et que les motivations variaient beaucoup d’un cas à l’autre. Les attitudes de subordination technocratique ont eu autant de portée que l’aveuglement raciste ou la reprise pure et simple des clichés antijuifs du national-socialisme. Hannah Arendt a parlé, dans ce contexte, de la « banalité du mal4 » ; à un certain niveau, la destruction sur ordre de la vie humaine finit par être perçue comme une entreprise artisanale parmi d’autres. Elle se situait en deçà du seuil de l’action sociale, et donc aussi morale, à l’égard d’autres humains.

  • 5 Cf. l’introduction de Broszat (1958), p. 16 s.

3La double morale des sbires SS a souvent été illustrée par l’exemple de Rudolf Höß, qui alliait son travail quotidien d’organisation de la mort à l’entretien minutieux d’une sphère privée de morale bourgeoise où étaient scrupuleusement cultivées toutes les vertus secondaires que semblaient sous-entendre les concepts – moraux seulement en apparence – de la propreté et de l’« ordre allemand 5». Les discours de Heinrich Himmler en octobre 1943, puis en janvier, mai et juin 1944 expriment, comme beaucoup de déclarations semblables, cette double morale qui veut que la « correction » dans l’action, le contrôle du sadisme, l’absence d’enrichissement personnel, le « poids de la responsabilité » justifient des actes qui, dans des conditions normales, seraient des crimes.

  • 6 Cf. Höhne (1966), p. 149 s. et 351 s.

4L’appareil SS et notamment Himmler lui-même ont particulièrement cultivé cette pseudo-morale ; mais la dissociation entre l’action criminelle et une pseudo-morale hypocrite, médiocre et souvent cynique était un trait fondamental du système tout entier. Tandis que la responsabilité morale était évacuée, un catalogue de valeurs formel et dépourvu de contenu triomphait, où des concepts traditionnels tels que l’« accomplissement du devoir », la « fidélité », l’« honneur » et le « service de la nation » étaient rabaissés à des proclamations indignes et sans cesse détournés pour légitimer les actions du régime, justifier ses responsables ou contraindre à la loyauté6.

  • 7 Sur le nombre des juifs assassinés, cf. Hilberg (1988), p. 1033 s. L’estimation de 5,1 millions d (...)

5De tels mécanismes psychiques conduisent à se demander pourquoi la politique de la « solution finale » parvint à s’imposer avec une telle évidence. Ils ne représentent qu’un facteur, lequel ne permet d’expliquer qu’en interaction avec beaucoup d’autres comment l’inconcevable, l’utopique au sens propre – l’élimination de plus de cinq millions de juifs européens – devint une réalité dans des circonstances matérielles indicibles7. Car la propagande, les sauvages tirades haineuses contre les compatriotes juifs et les minorités que l’on rencontre chez Hitler, chez Goebbels, chez Streicher, dans le « Schwarzer Korps », dans la presse quotidienne, ne peuvent expliquer à elles seules pourquoi tous ceux qui étaient directement ou indirectement impliqués dans l’entreprise de destruction des juifs ne se dérobèrent pas à la collaboration, ne serait-ce qu’en jouant la passivité. La structure psycho-politique globale qui a permis cela, tel est le véritable problème que soulève l’explication historique de l’Holocauste.

  • 8 Cf. Martin Broszat (1967), p. 77 s., Hilberg (1988), p. 603 s.
  • 9 Heinrich Himmler, le 6 octobre 1943 : « On devra peut-être se demander beaucoup plus tard si on e (...)
  • 10 Sur la destruction des traces, cf. Hilberg (1988), p. 846 s. ; cf. Rückerl (1977), p. 273 s. et pas (...)

6Car la conception qui dominait dans l’immédiat après-guerre et selon laquelle la « solution finale » aurait été accomplie par un cercle extrêmement restreint, par l’ordre assermenté de la SS, et même par celui encore plus limité des commandos « Tète de mort8 » cède du terrain au fur et à mesure que progresse la recherche. On ne peut bien sur mettre en doute le secret absolu maintenu autour de l’extermination qui succédait aux déportations ; Himmler, Heydrich et les autres participants à la mise en œuvre du programme aussi bien qu’à son développement savaient très bien pourquoi ils cachaient la destruction des juifs à la population allemande, ou plus exactement à la pseudo-opinion publique du Troisième Reich9. Il était absurde, voire grotesque, d’espérer faire disparaître toute trace de ce crime en ouvrant les fosses communes et en essayant de brûler les corps avant l’arrivée de l’Armée rouge. Ce qui était présenté comme une tâche historique de portée universelle, on voulut en même temps le cacher au monde. Une telle réaction psychologique trahit la minceur de la couche d’aberration idéologique qui céda sous la pression de la culpabilité sous-jacente10.

  • 11 Outre le discours du 6 octobre (Smith / Peterson [1974], p. 162 s.), ceux du 16 décembre 1943 (extr (...)
  • 12 Sur l’attitude changeante de Hans Frank pendant le procès, cf. Smith (1977), p. 214 s. ; Göring nia (...)

7Les victoires de l’Armée rouge et les prodromes de la défaite militaire commencèrent à détruire l’univers illusoire de cette violence politique cynique et de ces plans mégalomaniaques. Dans le même mouvement, une sorte de « gueule de bois » succéda aux crimes commis, une sorte de conscience morale revint. Le discours de Himmler à Posen (Poznan) le 6 octobre 1943 et ses efforts ultérieurs pour diffuser l’information sur la « solution finale » et répartir du même coup la responsabilité sur des épaules plus nombreuses en furent le signe révélateur11. Au demeurant, il n’était pas question de présenter après coup comme conférée par un plan une responsabilité qui avait été endossée dans l’éclairage ambigu des processus de décision du Troisième Reich. Les accusés du procès de Nuremberg n’étaient souvent même pas disposés à admettre qu’ils détenaient cette information ; comme en d’autres cas, ils rejetèrent la responsabilité sur le Führer et se présentèrent – à l’exception de Göring et à la rigueur de Speer12 – comme des subordonnés et des exécutants. Cette attitude est une illustration parfaite de la pseudo-morale petite-bourgeoise qui a fait la cohésion du Troisième Reich.

  • 13 Raul Hilberg a étudié systématiquement cette question. Cf. son étude Hilberg (1981) ; cf. Stokes (...)

8Plus qu’au début des années 1950, il est aujourd’hui clair que la « solution finale », certes réalisée « techniquement » avec des équipes relativement restreintes, n’a été possible qu’avec la collaboration de groupes assez importants. La légende selon laquelle la Wehrmacht se serait tenue totalement (ou presque) à l’écart est démentie par le fait que l’OKW et l’OKH (le haut commandement de la Wehrmacht et celui de l’armée de terre et de la marine) ont été impliqués activement dans l’élaboration des ordres criminels, et par le fait aujourd’hui avéré que des troupes y prêtèrent main-forte, aussi bien dans les territoires occupés de l’Union soviétique que dans les pays occupés de l’Europe de l’Ouest, du Sud et du Sud-Est. Les chemins de fer, la banque centrale, les organes civils d’occupation à l’Ouest, la diplomatie, l’administration civile des territoires occupés, les gendarmeries allemande ou étrangères, tous contribuèrent activement à l’Holocauste. La question obsédante qui demeure est la suivante : pourquoi ne savaient-ils pas ce qu’ils faisaient vraiment, ou pourquoi étaient-ils dans une situation où ils refoulèrent avec une rare détermination les informations qui affleuraient13 ?

  • 14 Et l’on ne peut donc que laisser de côté les écrits de l’extrême droite ; cf. Benz (1980), (1981)
  • 15 L’Institut für Zeitgeschichte de Munich prépare une étude sur ce thème.
  • 16 C’est la conception traditionnelle. Elle est représentée de la façon la plus conséquente par Jäckel (...)
  • 17 Cf. Auerbach (1977), p. 8 s. et la littérature citée dans la note 33 ; on renverra aussi à l’étud (...)

9La recherche sérieuse14 est unanime dans sa description des processus de déportation et de destruction ; tout au plus la question – qui ne saurait affecter le jugement global – de l’estimation du nombre des victimes15laisse-t-elle le champ à des controverses marginales. Dans l’analyse des causes, on trouve en revanche le plus large éventail d’opinions, parfois contradictoires ; vu la portée universelle du sujet, il serait étonnant qu’il en aille différemment. Aujourd’hui encore, l’opinion perdure dans les milieux de la recherche que Hitler a concrètement évoqué lui-même, dès l’origine, l’extermination des juifs et qu’il en a fait un objectif à long terme16. Les déclarations faites par le dictateur à ce propos dans la période suivante, qui ont été soigneusement recueillies, n’en fournissent assurément pas de preuve irréfutable. De plus, la formulation verbale d’un tel projet n’a rien d’inhabituel : c’est la mise en scène typique des fantasmes des antisémites radicaux depuis la fin du XIXe siècle17. Les modalités d’action concrètes de Hitler dans les années 1920 se situent plutôt en retrait par rapport à ces fantasmes.

  • 18 Cf., pour un exemple, Hilberg (1988), p. 544.
  • 19 Cf. Mommsen (1997), notamment p. 94 s. ; Schleunes (1970), p. 73 et 258 s. ; Adam (1972), p. 163  (...)
  • 20 La relation dans Adam (1972), p. 125 s. doit être complétée par le fait que l’adoption, par le Re (...)
  • 21 A propos de l’attitude évasive de Hitler dans le règlement de la question des « sang-mêlé » et des (...)

10Il est incontestable que la haine des juifs joua un rôle décisif dans la vision du monde hitlérienne ; la recherche a, en revanche, porté des jugements divers sur le degré d’intervention du dictateur dans les détails de l’exclusion, de la désintégration sociale, de l’expropriation économique et de la privation totale de droits. Un consensus existe sur le fait que Hitler donna son aval à l’intensification progressive de la persécution de la population juive, et qu’il joua ainsi le rôle d’instance de légitimation. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il ait inspiré le détail de chacune de ces étapes. Ici comme en de nombreux cas de politique intérieure, il n’intervint qu’exceptionnellement, souvent sur la base d’informations qui lui avaient été rapportées de façon informelle18. De même, en une série d’occasions qui auraient exigé son arbitrage direct entre des stratégies concurrentes, il recula devant des décisions claires et définitives, et se révéla sensible à diverses influences personnelles. A chaque fois qu’il était confronté à des alternatives concrètes, il avait coutume de choisir non pas la solution extrême, mais une solution modérée19. On voit bien que, lors de la genèse des lois de Nuremberg, Hitler ne suivit pas les plus audacieux – par exemple dans le cas de l’« article sur l’aryanité » –, mais qu’il tendit généralement à encourager les solutions de compromis, même s’il varia souvent dans ses positions20. Ce qu’illustre également sa réaction à la question, qui lui fut soumise en 1942, de la déportation des conjoints juifs des « couples mixtes privilégiés » jusqu’alors épargnés, et de son application aux « sang- mêlé21 ».

  • 22 Cf. Hildebrand (1971), p. 26 s. ; (1976b), p. 237 s. et passim ; Jacobsen (1976), p. 172 s. ; Kuh (...)
  • 23 Cf. Fest (1973) ; Broszat (1970), p. 401 s.

11Le comportement de Hitler suggère différentes interprétations. Si l’on retient l’hypothèse qu’il repose à l’origine sur l’idée que la « question juive » pourrait trouver sa « solution » à l’occasion d’une entreprise guerrière, et que Hitler aurait agi selon un plan conçu à l’avance, on pourrait interpréter sa prudence tactique et ses précautions, parfois aussi sa simple négligence à intervenir, comme un élément déterminant – mode d’explication qui a été particulièrement développé à propos de sa politique étrangère22. C’était pour ainsi dire une seconde nature chez Hitler que de prendre des décisions lorsque la situation était plus que mûre ; il n’attendait cependant pas ce moment avec la certitude somnambulesque que décrivent les mises en scène de la propagande. Et ce recul devant les décisions n’était pas une constante absolue. Les incertitudes auxquelles il se trouvait confronté et qu’il percevait instantanément avec un trouble profond – dissimulé sous la mégalomanie, la jovialité, la dureté, l’obstination et, il ne faut pas les oublier, les tirades rhétoriques – se muaient en activisme inquiet, en surenchères de décisions, en poses qui peuvent se lire comme une fuite en avant23.

  • 24 Sur le boycottage d’avril, cf. Genschel (1966), p. 43 s. L’annonce du boycottage est antérieure a (...)
  • 25 Cf. les descriptions de Graml (1958) et Adam (1972), p. 206 s. Il n’est absolument pas acquis que (...)
  • 26 Adam (1972), p. 196, remarque qu’« en dernière instance le Führer définissait seul la politique j (...)

12On ne signale, à ma connaissance, aucun comportement de ce genre à propos de la « question juive ». Ces mesures qui firent une réalité de l’élimination croissante des juifs de la vie quotidienne de l’Allemagne, qui restreignirent puis dénièrent totalement le droit des juifs à une existence civile, ces étapes dans l’escalade de la discrimination qui s’achevèrent temporairement par la transformation des juifs en parias sociaux, ne sont pas le fruit d’initiatives directes du dictateur. Cela vaut pour le boycottage d’avril 1933, pour les « lois de Nuremberg » – dont la place dans la persécution des juifs est peut-être surestimée, si détestable que soit leur contenu24 –, pour le déchaînement du pogrome de novembre 1938 par Joseph Goebbels25, et pour la politique d’aryanisation qui lui succéda et dont Hermann Göring fut l’initiateur26.

  • 27 Cf. Schleunes (1970), p. 90 s., 97 s.
  • 28 Cf. Mommsen (1997), p. 81 s.

13Il ne s’agit pas ici d’affirmer que de tels événements se sont produits sans le consentement, voire sans l’encouragement de Hitler. Sur la toile de fond des préjugés idéologiques et de la mécanique qui déclenchèrent les persécutions « incontrôlées » des juifs, ces mesures, que l’on peut interpréter après coup comme une amplification programmée et cynique du problème, sont nées des esprits et de l’ambition sans borne de satrapes déchirés par leurs rivalités. L’espoir problématique d’entraîner la population à des actions de boycottage puis à des pogromes ne s’étant pas concrétisé, Goebbels finit, on le sait, par choisir la voie de l’élimination légale qui se révéla un grand succès27. Il est difficile d’y découvrir la trace d’une ligne tactique discutée dans le détail avec Hitler. Les procédures législatives étaient bien ce qui le préoccupait le moins ; il a pu tout aussi bien accepter ce dispositif parce qu’il ne contrecarrait pas sa politique extérieure. Mais il ne comprenait guère les luttes des bureaucraties pour prendre en main la « question juive », et sa sympathie allait plutôt aux méthodes musclées des éléments radicaux du NSDAP28.

  • 29 Cf. Genschel (1966), p. 46 s.
  • 30 Cf. infra, p. 195 s.

14Hitler ne s’est pratiquement pas intéressé à la mise en œuvre de son programme antisémite ; ses interventions occasionnelles ne laissent supposer l’existence d’aucun projet concret. L’important est pour lui, ici comme toujours, l’aspect propagandiste. Son rôle dans le boycottage du 1er avril 1933, échec lamentable et précipitamment interrompu, est révélateur. Vis-à-vis de l’extérieur, il resta en retrait, alors même qu’il avait approuvé l’initiative de Goebbels et en avait confié la responsabilité à Julius Streicher, et il défendit ces mesures face aux violentes critiques du cabinet en expliquant qu’il n’existait pas d’autre moyen de canaliser la « colère du peuple29 ». Il était en fait fasciné par l’idée, martelée au même moment par Goebbels, que les juifs allemands pouvaient servir d’otages pour imposer aux nations occidentales un comportement docile en politique étrangère. Ce qui avait été à l’origine une solution propagandiste dictée par la nécessité devint un leitmotiv qui s’imposa dans une foule de déclarations ultérieures de Hitler30.

  • 31 Jäckel (1981), p. 72 s. ; Krausnick (1965), p. 338 s. ; cf. Adam (1972), p. 235 s. La paraphrase (...)
  • 32 Cf. Irving (1977), p. 311 s.

15Quand Hitler menaçait d’exercer une vengeance terrible contre la « juiverie mondiale » et d’exercer une sorte de loi du talion en répliquant par la destruction des juifs d’Allemagne en cas de déclaration de guerre à l’Allemagne, il se situait dans le registre de la pression propagandiste. Beaucoup de chercheurs ont vu dans ces propos la preuve incontestable que Hitler était absolument déterminé à entreprendre par tous les moyens une croisade exterminatrice contre la « juiverie internationale ». Et, surtout, la répétition de cette menace a été considérée comme une décision de déclencher de façon planifiée l’extermination des juifs qui se trouvaient entre les mains allemandes31. Il est hors de doute que l’univers mental de Hitler reposait sur les catégories de l’élimination physique des juifs et aussi, il faut le dire, de nombreuses autres populations. Hitler n’hésita pas à coucher noir sur blanc l’ordre de liquidation délibérée de populations slaves, de même qu’il donna 1’instruction expresse de laisser mourir de faim la population de Leningrad assiégée32.

  • 33 Ibid., p. 576 ; sur ce thème, cf. Broszat (1977), p. 759 s. et Fleming (1982), p. 29 s. et passim
  • 34 Informations confidentielles de la chancellerie du Parti, IfZ, Db 15.06 ; cf. Broszat (1977), p. 76 (...)
  • 35 Cf. Fleming (1988), p. 180 s. Il y a une contradiction évidente : d’une part, sur instruction de Hi (...)

16Dans le cas de la « solution finale », Hitler se montra plus conséquent que Himmler – qui, dans les discours déjà cités de la fin de la guerre, mentionna l’extermination systématique des juifs qui se trouvaient entre les mains des Allemands – et respecta jusqu’à la fin le tabou posé sur son contenu. Ce qui a conduit David Irving à affirmer qu’avant le 7 octobre 1943 Hitler n’était pas informé dans le détail de la destruction des juifs entreprise depuis plus d’un an et demi, et qu’il ne le fut ensuite que de façon informelle33. On peut suivre Irving en ce que les mesures d’extermination n’ont été discutées ni officiellement ni en privé au quartier général. Dans ses déclarations, Hitler n’a jamais été au-delà de l’affirmation selon laquelle « les juifs sont convoqués pour être engagés à un travail adéquat », formule que Martin Bormann diffusa dans une circulaire confidentielle aux Reichsleiter et aux Gauleiter du NSDAP le 11 juillet 1943, afin de mettre un terme aux rumeurs circulant sur le « traitement particulier » appliqué aux juifs déportés34. Le respect – attesté chez Himmler – des conventions verbales du régime, qui apparaît de façon frappante dans le cas des rapports du statisticien SS Korherr35, montre que le secret et l’observation de ces règles linguistiques régnaient jusque dans la correspondance interne.

  • 36 « Les juifs sont détruits chez nous. Les juifs n’ont pas fait le 9 novembre 1938 impunément, ce jou (...)

17Hitler avait toutefois exprimé sans détour un antisémitisme racial quasi paranoïaque dans d’innombrables déclarations officielles et privées. On y retrouve sans cesse des tournures typiques de la langue du Stürmer, la qualification des juifs de « bacilles », d’agents pathogènes, de vermine dangereuse qu’il faut détruire. Cette terminologie, qui caractérise aussi l’aile antisémite radicale du Parti et la SS, est permanente ; elle ne permet pas de conclure que le passage à l’Holocauste représente l’exacerbation de ce mode d’expression. De façon révélatrice, ces déclarations restent totalement dans le registre des métaphores de la propagande. A l’exception de la remarque adressée au début de 1939 au ministre tchèque des Affaires étrangères Chvalkowsky – « les juifs sont détruits chez nous36 » –, on ne trouve aucune prise de position renvoyant directement à la politique de génocide qui s’accomplissait alors.

  • 37 Jochmann (1980), p. 44. Cf. Broszat (1977), p. 757.
  • 38 Cf. la présentation fondamentale de Krausnick / Wilhelm (1981), notamment la remarque de Wilhelm p. (...)
  • 39 Goebbels-Tagebücher (Lochner [1948]), p. 87 s. et Broszat (1977), p. 758.

18Quelques déclarations semblent aller plus loin. Le « propos de table » du 25 octobre 1941 rapporte les paroles suivantes de Hitler : « Ce n’est au demeurant pas une mauvaise chose que la rumeur publique nous attribue un plan d’extermination des juifs37. » Cette remarque, faîte à propos de l’évocation de la possibilité d’anéantir les juifs dans les « marais de la Russie », s’accompagne de cette affirmation fort éclairante : « La terreur est une chose salutaire. » Cela se rapporte au vaste programme de massacres par les « groupes d’intervention », qu’on ne peut cependant identifier au futur programme de « solution finale » dont il est le précurseur38. Les « propos de table » du 23 et du 27 janvier 1942 ainsi qu’une remarque de Goebbels pour le 14 février 1942 (« Le Führer expose une fois encore qu’il est décidé à débarrasser sans hésitation l’Europe des juifs39 ») offrent un tableau identique : menaces massives contre les juifs, soutien appuyé au programme de déportation, mais aucune reconnaissance d’intentions effectives d’extermination.

  • 40 40 Hillgruber (1970), p. 232 s., 245, 256 s. ; conversations avec Antonescu du 13 avril 1943 et a (...)
  • 41 Broszat (1977), p. 773 s. Il est révélateur que la langue de Ribbentrop ait été beaucoup plus direc (...)
  • 42 Cf. Hilberg (1988), p. 875 et Schirach (1956), p. 187 s.
  • 43 43 Cf. Stierlin (1975), p. 118.

19Dans ce contexte, il faut aussi rappeler les entretiens de Hitler avec le maréchal Antonescu et l’amiral Horthy à la mi-avril 1943, au cours desquels le dictateur, face au langage direct de ses visiteurs hongrois, s’échappe une fois de plus dans la rhétorique antisémite40. Martin Broszat a bien analysé la réaction de Hitler en soulignant son art éprouvé de réinterpréter les situations et de transformer les faits, que l’on retrouve désormais dans toutes les déclarations qui ouvrent une perspective sur la réalité de l’action criminelle41. La réaction de Hitler aux réserves émises par Mme von Schirach, qui a visiblement été rapportée de façon fidèle42, témoigne du comportement instinctivement défensif de Hitler et de son refus de parler directement des faits43. La déclaration qui se rapproche le plus d’une reconnaissance de la politique de génocide est le discours secret de Hitler devant les généraux et les officiers de la Wehrmacht le 26 mai 1944, dans lequel il explique avec des accents apologétiques :

« En mettant les juifs à l’écart, j’ai éliminé la possibilité que se constitue un noyau révolutionnaire ou que se forme un foyer infectieux. On peut bien sûr me dire : Certes, mais n’auriez-vous pas pu choisir une solution plus simple - non : pas plus simple, car tout aurait été alors plus compliqué-, mais plus humaine ? »

  • 44 Pers. Stab RFSS, IfZ, MA 316, f. 4994 s.

On est d’abord frappé par la coïncidence de fond entre cette justification et les positions prises peu avant par Himmler. Mais il évoque à nouveau uniquement la déportation des juifs vers l’Est, et non leur extermination massive ; la mention d’une solution prétendument « plus humaine » est, dans ce cas, une allusion pas tout à fait consciente à l’extermination. Malgré tout, cette déclaration, comme toujours allusive, montre que Hitler lui-même, surtout après la reprise de ce sujet par les informations alliées – se sentit obligé de se justifier, ce qu’il compensa psychologiquement, comme d’habitude, par l’accusation agressive de l’adversaire supposé44.

  • 45 Ainsi Jäckel (1981), p. 77 s., et après lui Hildebrand (1976a), p. 78 s.
  • 46 Fleming (1988), p. 83 s. ; Irving (1977), p. 391 s. Pourquoi Hitler aurait-il dû enfreindre les règ (...)

20Il est difficile de clore la polémique déclenchée par David Irving sur la volonté ou non de Hitler d’être informé des mesures concrètes impliquées par la « solution finale » – car il ne peut s’agir que de cela – en mettant en doute l’ambiguïté de ces déclarations45. La question de savoir si, lors de sa visite à Globocnik le 7 octobre 1942, Hitler avait été ou non complètement informé au quartier général du Führer de l’état d’avancement du génocide est en soi peu susceptible de fournir une preuve46. Fleming, qui conteste l’interprétation d’Irving a limine, parvient quant à lui à la conclusion que Hitler, « malgré ses menaces et ses prophéties répétées de destruction et d’extermination dans ses discours », aurait en même temps manifesté « un extrême souci, spécialement au stade de l’exécution de son plan longuement mûri de destruction », de dissimuler « sa responsabilité tout à fait personnelle ». A la différence d’Irving, il souligne que Hitler aurait lui-même mis au point la langue codée couramment utilisée dans la politique de génocide.

  • 47 Fleming (1988), p. 40 ; et aussi Broszat (1977), p. 763 s. ; Krausnick / Wilhelm (1981), p. 633 ; (...)
  • 48 Smith / Peterson (1974), p. 202 ; dans les discours ultérieurs, Himmler parle d’« ordre » ou de « (...)
  • 49 Fleming cite un extrait de l’interrogatoire le 14 décembre 1945 de Jeckeln, haut responsable de l (...)
  • 50 Sur l’incontestable extension verbale de l’ordre d’exécution des commissaires politiques, cf. Kra (...)

21Cette interprétation, défendue par d’autres encore47, semble en soi plausible et convaincante. Mais elle soulève une série de difficultés. Même dans le cercle de ses plus proches confidents, aucun indice ne permet de conclure que Hitler aurait été prêt à quitter le langage métaphorique dont il était coutumier à propos de la « question juive ». S’il avait été un calculateur machiavélique, il n’aurait pas eu de raison de ne pas appeler les choses par leur nom dans le cercle le plus étroit des exécutants. Mais on n’en a pas d’indice fiable. Dans les discours déjà évoqués où Himmler parlait ouvertement de la « solution finale », il est seulement fait allusion à un ordre « de soldat à soldat » de Hitler ; en revanche, on trouve une référence explicite au discours du dictateur d’août 193948. Dans la mesure où, lors de l’accomplissement de la destruction, il est fait explicitement référence non point à un simple souhait mais à un « ordre du Führer49 », celui-ci est en relation avec l’ordre de liquider les commissaires politiques de l’armée soviétique et avec son exécution réclamée et contrôlée par Hitler50.

  • 51 Krausnick (1965), p. 361.

22En réalité, la conclusion qui s’impose au terme de nos réflexions est qu’il n’y a pas eu d’ordre formel de Hitler pour la « solution finale » de la « question juive européenne ». Certes, Krausnick estime encore que le dictateur a, au plus tard en mars 1941, donné l’ordre secret d’exterminer les juifs, en même temps qu’il affirmait son intention de « faire abattre les commissaires politiques de l’Armée rouge51 ». Cependant, comme on l’exposera dans un autre contexte, la « solution finale » n’a été déclenchée systématiquement qu’à la fin de l’automne 1941. Mais il nous faut distinguer entre les destructions partielles de juifs d’Europe orientale sur la base de l’ordre d’exécution des commissaires politiques, et la « solution finale » systématique de la « question juive européenne », même si cette dernière résulta des premières. A celles-ci manque la base d’un ordre donné par écrit. De nombreuses raisons internes plaident en faveur de la thèse selon laquelle Hitler n’a pas non plus donné oralement un tel ordre.

  • 52 Picker (1977), p. 189 ; note du 24 juillet 1942 ; cf. Browning (1978), p. 35 s. L’interprétation de (...)
  • 53 Cf. Fest (1973), p. 925, 927, 931 ; Broszat (1970), p. 402 s., 407 ; Stern (1975), notamment, p. 83 (...)

23La langue exclusivement métaphorique dont use Hitler pour parler du « problème juif » et l’aversion qu’il éprouve devant des décisions susceptibles de rencontrer des résistances dans l’opinion publique, et sur lesquelles il faudrait alors revenir, sont autant d’arguments contre une décision sans ambiguïté. Il est frappant de voir Hitler revenir encore au début de 1942 sur le plan, entre-temps abandonné, de déportation à Madagascar52. Même si on voulait le croire capable de dissimulation dans le cercle de ses intimes, cela ne ferait que prouver à quel point il craignait de parler ouvertement d’un fait acquis depuis longtemps : la destruction industrielle d’êtres humains. Il semble cependant que son comportement s’explique non par un cynisme hautement intellectuel, mais par sa capacité à ignorer la réalité, en ce domaine comme en d’autres53.

24Toutefois, à l’appui de l’intention précoce de Hitler d’entreprendre un génocide systématique, on cite souvent son discours au Reichstag du 30 janvier 1939 :

  • 54 Domarus (1965), vol. 2, 1, p. 1057 s.

« Je serai aujourd’hui à nouveau un prophète : si la finance juive parvenait, en Europe et hors d’Europe, à jeter le monde dans une guerre mondiale, alors le résultat en serait, non la bolchevisation de la terre et ainsi la victoire des juifs, mais la destruction de la race juive en Europe54. »

  • 55 Domarus (1965), vol. 4, p. 1663, 1828, 1920, 1937 ; cf. Bracher (1986), p. 399 s.

Cette déclaration – reprise, comme on l’a dit, dans les discours des 30 janvier 1941, 30 janvier, 30 septembre et 8 novembre 194255 – est complétée par la déclaration de Hermann Göring dans la trop célèbre séance au ministère de l’Aviation du Reich du 12 novembre 1938, où Hitler aurait dit :

  • 56 IMT 27, p. 499 s. ; cf. Adam (1972), p. 209 s.

« Si le Reich allemand se trouve engagé dans un avenir proche dans un conflit extérieur, il est évident que nous aussi, en Allemagne, nous penserons en tout premier lieu à régler un grand compte avec les juifs56. »

  • 57 Cf. Hillgruber (1976).

Si évident qu’apparaisse à première vue le lien avec le génocide à venir, le motif politique qui se trouve derrière cette déclaration est ambivalent. De telles menaces visent avant tout à exercer une pression sur les pays occidentaux, notamment anglo-saxons. Elles sont la reprise de l’image de l’otage qui apparaît dès 1933. Quand Andreas Hillgruber en déduit que l’objectif radical du racisme idéologique sous-jacent à la guerre future est ainsi consciemment dévoilé, il accorde trop d’importance à ces déclarations, même si la potentialité de la « guerre de destruction raciale » qui résonne ici est incontestable57.

  • 58 Hitlers Politisches Testament, Francfort, 1981. Mais ici aussi le discours de disculpation demeure  (...)
  • 59 Cf. Krausnick, in : Krausnick / Wilhelm (1981), p. 165 s. Il conclut à une convention de langage. F (...)

25Hitler envisageait la « question juive » d’un point de vue hautement propagandiste. Le « combat contre les juifs » était pour lui une sorte de catégorie métaphysique qui acquit une dimension millénariste, comme le montre son Testament politique58. Hitler a toujours manifesté de la sympathie pour les actions « sauvages » contre les éléments juifs de la population, pour l’antisémitisme spontané. C’est ici son expérience parfaitement intériorisée de l’utilisation d’ambiances antisémites qui transparaît, aussi bien pour mobiliser les masses que pour faciliter l’intégration du Parti. Une campagne d’extermination entreprise dans un secret extrême et avec une mauvaise conscience croissante, telle que la menait Himmler, correspondait mal à cette conception. Certes, Hitler exprimait toujours la conviction folle que partout c’était l’élément juif de la population – et particulièrement les élites juives – qui appelait à résister au national-socialisme, qui luttait jusqu’au dernier souffle contre la victoire de l’« idée antijuive » dans le monde. La prétendue nécessité d’« éloigner » les juifs de l’espace allemand, de lutter « œil pour œil, dent pour dent », apparaissait toujours chez Hitler dans le contexte millénariste de son idéologie par ailleurs si incohérente. Les prétextes avancés par les « groupes d’intervention » pour légitimer l’assassinat de la population juive – de la crise du logement à la guerre des partisans en passant par les risques sanitaires59 – reflètent, eux, un besoin de justifier le crime que ne satisfaisaient pas les considérations de biologie raciale.

  • 60 Stern (1975), p. 23 s.
  • 61 Cf. Fest (1973), p. 772 s. ; Carr (1978), p. 135 s.

26Tout au long de sa vie, par un mélange d’instinct et de vanité, Hitler recula devant la confrontation entre le monde fictif idéologique dans lequel il vivait et la réalité politique et sociale. II avait le sentiment très profond que la cohérence interne toujours proclamée de son « idéologie », de l’« idée national-socialiste » – comme il se plaisait à dire de façon si révélatrice – souffrirait de cette confrontation avec la complexité du monde réel. Dès l’époque de la conquête du pouvoir, il avait pris l’habitude de ne pas tenir compte des réalités qui lui résistaient. Le refus d’entendre les informations désagréables devint un élément de plus en plus constant de son style de gouvernement. Peter Stern a souligné que la popularité de Hitler reposait sur le fait très simple qu’il avait fait de sa sphère privée une sphère publique60. Le succès politique et un pouvoir pratiquement sans limite lui permirent de plus en plus de faire de sa conception subjective des choses un étalon objectif. L’usage de métaphores dans le domaine de l’antisémitisme le dispensa de réfléchir aux conséquences concrètes de ses prophéties sur la « destruction de la race juive en Europe », d’autant qu’avec la campagne contre l’Union soviétique il avait franchi le Rubicon d’une stratégie du tout ou rien. Il n’y avait plus de voie moyenne entre son horizon d’action concret, peuplé de préoccupations de technique militaire, et un édifice idéologique coupé de la réalité. Son intérêt pour des projets architecturaux ne fut lui aussi qu’une fuite dans un monde de rêve, loin de son existence de maréchal assombrie par des échecs non assumés. Et l’on peut porter le même jugement sur son évasion dans la fausse réalité du film et de l’opéra61.

  • 62 Cf. Mason (1971).

27Confronté aux conséquences effectives de la destruction des juifs, Hitler réagit comme beaucoup de ses subordonnés : il chercha à les ignorer ou à les refouler. C’est pour cette seule raison qu’il put, d’une part, donner libre cours à ses tirades antisémites et à la menace cynique de détruire les juifs, et, d’autre part, éviter pratiquement toute identification au génocide qui se déroulait au même moment. Le refoulement collectif de faits inconfortables et d’actes criminels appartient à la panoplie de tout irrationalisme politique : dans le national-socialisme, ce mécanisme fut poussé à la perfection. Dans les « bonnes » années, il trouva ses limites dans des considérations de politique extérieure et dans la réaction de la population, perçue instinctivement, dont Hitler craignait par-dessus tout qu’elle ne se détourne du régime ; ce n’est pas par hasard qu’il ne cessa d’affirmer qu’il n’y aurait pas de second 9 Novembre62. En revanche, ce dernier correctif disparut avec la poursuite de la guerre.

  • 63 Sur les faits, cf. Wilhelm, in : Krausnick / Wilhelm (1981), p. 585 s. ; Irving (1977), p. 330 s., (...)
  • 64 Ce que Broszat (1970), p. 408, exprime par la formule : « La phraséologie dut, en fin de compte, (...)

28La « solution finale » sollicitait des forces matérielles considérables – dont l’indispensable réseau de transports – et ponctionnait une main-d’œuvre précieuse, ce qui aurait justifié de modifier les conditions pratiques de la déportation et de l’extermination. Confronté occasionnellement à ce problème, Hitler réagissait le plus souvent évasivement. Lorsqu’il flairait un risque d’y perdre de son prestige, comme dans le cas de la déportation de juifs de Berlin vers Riga63, il décidait de différer les mesures attendues. Le dictateur laissait cependant toute liberté à Himmler et à ses sbires. Comme déjà avant 1939, il se sentait engagé face au Parti et à l’appareil de la SS, qui prenaient au mot ce qu’il présentait comme la « grande » perspective historique. Dans la « question des Églises », Hitler put contrôler les initiatives de Martin Bormann ; dans la « question juive », il fut l’esclave de ses propres prophéties publiques. Le moindre recul lui aurait à son avis ôté toute crédibilité, et la ligne directrice de toute son action visa à l’éviter ; subjectivement ceci naissait de la conviction maniaque qu’il ne pouvait, en tant que porteur de l’« idée national-socialiste », paraître se contredire64.

  • 65 La majorité de la littérature spécialisée rejette l’idée d’un plan conçu à l’avance par Hitler ; (...)
  • 66 L’interprétation d’Irving ([1977 ]cf. Introduction, p. XIII s.), selon laquelle Hitler aurait exp (...)

29La « solution finale » est devenue psychologiquement réalisable à partir du moment où la formule hitlérienne de la « destruction de la race juive en Europe » a été reprise, par Heinrich Himmler en particulier, comme un mot d’ordre pour l’action. Hitler, pourra-t-on en conclure, fut l’initiateur idéologique et politique de la « solution finale ». Mais la conversion d’un projet apparemment utopique en une stratégie effectivement mise en œuvre fut le résultat, d’une part, de problèmes créés de toutes pièces et, d’autre part, de l’ambition que Heinrich Himmler et ses barons SS eurent de faire accéder le Millenium à la réalité du vivant même du dictateur, et de démontrer ainsi le caractère indispensable de la SS au sein du système de pouvoir national-socialiste65. Il ressort clairement des déclarations de Himmler qu’il comptait transformer directement en un sacrifice « souverain » ce qui était conçu comme un projet pour le siècle66, et qu’il dilapida une bonne partie de son énergie dans un programme plutôt secondaire aux yeux de Hitler par rapport aux priorités militaires.

30Malgré le rôle décisif de Himmler et de Heydrich dans la naissance de la « solution finale », il faut garder à l’esprit qu’une simple approche en termes de personnalité ne permet pas de véritablement comprendre le problème. Le pas décisif qui mène à la destruction de masse se situe au terme d’un processus politique complexe et parfaitement ouvert, au cours duquel les antagonismes internes restreignirent à ce point les choix possibles que la destruction physique des juifs finit par apparaître comme une issue possible.

  • 67 Schleunes (1970), p. 258.

31On se rappellera, dans cette optique, chacune des étapes de la persécution des juifs par le national-socialisme : elles ne se déroulèrent nullement selon un plan conçu à l’avance, et Karl A. Schleunes a fort justement parlé d’une méthode par approximations successives67. C’est en 1941 seulement que Heydrich parvint à éliminer ses concurrents pour le pouvoir dans la « question juive ». Jusqu’alors, la lutte entre services ministériels et ceux du Parti se limitait pour eux à affirmer leurs compétences en ce domaine. L’escalade dans la persécution en reçut un encouragement décisif. A posteriori, les nombreuses mesures isolées contre la population juive semblent s’inscrire dans un schéma très clair. Mais il serait erroné de rechercher cette rationalité de façade dans les motifs de leurs initiateurs.

  • 68 Cf. Genschel (1966), p. 240 s., à propos de l’« aryanisation » de la Franconie ; l’étude fort valab (...)
  • 69 Cf. Heiber (1962), p. 280 s. ; Adams (1972), p. 206 s.
  • 70 Cf. Botz (1978), p. 93 s. ; Genschel (1966), p. 160 s.
  • 71 Cf. Georg (1963) ; cf. aussi la description polémique, mais exacte dans les faits, chez Speer (1981 (...)
  • 72 Cf. Hilberg (1988), p. 216 s., 449 s., 794-810. Le rôle des grandes banques dans l’aryanisation mér (...)
  • 73 Fondamentale sur ce point, l’étude de Uhlig (1956) ; Genschel (1966), p. 67 s.
  • 74 La corruption sans borne des fonctionnaires du régime, particulièrement en relation avec l’expropri (...)
  • 75 Cf. Schmidt (1972), p. 216 s.

32Ce serait, malgré tout, simplifier abusivement ce processus que de l’expliquer par les seuls facteurs idéologiques. Les décisions antisémites ne prirent tout leur poids que combinées à d’autres intérêts. Les questions de prestige et la volonté de chacun d’élargir son domaine d’action ne jouèrent pas seulement pour les Gauleiter, dont la rivalité dans l’effort pour « libérer » aussi vite que possible leur Gau de ses juifs scanda la marche au génocide. En même temps, des intérêts économiques fort tangibles étaient toujours à l’œuvre : chez les Gauleiter68, chez Goebbels lors du pogrome de novembre 193869, dans les débordements antisémites en Autriche après l’Anschluss70, au Reichssicherheitshauptamt (RSHA – Office central de sécurité du Reich de la SS), et surtout à l’occasion de l’édification de l’empire économique SS71, dans les milieux de l’industrie et de la haute finance, avec l’« aryanisation » (« sauvage » et légale), avec l’exploitation de la force de travail des détenus des camps de concentration72, et bien sûr dans les classes moyennes qui, durant les premières années du régime, s’empressèrent de soutenir massivement la répression contre leurs concurrents juifs73. On peut allonger cette liste à l’infini : l’enrichissement légal et illégal, direct et indirect aux dépens des biens juifs était à l’ordre du jour du Troisième Reich, qu’en ce sens on peut aussi considérer comme un système de corruption ouvertement encouragée74. Que l’état-major des architectes de Speer ne répugne pas à occuper, en plein Berlin, l’espace résidentiel juif étonne tout aussi peu que de voir les fonctionnaires de tous rangs se démener sans vergogne pour s’approprier des biens juifs destinés à leur usage personnel75.

  • 76 Cf. un survol chez Blau (1965).
  • 77 Des exemples impressionnants chez Sauer (1966) ; Kommission zur Erforschung… (1963) ; Zelzer (196 (...)

33Tout aussi efficace pour radicaliser la persécution des juifs fut le besoin des « Judenreferate » (Bureaux des affaires juives) – institués dans les années 1930 dans tous les départements ministériels – de manifester leur existence en édictant des législations antijuives. Les innombrables restrictions à leur vie quotidienne (instituées par des décrets-lois), en général infamantes et économiquement sans intérêt, furent un spectacle honteux qui se joua de façon totalement publique ; chacun pouvait s’informer sans difficulté de l’inhumanité des mesures prises à l’encontre de ses concitoyens juifs en lisant le journal officiel du Reich76. Tout aussi effrayante fut la bonne volonté des échelons subalternes à appliquer scrupuleusement cette législation, dont l’antisémitisme ne peut être tenu pour la première motivation77.

  • 78 L’étude de Robinson (1977) est très éclairante ; voir aussi Noam / Kropat (1986) ; Rüthers (1973) (...)
  • 79 Cf. les allusions dans le discours de Hitler du 15 septembre 1935 (Domarus [1965], vol. 1, 2, p.  (...)

34L’antisémitisme – parfois latent, parfois déclaré, le plus souvent modéré – d’élites de fonction plutôt nationalistes et conservatrices neutralisa leur résistance aux débordements antisémites, même lorsque ceux-ci violaient ouvertement la loi. Cela vaut pour la Wehrmacht, pour l’administration publique, pour la justice. Cette dernière se montra, dans sa grande majorité, disposée à plier sa pratique à l’idéologie antisémite dominante, même si les bases légales n’en existaient pas encore78. Mais on se berça de l’illusion que le régime en resterait à la « dissimilation » de la population juive79.

  • 80 Cf. Allen (1981). Cf. Botz (1978), p. 403 s., pour le changement dans l’opinion par rapport à mar (...)
  • 81 Cf. Kershaw (1981).

35Le comportement d’une partie considérable de la couche supérieure allemande contraste dans une certaine mesure avec la mobilisation relativement faible du ressentiment antisémite dans l’ensemble de la population. Le boycottage d’avril 1933 avait été, de ce point de vue, un fiasco total. De même, les pogromes de novembre 1938 furent majoritairement désapprouvés par la population80. Il n’y eut pratiquement aucune manifestation antisémite spontanée comparable à ce qu’on a pu rencontrer en Europe orientale ; à Vienne seulement, des agressions antisémites se produisirent après le 13 mars 1938 avec un soutien relativement large de la population. Traditionnellement, les ressentiments antisémites s’exprimaient contre les groupes juifs non assimilés. Il fallut des années pour transposer à l’ensemble de la population juive le stéréotype du juif oriental et, particulièrement, pour inculquer l’antisémitisme aux jeunes générations81.

  • 82 Cf. Schleunes (1970), p. 97, 100 s. ; Krausnick (1981), p. 315 s. Cf. aussi Mommsen (1962), p. 68 (...)
  • 83 Cf. l’interprétation de Schleunes (1970), p. 71 s ; face à lui : Adam (1972), p. 46, en relation (...)
  • 84 Schleunes (1970), p. 253 s. ; Krausnick (1981), p. 341 s.

36La stratégie peu réfléchie consistant à intimider les juifs allemands en déchaînant le ressentiment populaire se révéla donc un échec. Goebbels en tira très vite la conséquence en imaginant un plan d’élimination « légale » des juifs, qui utilisa d’abord la fiction de la nécessaire réduction de la surreprésentation des juifs dans certains secteurs professionnels et d’un programme de « dissimilation raciale82 ». Les agressions des formations de la SA et du NSDAP cédèrent peu à peu la place à une démarche « légale » ; plutôt que d’une stratégie concertée associant actions « sauvages » et légales, il faut parler ici d’absence de conception a priori d’une politique antijuive83. En tout cas, il apparut rapidement que tolérer les actions « sauvages » et laisser les mains libres au Parti ne faisait pas avancer d’un pouce la « solution » de la « question juive ». Encore au début de la Seconde Guerre mondiale, tous les dignitaires du régime qui en étaient officiellement chargés – Heinrich Himmler, Reinhard Heydrich, Hermann Göring, Martin Bormann et Wilhelm Frick – étaient convaincus que la « solution » ne pouvait résider que dans l’émigration forcée84.

  • 85 Schleunes (1970), p. 195 s.
  • 86 Cf. Rosenstock (1963), p. 386 ; cf. Sauer (1969), p. 123 ; Strauß (1980), p. 317 s. ; Lamm (1951) (...)
  • 87 Schleunes (1970), p. 212 s.
  • 88 Strauß (1980), p. 351 s. ; cf. aussi la 2e partie dans Strauß (1981), p. 360 s. ; cf. Wasserstein ( (...)

37L’exclusion des juifs de la vie publique et sociale, qui s’amorça dès 1933 et s’accentua jusqu’en 1939 – de façon cumulative bien qu’à un rythme irrégulier –, se révéla cependant de ce point de vue un échec à moyen terme, car elle fut autant un frein qu’une incitation à l’émigration juive. La réticence du régime à rendre au moins supportables les conditions financières de l’émigration – on s’en tint en ce domaine à la loi de l’« impôt sur la fuite », que Brüning avait introduite pour de tout autres raisons85 – entraîna une baisse relative des chiffres de l’émigration : après l’adoption des lois de Nuremberg, qui en dépit de toutes leurs dispositions discriminatoires furent considérées également par les milieux juifs comme un règlement définitif de leur situation juridique, l’émigration juive diminua considérablement86. La dégradation progressive de la situation économique des juifs – avec tout d’abord l’éviction des professions publiques, la privation de protection juridique, la discrimination économique, puis l’« aryanisation » des entreprises juives à grande échelle bien avant novembre 1938 – eut un effet dissuasif sur l’émigration, car la population juive qui restait encore, souvent âgée, ne disposait plus des moyens suffisants pour émigrer87. Les réticences accrues des éventuels pays d’accueil, qui se révélèrent funestes à la lumière des événements ultérieurs, accentua encore cet aspect contradictoire de l’objectif88.

  • a Cf. Lösener (1961), p. 264 s. ; Sauer (1969), p. 103. En 1938, le nombre de « Mischlinge (métis) (...)
  • 89 Cf. Hilberg (1988), p. 66 s. ; Adam (1972), p. 316 s.
  • 90 Kershaw (1981), p. 283 s. ; Stokes (1973), p. 180 s.

38L’intensification des expropriations, de la prolétarisation et de l’exclusion contribua en outre à briser les relations sociales de la minorité juive avec le reste de la population et à pousser les juifs encore présents à chercher refuge dans l’anonymat des grandes villes. Les efforts bien intentionnés de Bernhard Lösener – Rassenreferent (responsable des questions raciales) au ministère de l’Intérieur du Reich – pour éviter les persécutions aux « demi-juifs » et aux juifs vivant dans ce qu’on appela ensuite des « couples mixtes privilégiésa » aggravèrent cet effet déplorable. Cette délimitation, plus tard remise en cause89, et l’extrême isolement social du groupe visé furent une cause très importante de l’indifférence du reste de la population – à l’exception de quelques groupes clairement oppositionnels – au sort réservé à ses compatriotes juifs90. La terreur exercée par la Gestapo joua son rôle pour parachever cette exclusion sociale.

  • 91 Genschel (1966), p. 121 s. L’éditeur du commentaire par Globke des lois de Nuremberg (Stuckart / Gl (...)

39L’escalade dans la persécution des juifs à partir de 1938 procède sans nul doute des succès extérieurs du régime nazi, qui pensa alors ne plus avoir besoin de ménager les pays étrangers et durcit sa ligne politique également dans d’autres domaines. L’Anschluss eut un effet radicalisant très net, notamment quant à l’« aryanisation » réclamée depuis longtemps par certains milieux du Parti et dont Schacht, entre autres, avait obtenu le report pour des raisons liées à la politique économique et d’armement91. Par la suite, les étapes de la radicalisation furent testées en « terre coloniale », puis réimportées vers l’Ancien Reich (Altreich, le Reich dans ses frontières de 1937). Par ailleurs, l’annexion de l’Autriche et l’extension territoriale ultérieure de l’espace de souveraineté allemand donnèrent au problème de l’émigration des proportions quantitatives toujours plus considérables. Elles annulèrent régulièrement l’avance qu’avait prise Eichmann en créant la Centrale d’émigration viennoise – suivie, on le sait, d’une centrale équivalente pour le Reich en 1939 au sein du RSHA qui avait entre-temps vu le jour.

  • 92 Cf. Genschel (1966), p. 213 s. ; voir le discours de Göring à la réunion au ministère de l’Air le 6 (...)

40La constitution de ghettos, débattue pour la première fois lors de la mémorable réunion au ministère de l’Aviation du 12 novembre 1938, et la transformation de la « question juive » en un problème de police firent passer cette « question » dans la compétence du RSHA, alors qu’elle relevait formellement de Göring. Le tournant décisif fut pris lors des pogromes de novembre 1938. Himmler comme Heydrich, mais pour des raisons différentes, avaient vivement désapprouvé cette initiative de Goebbels ; et, typiquement, les protagonistes se mirent ensuite d’accord sur la ligne la plus radicale de façon à éviter à chacun de perdre la face et à ne déranger aucun intérêt établi92.

  • 93 Pätzold (1980), p. 194 ; cf. Präg / Jacobmeyer (1975), p. 52 s.
  • 94 Pätzold (1980), p. 193.
  • 95 Pätzold (1980), p. 194 s. ; Broszat (1961), p. 86 s.
  • 96 Cf. Koehl (1957), p. 49 s. ; cf. p. 95 s. ; Heiber (1958), p. 281 s. ; Rössler / Schleiermacher (19 (...)

41Le RSHA poursuivit le programme d’émigration après le début de la Seconde Guerre mondiale, qui provoqua une dégradation brutale des possibilités d’émigration. L’appareil de la SS renforça sa position notamment parce que Himmler, en tant que Reichskommissar zur Festigung Deutschen Volkstums (RKFDV – commissaire du Reich pour le renforcement du caractère du peuple allemand), se vit confier dans son champ de compétence les territoires polonais occupés, puis transformés en Gouvernement général ; l’initiative dans le domaine de la « question juive » lui revint alors presque totalement. La population juive entre les mains allemandes avait considérablement augmenté, et son sort fut lié de façon décisive au programme d’implantation à l’Est de Himmler, qui connut son apogée avec le « Generalplan Ost » (Plan général pour l’Est). En octobre 1939, outre la constitution immédiate de ghettos, Himmler, en tant que RKFDV, décréta la déportation vers le Gouvernement général de la population juive des territoires polonais annexés93. L’ordonnance préparatoire de Heydrich, en date du 21 septembre, distinguait déjà entre un « objectif final » – accessible à long terme seulement, soumis à un secret absolu – et des étapes intermédiaires d’« expulsion accélérée94 ». Les dispositions d’application de l’instruction de Himmler pour le Reichsgau de Wartheland en révèlent la motivation centrale : « l’épuration et la sécurité des nouveaux territoires allemands » devaient servir prioritairement à fournir logements et emplois aux immigrants issus du peuple allemand95. Il est certain que le coup d’envoi de ce programme de déportation, qui affecta aussi la population polonaise, fut le plan de rapatriement des Allemands ethniques vivant en Union soviétique, qui devaient être pour l’essentiel réinstallés dans le Warthegau, aux termes du programme adopté en septembre 1939 en accord avec l’Union soviétique et avec les États baltes96.

  • 97 Pätzold (1980), p. 106 s. ; Adam (1972), p. 248 s. Le travail forcé, comme le souligne justement Pä (...)
  • 98 Pätzold (1980), p. 917 ; Broszat (1977), p. 748 s.
  • 99 Cf. Höhne (1966), p. 280 s. L’intervention de Blaskowitz auprès de Hitler eut certes pour seul effe (...)

42L’instauration simultanée, pour les juifs, des ghettos et du travail forcé créa une situation qualitativement différente97, sans qu’émerge pour autant à ce moment l’idée d’une destruction massive et systématique. Même si elles ne purent entrer en application en raison de la résistance du gouverneur général Frank, des préparatifs de guerre et des combats à l’Ouest ainsi que de la désorganisation totale, ces mesures étaient de la plus grande importance. Non seulement parce qu’on expérimentait dans le Gouvernement général des méthodes qui furent ensuite importées peu à peu sur le territoire du Reich, mais surtout parce que le programme de déportation devait conforter les Gauleiter du Reich dans leur détermination à se débarrasser de « leurs » juifs en les expulsant vers le Gouvernement général. Le programme de déportation fut bloqué par l’opposition tenace de Hans Frank au déplacement massif des juifs vers le Gouvernement général, que réclamait particulièrement le Gauleiter Greiser, car la situation était devenue insupportable dans le ghetto de Lodz98 transformé en centre de transbordement des juifs déportés99.

  • 100 Pätzold (1980), p. 198 ; Frank envisageait malgré tout l’admission de 400 à 600 000 juifs dans le G (...)

43Les discussions de la fin de 1939 et du début de 1940 montrent qu’il n’était alors nullement question d’un programme global. En mars 1940, Frank insista sur le fait que l’expulsion des juifs de l’Ancien Reich ne pourrait avoir lieu qu’après la fin de la guerre100.

  • 101 Cf. Heydrich à Ribbentrop le 24 juin 1940 (cité d’après Pätzold [1980], p. 201) : « Le problème g (...)
  • 102 Adam (1972), p. 294 s. Frank s’était d’abord rapproché lui aussi de tels plans, qui paraissaient (...)
  • 103 Goshen (1981), p. 94 s.

44L’élément nouveau était que dorénavant l’émigration, y compris sous la forme d’une émigration contrainte et accélérée, n’était plus la seule « solution » envisagée, car les juifs sous domination allemande étaient désormais plus de trois millions101. Face à cette situation, les différents ministères concernés échafaudèrent des projets de création d’une « réserve juive ». Le ministère de l’Est en proposa une sur la ligne de démarcation germano-russe102.. Cette possibilité, soutenue par Hitler, fut reprise avec enthousiasme par Eichmann, qui était responsable du programme de déportations. Le projet Nisco et d’autres tentatives échouèrent, moins en raison de l’opposition de Frank que des conditions catastrophiques de leur réalisation, qui le 24 mars 1940 amenèrent Göring à interdire de nouvelles déportations à partir de l’Ancien Reich103.

  • 104 Kulka (1975) ; Kulka / Hildesheimer (s.d.).
  • 105 Cf. Hillgruber (1965), p. 148 s.
  • 106 Cf. supra, note 52 et Pätzold (1980), p. 201 s.

45Il est certain que ces projets de « réserve » ne devaient être réalisés qu’après la fin de la guerre. Le représentant de la Reichsvereinigung der Juden in Deutschland (Association des juifs en Allemagne) fut avisé le 25 juin 1940 que l’on envisageait de regrouper les juifs de l’Ancien Reich, de l’Ostmark, du Protectorat et du Gouvernement général ainsi que des pays occidentaux, y compris l’Angleterre, dans une réserve coloniale installée sur un territoire encore à définir. A cette époque, Eichmann était encore partisan d’un vaste programme d’émigration vers la Palestine104. Ces réflexions se concrétisèrent ensuite avec une rapidité inattendue dans le plan Madagascar, présenté par le conseiller de légation Rademacher le 12 juin 1940, d’autant plus qu’après la défaite de la France on pensait que la guerre allait s’achever rapidement105. A supposer même (chose inimaginable) que l’Angleterre ait donné son accord, ce projet ne pouvait en rien constituer la « solution européenne de la question juive » : la population aurait vite été décimée à la suite des conditions climatiques et d’une insupportable densité démographique. Pourtant, il fit l’objet d’études attentives de la part de Eichmann et du RSHA. Eichmann distinguait désormais entre un « plan de proximité » – c’est-à-dire une solution intermédiaire de concentration des juifs dans des régions du Gouvernement général – et le « plan longue distance » de déportation à Madagascar. Le début de la campagne de Russie mit ces réflexions en veilleuse ; mais il fallut attendre le 10 février 1942 pour voir Rademacher annoncer que la guerre contre l’Union soviétique permettait d’envisager d’autres territoires pour la « solution finale », et pour assister à l’abandon du plan Madagascar sur instruction du Führer. On ne peut affirmer que ce plan aurait eu pour fonction subjective de masquer les projets d’extermination du régime106.

  • 107 Krausnick (1981), p. 357 s. Cette déportation qui contredit toutes les idées de planification à moy (...)
  • 108 Cf. Adam (1972), p. 257 s., 289.
  • 109 Adam (1972), p. 185 s.
  • 110 Adam (1972), p. 290. Cela se reproduira à propos de l’utilisation des prisonniers de guerre soviéti (...)

46La reprise des déportations vers le Gouvernement général – outre le déplacement bien connu de 6 500 juifs de Bade et du Palatinat vers la France107 – se fit en parfaite conscience de son caractère provisoire et sur la pression des Gauleiter concernés. Le « troisième plan de proximité », arrêté par Heydrich le 8 janvier, limitait à 250 000 personnes l’expulsion hors des anciens territoires polonais, mais ce chiffre ne fut pas atteint et les déportations furent interrompues dans un premier temps108. De tout cela résulte que le programme réclamé par Heydrich dès juin 1940 de « solution finale territoriale », qui s’imposait de plus en plus à la place d’une politique d’émigration désormais irréalisable, était envisagé pour l’après-guerre. Les efforts se portèrent de plus en plus sur la réglementation de la mise au travail dans le Reich, que les tiraillements bureaucratiques menaçaient de vouer à l’échec109. Hitler, fidèle à sa répugnance à revenir sur des décisions antérieures, intervint en rejetant catégoriquement le rappel de la main-d’œuvre juive envoyée à l’Est110.

  • 111 L’élément fondamental est que, désormais, le commandement militaire n’opposa pratiquement plus aucu (...)
  • 112 On n’envisageait pas de terme formel à cette guerre; cf. Hillgruber (1965), p. 541 s., 555.
  • 113 Ce qui n’exclut bien sûr pas l’existence de considérations stratégiques à long terme – cf. Hillgrub (...)

47L’attaque de l’Union soviétique le 22 juin 1941 et les impressionnants succès initiaux de l’armée allemande infléchirent les projets du RSHA. L’ordre de liquidation des commissaires politiques et l’utilisation délibérée des « groupes d’intervention » pour exterminer systématiquement les populations juives des territoires occupés marquèrent la fin des réflexions antérieures111. On en resta d’abord à l’idée de repousser à la fin de la guerre la solution globale visée. A l’été 1941, la direction national-socialiste tablait clairement sur une défaite russe en quelques semaines, au plus tard à l’automne 1941, ce qui n’excluait pas une guérilla prolongée dans la partie asiatique de l’Union soviétique112. Il allait de soi qu’à cette époque, au plus tard, la Grande-Bretagne aurait été contrainte d’en rabattre113.

  • 114 IMT 26, p. 266, doc.710-PS. Adam (1972), p. 308, s’appuyant sur Kempner (1961), p. 227, estime que (...)
  • 115 115 Hilberg (1988), p. 345. Hilberg se réfère à Eichmann ([1980], p. 479) ; une telle démarche est (...)

48Il faut garder à l’esprit cette toile de fond pour interpréter correctement les pleins pouvoirs – qui ont fait l’objet de nombreux commentaires – attribués à Heydrich le 31 juillet 1941 par Göring qui lui demandait de « me soumettre rapidement un projet global relatif aux conditions organisationnelles et matérielles de la réalisation de la solution finale de la question juive114 ». Les pleins pouvoirs furent établis par Eichmann et soumis pour signature à Göring115. Ils n’ont rien à voir avec l’instruction préalable de Hitler qu’on a souvent envisagée et ils s’inscrivent parfaitement dans le contexte de la stratégie antérieure, qui n’était pas encore axée sur le meurtre massif et systématique. Ils visaient à une « solution » qui n’aurait plus à être réalisée dans le sillage et sous le camouflage des actions militaires à l’Est.

  • 116 Cf. Fleming (1982), p. 123, qui souligne à l’inverse qu’il existait une instruction ordonnant de pr (...)
  • 117 Sur ce dernier point, cf. surtout ibid., p. 223 s., 232 s.
  • 118 Cela se modifia après le déclenchement de la « solution finale » systématique ; cf. ibid., p. 166.

49Les massacres des « groupes d’intervention » se poursuivirent parallèlement. A la différence de la « politique de solution finale » systématique qui s’amorça définitivement au début de 1942, ils pouvaient se référer formellement à l’ordre de liquidation des commissaires politiques. Il n’y a aucun doute que Hitler approuva et soutint ces mesures, même si l’on peut se demander jusqu’à quel point il était au courant de chacune des actions concrètes116. Les mesures de liquidation massive dont furent victimes quelque deux millions de juifs furent présentées comme un élément nécessaire à la sécurité de l’arrière, condition indispensable à la campagne de Russie qui dès l’origine avait été décrétée guerre d’extermination par Hitler. Il est toutefois à peu près impossible de comprendre pourquoi les chefs et les exécutants des « groupes d’intervention » se prêtèrent à cette œuvre criminelle d’une cruauté inimaginable, et pourquoi, à quelques rares exceptions près, l’armée resta l’arme au pied ou soutint activement et de diverses façons leurs actes117. Dans cette campagne forcenée de la propagande nazie contre les « sous-hommes », les juifs de Russie, comme avant eux ceux de Pologne, étaient sans nul doute la couche la plus basse. Profiter de cette occasion pour se débarrasser d’une partie de la population juive des territoires sous domination allemande, qui à tout point de vue ne cessait de croître dans des proportions « incontrôlables », ne pouvait que faciliter la « solution finale ». Que les ordres n’aient été transmis qu’oralement, que les « groupes d’intervention » aient soigneusement évité dans leurs rapports d’énoncer les raisons purement raciales des mesures d’extermination118, laisse supposer que la décision d’exterminer tous les juifs sans distinction n’était pas encore totalement mûrie.

  • 119 Pätzold (1980), p. 197 ; cf. Browning (1992 [1986]), p. 32 s.
  • 120 Cité d’après Mommsen / Willems (1988), p. 465.

50Pour amorcer une démarche qui, pour les plus hauts fonctionnaires de l’appareil d’extermination, était encore impensable peu de temps auparavant, il fallut un événement précis. Certes, tout poussait à une « solution » violente de ce « problème juif » qu’on avait créé de toutes pièces. Les conditions logistiques de transferts massifs de population n’étaient nullement réunies. Les conditions de vie dans les ghettos improvisés étaient effrayantes, et le sens allemand de l’ordre les faisait apparaître encore plus intolérables. Dès l’été 1940, Greiser avait qualifié la situation du ghetto de Lodz d’intenable « sur le plan alimentaire et sanitaire119 ». Le 16 juillet 1941, le Sturmbannführer SS Rolf-Heinz Höppner signalait la situation catastrophique du ghetto qui, devenu camp de transit des convois de juifs en provenance de l’Ancien Reich, souffrait de surpopulation chronique, sans compter qu’il était le seul ghetto sur le territoire du Reich et que Greiser le considérait comme une charge insupportable. Höppner joignait à sa lettre à Eichmann une note mentionnant qu’« il faudrait se demander sérieusement si la solution la plus humaine ne serait pas de se débarrasser par n’importe quel moyen rapide des juifs inaptes à travailler. En tout cas, cela serait moins pénible que de les laisser mourir de faim120 ».

  • 121 Broszat (1977), p. 749.
  • 122 Dans le mémorandum de Himmler de mai 1940 sur le traitement des étrangers au peuple allemand à l’Es (...)

51Martin Broszat a souligné le caractère symptomatique de cette réaction121. Elle n’est pas isolée. Dès 1940, les trains dirigés sur le Gouvernement général et qui, mal aiguillés, stationnèrent dans un froid terrible dans les gares sans que leurs occupants disposent même d’un minimum d’eau potable éveillèrent l’idée qu’il serait finalement plus « humain » d’en finir tout de suite avec ces victimes. La guerre à l’Est ne fit qu’amplifier ces considérations. L’indescriptible cruauté exercée contre la population civile ne suscita que peu de protestations dans la population allemande, et engendra plutôt une profonde accoutumance à l’horreur. L’extermination partielle des convois de juifs provenant des territoires annexés et de l’Ancien Reich représenta un saut qualitatif. Il n’était plus possible de les classer sous la rubrique de l’écrasement des cellules de résistance bolcheviques. Il fallait une justification pseudo-morale, condition indispensable au déclenchement de la « solution finale122 ». Il fallait d’abord pouvoir désigner l’inhumanité comme « humanité », avant de la convertir en technocratie. Il fallait d’abord créer une situation où les obstacles relevant du registre moral seraient réduits au minimum, avant que le programme devienne réalité, puis soit appliqué indifféremment à tous les déportés, aux femmes et aux enfants, une fois créée la mécanique bureaucratique correspondante.

  • 123 Broszat (1977), p. 751 s.
  • 124 Krausnick (1981), p. 373 ; Browning (1978), p. 66 s., 69.

52L’activité des « groupes d’intervention » fut le maillon qui fit passer de l’exception, de l’action de liquidation préméditée, à l’entreprise générale. Ni l’extermination immédiate de certains convois de juifs allemands dirigés vers le Reichskommissariat Ostland, vers Riga, Keunes et Minsk, ni les massacres perpétrés à Kulmhof en décembre 1941 avec l’aide d’« experts » en euthanasie ne se déroulèrent sans heurts ni résistances, et ils conduisirent dans un premier temps à l’annulation de tous les autres convois123. Ainsi, le tournant dans la « politique juive » du RSHA ne fut pas brutal. Un indicateur de ce changement fut la fin de l’émigration juive des territoires d’Europe continentale occupés par l’Allemagne, qui avait jusqu’alors été encouragée activement. Le 23 octobre 1941, le chef de la Gestapo Müller interdit l’émigration des juifs. Or, le 13 octobre 1941 encore, Heydrich avait donné son aval à la proposition du sous-secrétaire d’État Luther d’inclure les juifs espagnols présents en France dans le projet du cabinet espagnol d’évacuer ses propres juifs vers le Maroc espagnol. Quelques jours plus tard, la décision fut rapportée sous prétexte que ces juifs seraient trop loin de la sphère d’influence allemande pour pouvoir être inclus dans la « solution finale » qui interviendrait après la fin de la guerre124.

  • 125 Frank-Tagebuch, p. 457 s.
  • 126 Le « procès-verbal de Wannsee » du 20 janvier 1942, cité ici d’après Jochmann / Jacobsen (1966), p. (...)
  • 127 Cf. Broszat (1977), p. 755 s., ainsi que la prise de position récente – intermédiaire entre les int (...)
  • 128 Sur le rôle du ministère des Affaires étrangères, cf. Browning (1985), p. 92 s.
  • 129 Cf. Broszat (1977) et Hilberg (1988), p. 592 s. ; ainsi que Rückerl (1977), 3e éd. 1979, p. 13 s.

53Cette évocation d’une « solution pour l’après-guerre » montre qu’à cette époque la décision d’entreprendre un génocide systématique n’avait pas encore été prise. Le 16 décembre 1941, Frank nota qu’on ne pourrait pas liquider les trois millions et demi de juifs du Gouvernement général, mais qu’il « faudrait prendre des mesures qui, d’une façon ou d’une autre, permettront d’arriver à une destruction réussie, et ce en relation avec les grandes mesures à discuter à l’intérieur du Reich125 ». Cela fait référence à la future « conférence de Wannsee » qu’on assimile en général à la mise en œuvre directe du génocide au niveau européen, bien que les actions mentionnées par Heydrich en lien avec l’« évacuation des juifs vers l’est » ne soient présentées que comme des possibilités alternatives destinées à accumuler des expériences pratiques, « dans la perspective de la future solution finale de la question juive ». On évoquait implicitement l’extermination des juifs inaptes au travail, explicitement la destruction ultérieure des « effectifs restants126 ». La fiction de la « mise au travail » constitue le passage psychologique de la « solution par l’émigration » ou par la « colonie » à l’Holocauste ; la chimère d’une « solution finale territoriale » flottait aussi, désormais au-delà de l’Oural. D’un autre côté, la formule : « certains travaux préparatoires à la solution finale » qui « doivent être accomplis par nous dans les territoires concernés », c’est-à-dire dans le Gouvernement général, visait bien sûr des exterminations partielles immédiates. Elles commencèrent au début de 1942 et prirent à partir du printemps la forme d’un programme planifié et systématique, d’intensité parfois variable, alors qu’au début l’improvisation régnait et que certaines actions partielles durent encore être annulées127. L’important est que, de ce fait, les mesures d’extermination effectivement appliquées conservèrent vis-à-vis de l’extérieur une allure provisoire et comme dictée par un état d’exception qu’imposait temporairement la guerre. L’inclusion des juifs des territoires occupés et des États satellites128 se situait encore dans la perspective d’un programme à long terme de « mise au travail », dont au demeurant les conditions matérielles n’étaient pas réunies, si bien que le « processus court » (c’est-à-dire la destruction immédiate) finit par représenter la seule voie « praticable », tandis que – suivant l’usage linguistique et aussi du point de vue de nombreux fonctionnaires – la « mise au travail », dont personne ne mettait plus en doute le bien-fondé, restait la ligne officielle129.

  • 130 Streit (1978), p. 219 s.
  • 131 Cf. Pätzold (1980), p. 207.
  • 132 Streit (1978), p. 222 s.
  • 133 Broszat (1967), p. 108 s.
  • 134 Streit (1978), p. 223.
  • 135 Cf. Rückerl (1977), p. 72 s. ; Speer (1981), p. 381 s., et Höhne (1966), p. 403 ; cf. aussi Brown (...)

54Mais une autre circonstance contribua fondamentalement à la mise en place de la « solution finale ». A partir de l’automne 1941, Auschwitz-Birkenau avait été étendu aux dimensions d’un gigantesque « centre pénitentiaire d’armement », destiné surtout à l’« exploitation » des prisonniers de guerre soviétiques130. Le traitement brutal et la sélection des prisonniers de guerre soviétiques découlaient de l’idée de Himmler qu’à l’Est les ressources en hommes étaient illimitées131. Mais avec les décès en masse des prisonniers de guerre russes et le tournant dans les combats sur le front de l’Est, ces ressources ne furent plus aussi disponibles que prévu et elles devinrent très recherchées sur un marché du travail en pénurie132. A peine une semaine après la conférence de Wannsee, Himmler décréta que les camps de concentration de la SS devaient désormais être « approvisionnés » principalement en juifs allemands133. Le camp de Birkenau, où les techniques de gazage avaient été développées sur les prisonniers de guerre soviétiques134, fut mis pratiquement sans transition au service du programme de génocide global. Le Plan général pour l’Est avait servi de toile de fond, en empêchant des « solutions finales » territoriales intermédiaires en territoire soviétique occupé. Le programme de destruction fut mis en route en plusieurs vagues, avec une rapidité inhabituelle. L’« Action Reinhardt » représenta l’association directe des « groupes d’intervention » à une « solution finale » industrielle. A la dissolution systématique des ghettos succéda le retrait de la main-d’œuvre juive des industries de guerre. Le démantèlement des entreprises créées par la SS dans le district de Lublin, en raison du retrait de la main-d’œuvre juive, se situe dans ce contexte135.

  • 136 Sur l’utilisation du personnel et des méthodes de l’« action T4 », cf. Arndt / Scheffler (1976), (...)
  • 137 Cf. Arendt (1966), p. 135 s., 143 s.
  • 138 Cf. Broszat (1977), p. 755, note 39.

55Le recours à des camions de gazage comme étape intermédiaire vers la destruction industrielle d’êtres humains avait initialement constitué une réponse au souci d’éviter les désagréments qui avaient surgi lors d’exécutions semi-publiques à Wilno et en d’autres lieux136. Psychologiquement, la fiction de l’assassinat des seuls juifs inaptes au travail jouait toujours un rôle important. Il n’y avait plus très loin d’un tel raisonnement à une destruction « ordonnée », justifiée par le fait qu’il était plus humain et plus efficace de préférer la mort organisée à la mort par famine ou par épidémie dans les ghettos et les camps137. Le traitement brutal et inhumain des déportés engendra des situations si effroyables que Goebbels les exploita et les détourna pour justifier la théorie d’une « sous-humanité138 ». Mais surtout, ces situations accrurent l’accoutumance et l’indifférence face au sort des juifs, y compris chez ceux qui en des circonstances normales auraient exprimé leur indignation. Qui parvint à rassembler assez de courage pour voir clairement et dans toute son ampleur l’engrenage des mauvais traitements infligés aux juifs, au lieu de croire à des abus ponctuels ?

  • 139 Cf. Rothfels / Eschenburg (1970) ; Broszat (1965), p. 41 s.

56La formule derrière laquelle se dissimulait la « solution finale » était celle de la mise au travail. II existait toutes sortes de camps de travail ; du service du travail volontaire à la destruction par le travail en passant par le travail obligatoire, ils étaient le pendant civil du service militaire où « flambaient » des millions. Partout en Europe occupée, et jusque sur le territoire du Reich, le camp de travail était devenu un phénomène normal. L’atomisation de la famille, l’éclatement des structures sociales, l’envoi de tous les groupes d’âge et de tous les groupes professionnels dans des camps de travail, de formation ou d’éducation étaient le lot quotidien du Troisième Reich. Le système des camps de concentration et les camps de prisonniers de guerre s’inséraient dans cette seconde civilisation comme le type extrême de la violence contre les hommes139.

  • 140 Cf. Trommler (1979), p. 102-125, et plus récent Campbell (1989), p. 346 s.

57Ainsi l’enfermement d’êtres humains dans ce système tentaculaire de camps n’avait-il rien d’inhabituel. La concentration de concitoyens juifs dans des camps de travail devint un stade intermédiaire de plus en plus important vers la « solution finale ». Les circonstances des déportations suscitaient parfois la critique ouverte ; la fiction de la mise au travail était largement admise et l’internement des juifs dans des camps intermédiaires les soustrayait aux yeux de leurs concitoyens. Dans les territoires occupés également, cette mise au travail ne suscita que peu de résistance. Que ce travail forcé soit poussé jusqu’à la destruction physique était depuis longtemps déjà la règle dans les camps de concentration. L’idée qui naquit alors d’une « destruction par le travail » constitua une des plus grandes marques de cynisme de l’idéologie national-socialiste. Cette réduction de la valeur des individus à leur capacité de travail met en relief le mépris foncier de l’être humain qui animait l’élite dirigeante national-socialiste. Elle trouva sa première expression dans le programme d’« euthanasie140 ».

  • 141 Cf. Fleming (1982), p. 131 s., Hilberg (1988), p. 325 s. ; Frank-Tagebuch, 9 décembre 1942, p. 588.
  • 142 Cf. Hilberg (1988), p. 450.

58La fiction de la « mise au travail » fournit aux exécutants de la « solution finale » la justification psychologique de leurs actes. Des antisémites fanatiques tels que Hans Frank ou Wilhelm Kube commencèrent à protester contre l’exécution systématique du programme de destruction, lorsqu’elle se poursuivit par la destruction de l’indispensable main-d’œuvre juive dans les territoires de l’Est141. Les sélections sur la rampe de Birkenau servaient simplement, pour les sbires de Himmler, à maintenir la fiction du massacre des seuls inaptes au travail. Quand les liquidations n’étaient pas justifiées par le prétexte de la « lutte contre les bandes armées » et de l’affaiblissement du potentiel « judéo-bolchevique », comme dans les « groupes d’intervention », elles l’étaient souvent par le besoin de faire de la place pour de nouveaux convois. La politique du génocide resta dans la pénombre de la prétendue nécessité de la mise au travail. Le rythme de la destruction connut des phases de ralentissement destinées à permettre l’exploitation temporaire de la force de travail des détenus. Pour de nombreux juifs, ce fut la seule chance de survie142.

  • 143 Cf. la tentative de solution de Baum (1981), p. 294 s. ; cf. p. 265 s. Au problème de l’indifférenc (...)
  • 144 Pour Fleming (1982), p. 106 s., la conférence de Wannsee a été repoussée parce que le Sturmbannführ (...)

59La formule de la mise au travail fut un paravent efficace à la destruction de masse. L inscription surmontant l’entrée du camp de concentration d’Auschwitz : « Arbeit macht frei » (« Le travail rend libre »), était donc plus qu’une proclamation cynique ; elle exprimait la mentalité de l’humanité nouvelle réclamée par Hitler, qui rabaissait l’homme à un simple numéro et n’avait plus même de respect devant les morts. Le perfectionnement bureaucratico-technocratique de la destruction des hommes avait pour fonction d’empêcher l’émergence de freins de type moral143. L’utilisation d’installations techniques d’assassinat ainsi que du monoxyde de carbone et du Zyklon B avait pour raison initiale d’éviter des remous dans l’opinion publique. Bientôt lui succéda la nécessité de faire face à un problème de capacité de destruction. Les étapes préliminaires décisives de la systématisation de la « solution finale » furent donc marquées par le souci du RSHA d’expérimenter ces possibilités techniques, et les missions confiées à Eichmann et à Höß à l’automne 1941 allaient en ce sens144. La solution technique fut ensuite mise en œuvre à grande échelle ; en un certain sens, le progrès technique réalisé dans l’assassinat en masse renvoya au placard la discussion sur l’opportunité de la « solution finale » territoriale, les nouvelles techniques paraissant à bien des égards non seulement plus « pratiques », mais aussi moins inhumaines – pour la victime comme pour le bourreau.

  • 145 Kempner (1961), p. 424 s. ; Biss (1966), p. 227 s.
  • 146 Un survol chez Hilberg (1988), p. 378 s., 454 s.

60L’Holocauste ne fut pas le fruit d’un programme élaboré de longue date. Il fut une escalade, totalement improvisée à chaque fois, d’un degré à l’autre. Une fois mise en route, la destruction des inaptes au travail développa sa dynamique propre. La machine bureaucratique construite par Eichmann et Heydrich fonctionnait de façon quasiment automatique, ce que montre bien le fait qu’Eichmann ignora délibérément l’ordre de Himmler, à la fin de 1944, d’interrompre la « solution finale »145. Le processus de destruction n’avait plus besoin d’impulsion idéologique pour se poursuivre. Les protestations de tous ceux qui avaient intérêt à voir épargner la main-d’œuvre juive – que ce soit la Wehrmacht, l’industrie de l’armement, les entreprises annexées aux camps de concentration de la SS, ou l’administration du Gouvernement général – n’eurent aucun effet146.

  • 147 Adam (1972), p. 311 s. envisage un ordre d’extermination de Hitler pour la période allant de septem (...)
  • 148 La critique de Browning ([1981], p. 97 s.) se fonde sur l’hypothèse qu’à l’été 1941, Hitler aurait (...)
  • 149 Fleming (1988), p. 193, 204 et passim. Il est incontestable qu'à aucun moment, il n’y a de raison d (...)

61L’opinion généralement admise que la politique systématique de génocide contre les juifs d’Europe découle d’une instruction claire du dictateur147 méconnaît totalement la réalité du processus de prise de décision au quartier général du Führer. Si un tel ordre avait existé, même sous forme simplement orale, les dignitaires entourant Hitler en auraient forcément été informés, et ils n’avaient aucune raison d’en taire l’existence dans leurs écrits ou leurs déclarations après 1945148. Gerald Fleming a entrepris une recherche approfondie des traces d’un tel ordre du Führer. Il est seulement parvenu à montrer qu’à un échelon intermédiaire il en était question sous des formes variables ; l’approbation formelle par Hitler des ordres criminels et son intensification de la « lutte contre les bandes criminelles » semblent avoir été les seules bases réelles de ces opinions149.

  • 150 Pour l’attitude hésitante de Hitler face à la mise au travail, cf. Speer (1981), p. 367 s.
  • 151 Cf. Frank-Tagebuch, p. 583 ; Speer (1981), p. 372 s. Frank n’a visiblement pas osé aborder cette qu (...)
  • 152 Cf. supra, note 12.
  • 153 Cf. Broszat (1977), p. 758 s. et passim. Il note à juste titre les contradictions dans la position (...)

62Il faut désormais écarter résolument l’idée qu’une « directive du Führer » se trouverait à l’origine du génocide. Un tel ordre aurait constitué un désaveu de la fiction dominante de la mise au travail systématique et de la « destruction méthodique par le travail ». Or le dictateur n’y avait absolument aucun intérêt, d’autant qu’il aurait alors dû trancher clairement entre la destruction des hommes et la mise au travail requise par les nécessités de la guerre, décision à laquelle il se déroba soigneusement150.C’est en même temps principalement pour cette raison que les intérêts les plus opposés à cette pratique ne purent s’exprimer, d’une part parce qu’ils n’avaient aucun interlocuteur possible, d’autre part parce qu’ils auraient dû briser le tabou qui entourait cette destruction. Ainsi, le gouverneur général Hans Frank ne voyait aucun moyen d’intervenir auprès de Hitler contre le retrait de la main-d’œuvre juive dont il avait le plus grand besoin151. L’absence d’ordre formel de destruction explique aussi le mutisme absolu des dirigeants, comme l’illustre bien le cas d’Albert Speer152.La focalisation extrême des élites nazies sur Hitler encouragea ce comportement. Car Hitler ne se comporta pas différemment et évita soigneusement d’évoquer ce qui se passait dans les camps d’extermination. Ainsi naquit l’impression largement répandue que Heinrich Himmler en avait été l’élément moteur, ce qui laissait de côté la « gestion » idéologique des motivations, dans laquelle Hitler était en permanence l’avocat de la radicalisation153.

  • 154 Cf. Adam (1972), p. 349 s. ; Mommsen (1966), p. 369 s.

63Seuls le flou des ordres et l’éclairage déformant du fanatisme idéologique permirent à l’objectif utopique de l’extirpation du judaïsme de devenir un programme, puis une réalité concrète qui déploya sa dynamique propre contre tous les intérêts qui s’y opposaient. Cela signifie certes aussi qu’on ne peut en attribuer la responsabilité directe uniquement à Hitler, Himmler, Heydrich et Bormann, à l’appareil SS concerné ou aux activistes du ministère des Affaires étrangères. Les dirigeants nationaux-socialistes qui avaient soutenu activement le programme de déportation se tinrent de plus en plus à l’écart de ce qui se passait. La facilité avec laquelle les ministères de la Justice et de l’Intérieur abandonnèrent à la Gestapo et au Sicherheitsdienst (Service de sécurité de la SS) des compétences pour lesquelles ils s’étaient auparavant battus avec acharnement illustre de façon éclatante le désir général de se débarrasser de toute responsabilité, tout en considérant ce qui se passait comme inéluctable154.

  • 155 Cf. Eichmann : « Selon la conférence sur l’organisation du transport, mes compétences s’arrêtaient (...)
  • 156 Cf. Tyrell (1975).
  • 157 Cf. supra, p. 88 s.

64Adolf Eichmann incarne ce mécanisme de responsabilité compartimentée, associée au perfectionnisme bureaucratique et à la soumission aveugle à l’autorité. Comme il le déclara à Jérusalem, sa compétence s’arrêtait aux portes d’Auschwitz-Birkenau, puisqu’il était responsable des seules déportations155. L’éclatement des responsabilités caractérisait le fonctionnement du régime ; les racines en plongeaient dans la structure du NSDAP, telle que Hitler et ses compagnons l’avaient imposée dans les années 1920156. L’efficacité relative du système nazi reposait en effet sur le principe, instauré par Hitler, d’accorder des pouvoirs illimités pour des tâches limitées et de n’admettre de coordination politique qu’entre les institutions politiques inévitablement concernées, ce qui favorisait l’émiettement des responsabilités. A Nuremberg comme dans les autres procès contre les criminels de guerre, les anciens satrapes du régime affirmèrent n’avoir jamais été que des exécutants, des rouages dans une mécanique globale. Personne n’était prêt à endosser la responsabilité totale ni à réfléchir aux conséquences politiques des décisions limitées qu’il avait été amené à prendre. Hitler avait encouragé le processus en empêchant systématiquement toute communication institutionnelle entre les responsables qui lui étaient subordonnés. Absence de communication et refoulement se renforcèrent mutuellement, et lorsque ces mécanismes se déclenchèrent, la conscience confuse naquit que l’implication dans l’escalade du crime avait été trop forte pour qu’on puisse encore s’y opposer efficacement157.

  • 158 Cf. Laqueur (1981) ; Wasserstein (1979) ; Marrus / Paxton (1981) ; Fein (1979), particulièrement p. (...)
  • 159 Cf. Steinert (1970), p. 255 s. ; Kershaw (1979), p. 339 s. ; Kulka (1983b), p. 149 s.

65Si les mécanismes que nous venons de décrire permettent d’envisager que les sommets de la hiérarchie nazie aient été dans l’incapacité psychologique de réfléchir à cette escalade dans le crime et d’en tirer les conséquences, il nous faudra aussi nous faire à l’idée que la grande majorité de la population n’a accordé qu’une confiance limitée à des rumeurs et à des informations partielles, de la même façon que les opinions publiques occidentales et les gouvernements alliés n’ont admis qu’avec réticence et hésitation la vérité sur l’Holocauste158. La co-responsabilité morale de chacun réside beaucoup moins dans l’absence de protestation contre l’Holocauste – surtout si l’on garde à l’esprit les interventions massives de la Gestapo – que dans l’acceptation passive de la mise à l’écart de la population juive, qui a constitué les premières étapes vers la « solution finale ». Les réactions gênées de l’opinion allemande aux révélations sur Katyn témoignent de la conscience de cette escalade dans l’injustice159.

66Que l’Holocauste ait pu devenir une réalité ne s’explique qu’in- complètement par des facteurs idéologiques tels que l’impact de la propagande antisémite ou le caractère traditionnellement autoritaire de la culture politique allemande. Les mécanismes politico- bureaucratiques qui ont fait une réalité de l’idée d’une extermination de masse sont également concevables dans d’autres contextes sociaux.

  • 160 Broszat (1970), p. 403 s.
  • 161 Cf. Fest (1973), p. 925, 927 ; cf. Carr (1987), p. 6 s.

67La structure en fin de compte archaïque du système de pouvoir nazi, associée à l’action d’appareils bureaucratiques secondaires, s’est révélée un facteur déterminant, aussi bien dans la sélection des « éléments idéologiquement négatifs160 » que dans une perte incommensurable du sens des réalités, laquelle atteint son apogée dans le psychisme de Hitler161. Que l’Holocauste se soit produit constitue un exemple et une mise en garde contre la possibilité qu’il y a de séduire des individus par ailleurs normaux, pour peu qu’ils se trouvent dans le contexte d’un état d’exception permanent, de la dissolution des structures juridiques et institutionnelles, et de la justification officielle d’actes criminels présentés comme une cause nationale. L’Holocauste n’est donc pas seulement une formule de conjuration des phobies racistes et du ressentiment social à l’égard des minorités ; il met aussi en lumière le danger permanent, y compris dans les sociétés industrielles avancées, que représentent la déformation et la manipulation de la morale privée et publique.

Haut de page

Bibliographie

Adam, U. D. (1972) : Judenpolitik im Dritten Reich, Tübingen.

Akten zur deutschen auswärtigen Politik, série D, vol. IV.

Allen, W. S. (1981) : « Die deutsche Öffentlichkeit und die “Reichskristallnacht”. Konflikte zwischen Werthierarchie und Propaganda im Dritten Reich », in : Peukert, D. / Reulecke J. (éd.) : Die Reihen fest geschlossen: Beiträge zur Geschichte des Alltags unterm Nationalsozialismus, Wuppertal, p. 397-412.

Aly, G. (1995) : « Endlösung », Völkerverschiebung und der Mord an den europäischen Juden, Francfort.

Arendt, H. (1966) : Eichmann à Jérusalem. Un rapport sur la banalité du mal, Paris.

Arndt, I. / Scheffler, W. (1976) : « Organisierter Massenmord an Juden in nationalsozialistischen Vernichtungslagern », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 24 (2), p. 105-135.

Auerbach, H. (1977) : « Hitlers politische Lehrjahre und die Münchener Gesellschaft, 1919-1923 », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 25 (1), p. 1-45.

Ayçoberry, P. (1979) : La question nazie. Essai sur les interprétations du national-socialisme, Paris.

Bauer, J. (1978) : The Holocaust in Historical Perspective, Canberra.

Bauer, J. (1980) : « Genocide : Was it the Nazi Original Plan ? », Annals of the American Academy of Political and Social Science, juillet, p. 34-45.

Baum, R. C. (1981) : The Holocaust and the German Elite. Genocide and National Suicide in Germany 1871-1945, Londres.

Benz, W. (1980) : « Die Opfer und die Täter. Rechtsextremisten in der Bundesrepublik », Aus Politik und Zeitgeschichte, Beilage zum « Parlament », 27, p. 29-45.

Benz, W. (1981) : « Judenvernichtung aus Notwehr ? », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 29 (4), p. 615-630.

Benz, W. (1991) : Dimensionen des Völkermords. Die Zahl der jüdischen Opfer des Nationalsozialismus, Munich.

Biss, A. (1966) : Der Stopp der Endlösung, Stuttgart.

Blau, B. (1965) : Das Ausnahmerecht für die Juden in den europäischen Ländern, 1ère partie : Deutschland, 3e éd., Düsseldorf.

Botz, G. (1978) : Wien vom « Anschluß» bis zum Krieg. Nationalsozialistische Machtübernahme und politisch-soziale Umgestaltung am Beispiel der Stadt Wien, Vienne.

Bracher, K. D. (1986) : La dictature allemande, Paris.

Bracher, K. D. et al. (1962) : Die nationalsozialistische Machtergreifung, 2e éd., Cologne.

Broszat, M. (1958) (éd.) : Kommandant in Auschwitz. Autobiographische Aufzeichnungen von Rudolf Höß, Stuttgart.

Broszat, M. (1961) : Nationalsozialistische Polenpolitik 1939-1945, Stuttgart.

Broszat, M. (1967) : « Nationalsozialistische Konzentrationslager 1933-1945 », in : Buchheim, H. et al. : Anatomie des SS-Staates, vol. 2, Munich, p. 11-133.

Broszat, M. (1970) : « Soziale Motivation und Führerbindung des Nationalsozialismus », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 18 (4), p. 392-409.

Broszat, M. (1977) : « Hitler und die Genesis der “Endlösung” », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 25 (4), p. 739-775.

Broszat, M. (1979) : « “Holocaust” und die deutsche Geschichtswissenschaft », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 27 (2), p. 285-298.

Browning, Ch. R. (1978) : The Final Solution and the German Foreign Office, New York.

Browning, Ch. R. (1981) :« Zur Genesis der “Endlösung”. Eine Antwort an Martin Broszat », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 29 (1), p. 97-109.

Browning, Ch. R. (1985) : « The Decision Concerning the Final Solution », in : Fateful Months. Essays on the Emergence of the Final Solution, New York, p. 8-38.

Browning, Ch. R. (1986) : « Nazi Ghettoization Policy in Poland : 1939-1941 », Central European History, 19, p. 343-368 (réimprimé in : id. : The Path to Genocide, Cambridge, 1992, p. 28-56).

Campbell, J. (1989) : Joy in Work, German Work : The National Debate 1800-1945, Princeton.

Carr, W. (1978) : Hitler. A Study in Personality and Politics, Londres.

Dawidowicz, L. (1979) : Der Krieg gegen die Juden, Munich.

Domarus, M. (1965) (éd.) : Hitler. Reden und Proklamationen 1932-1945, Munich.

Eichmann, A. (1980) : Ich, Adolf Eichmann, éd. par R. Aschenauer, Druffel.

Fein, H. (1979) : Accounting for Genocid. National Responses and Jewish Victimization during the Holocaust, New York.

Fest, J. (1973) : Hitler. Une biographie, Paris.

Fleming, G. (1982) : Hitler und die Endlösung, Wiesbaden.

Fleming, G. (1988) : Hitler et la solution finale, trad. par Catherine d’Aragon, Paris.

Genschel, H. (1966) : Die Verdrängung der Juden aus der Wirtschaft im Dritten Reich, Göttingen.

Georg, E. (1963) : Die wirtschaftlichen Unternehmungen der SS, Stuttgart.

Goldhagen, E. (1971) : « Albert Speer, Himmler and the Secrecy of the Final Solution », Midstream, octobre, p. 43-50.

Goshen, S. (1981) : « Eichmann und die Nisco-Aktion im Oktober 1939 », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 29 (1), p. 74-96.

Graml, H. (1958) : Der 9. November 1938 – « Reichskristallnacht », 6e éd., Bonn.

Gruchmann L. (1983) : « “Blutschutzgesetz” und Justiz. Entstehung und Anwendung der Nürnberger Gesetze vom 15. September 1935 », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 31 (3), p. 418-442.

Haff, I. (1978) : Justiz im Dritten Reich, Francfort.

Heiber, H. (1958) : « Der Generalplan Ost », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 6 (3), p. 281-325.

Heiber, H. (1962) : Joseph Goebbels, Berlin.

Heim S. / Aly, G. (1992) : « Staatliche Ordnung und “organische Lösung” », Jahrbuch für Antisemitismusforschung, 1, p. 378-404.

Hilberg, R. (1981) : Sonderzüge nach Auschwitz, éd. all. trad. par G. Schleicher, Mayence.

Hilberg, R. (1988) : La destruction des juifs d’Europe. Histoire de l’Holocauste, Paris.

Hildebrand, K. (1971) : Deutsche Außenpolitik 1933-1945 – Kalkül oder Dogma ?, Stuttgart.

Hildebrand, K. (1976a) : « Hitlers “Programm” und seine Realisierung 1939-1942 », in : Funke, M. (éd.) : Hitler, Deutschland und die Mächte, Düsseldorf, p. 63-93.

Hildebrand, K. (1976b) : « Innenpolitische Antriebskräfte der nationalsozialistischen Außenpolitik », in : Funke, M. (éd.): Hitler, Deutschland und die Mächte, Düsseldorf, p. 223-238.

Hillgruber, A. (1965) : Hitlers Strategie, Politik und Kriegsführung 1940-1941, Francfort.

Hillgruber, A. (1970) : Staatsmänner und Diplomaten bei Hitler, 2e partie, Francfort.

Hillgruber, A. (1976) : « Die “Endlösung” und das deutsche Ostimperium als Kernstück des rassenideologischen Programms des Nationalsozialismus », in : Funke, M. (éd.) : Hitler, Deutschland und die Mächte, Düsseldorf, p. 94-114.

Hitlers Politisches Testament, Francfort, 1981.

Höhne, R. (1966) : Der Orden unter dem Totenkopf. Die Geschichte der SS, Hambourg.

Hubatsch W. (1962) (éd.) : Hitlers Weisungen für die Kriegsführung 1939-1945, Francfort.

Hüttenberger, P. (1969) : Die Gauleiter, Stuttgart.

Irving, D. (1977) : Hitler’s War, Londres.

Jäckel, E. (1980) (éd) : Hitler. Sämtliche Aufzeichnungen von 1905-1923, Stuttgart.

Jäckel, E. (1981) : Hitlers Weltanschauung, nouv. éd., Stuttgart.

Jacobsen, H. A. (1976 ) : « Zur Struktur der NS-Außenpolitik 1933-1945 », in : Funke, M. (éd.) Hitler, Deutschland und die Mächte, Düsseldorf, p. 137-185.

Jochmann, W. (1980) (éd.) : Adolf Hitler. Monologe im Führerhauptquartier 1941-1944, Hambourg.

Jochmann, W. / Jacobsen, H. A. (1966) : Ausgewählte Dokumente zur Geschichte des Nationalsozialismus, Bielefeld.

Kempner, R. M. W. (1961) : Eichmann und Komplizen, Zurich.

Kershaw, I. (1979) : « Antisemitismus und Volksmeinung. Reaktionen auf die Judenverfolgung », in : Broszat, M. / Fröhlich, E. (éd.) : Bayern in der NS-Zeit, Herrschaft und Gesellschaft im Konflikt, vol. 2, Munich, p. 281-348.

Kershaw, I. (1981) : « The Persecution of the Jews and Popular Opinion in the Third Reich », Leo Baeck Yearbook, 26, p. 261-289.

Knopp, G. (éd.) (1979) : Hitler heute. Gespräche über ein deutsches Trauma, Aschaffenburg.

Koehl, R. L. (1957) : RKFDV : German Settlement and Population Policy, 1939-1945, Cambridge Mass.

Kommission zur Erforschung der Geschichte der Frankfurter Juden (éd.) (1963) : Dokumente zur Geschichte der Frankfurter Juden, Francfort.

Krausnick, H. (1957) (éd.) : « Denkschrift Himmlers über die Behandlung der Fremdvölkischen im Osten (Mai 1940) », in : Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 5 (2), p. 194-198.

Krausnick, H. (1965) : « Judenverfolgung », in : Broszat, M. et al. : Anatomie des SS-Staates, vol. II, Fribourg, p. 283-448.

Krausnick, H. (1977) : « Kommissarbefehl und “Gerichtsbarkeitserlaß Barbarossa” in neuer Sicht », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 25 (4), p. 682-738.

Krausnick, H. / Wilhelm, H. H. (1981) : Die Truppe des Weltanschauungskrieges. Die Einsatzgruppen der Sicherheitspolizei und des SD 1938-1942, Stuttgart.

Krummacher, H. F. (1964) (éd.) : Die Kontroverse. Hannah Arendt, Eichmann und die Juden, Munich.

Kuhn, A. (1970) : Hitlers außenpolitisches Programm, Stuttgart.

Kulka, O. D. (1975) : The Jewish Question in the Third Reich, Jeruslem.

Kulka, O. D. (1983a) : « The Churches in the Third Reich and the “Jewish Questions” in the Light of the Secret Nazi Report on German “Public Opinion” », Revue d’histoire ecclésiastique, p. 490-505.

Kulka, O. D. (1983b) : « “Public Opinion” in Nazi Germany : The Final Solution », The Jerusalem Quarterly, 26, p. 34-45.

Kulka, O. D. / Hildesheimer, E. (s.d.) : Die Zentralorganisation der deutschen Juden im Dritten Reich. Dokumente zur Geschichte der Reichsvertreteung der Juden in Deutschland (1933-1938) und der Reichsvereinigung der Juden in Deutschland (1939-1943/44) (Aufzeichnungen Dr. Eppsteins vom 25. Juni 1940 und 3. Juli 1940 über Besprechungen im RSHA).

Kwiet, K. (1980/1981) : « Zur historiographischen Behandlung der Judenverfolgung im Dritten Reich », Militärgeschichtliche Mitteilungen, 27, p. 149-192.

Lamm, H. (1951) : Die innere und äußere Entwicklung des deutschen Judentums, diss. phil., Erlangen.

Lang, J. von (1982) (éd.) : Das Eichmann-Protokoll, Tonbandaufzeichnungen der israelischen Verhöre, Berlin.

Langbein, H. (1972) : Menschen in Auschwitz, Vienne.

Laqueur, W. (1981) : Le terrifiant secret, Paris.

Lochner, L. P. (1948) (éd.) : Goebbels-Tagebücher, Zurich.

Lösener, B. (1961) : « Als Rassenreferent im Reichsministerium des Inneren », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 9 (3), p. 262-313.

Margaliot, A. (1977) : « The Reaction of the Jewish Public in Germany to the Nuremberg Laws », Yad Vashem Studies, XII, p. 75-107.

Marrus, M. R. / Paxton, O. (1981) : Vichy et les juifs, Paris.

Mason, T. (1971) : « The Legacy of 1918 for National Socialism », in : Nicholls, A. / Matthias, E. (éd.): German Democracy and the Triumph of Hitler, Londres, p. 215-239.

Mitscherlich, A. et M. (1972) : Le deuil impossible. Fondements du comportement collectif, Paris.

Mommsen, H. (1962) : « Der nationalsozialistische Polizeistaat und die Judenverfolgung vor 1938 », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 10 (1), p. 68-87.

Mommsen, H. (1966) : « Aufgabenkreis und Verantwortlichkeit des Staatssekretärs der Reichskanzlei », in : Gutachten des Instituts für Zeitgeschichte, vol. II, Stuttgart.

Mommsen, H. (1976) : « Spandauer Tagebücher. Bemerkungen zu den Aufzeichnungen Albert Speers im internationalen Militärgefängnis 1946-1966 », Politische Vierteljahresschrift, 17 (1), p. 108-114.

Mommsen, H. (1988) : « Was haben die Deutschen vom Völkermord an den Juden gewusst ? », in : Pehle, W. H. (éd.) : Der Judenpogrom 1938. Von der « Reichskristallnacht » zum Völkermord, Francfort, p. 176-200.

Mommsen, H. (1997) : « La place de Hitler dans le système de pouvoir national-socialiste », in : id. : Le national-socialisme et la société allemande, Paris, p. 67-100.

Mommsen, H. / Willems, S. (1988) (éd.) : Herrschaftsalltag im Dritten Reich, Düsseldorf.

Moritz, K. / Noam, E. (1978) (éd.) : Justiz und Judenverfolgung, vol. 2 : NS-Verbrechen vor Gericht, Wiesbaden.

Mosse, G. L. (1978) : Rassismus. Ein Krankheitssymptom der europäischen Geistesgeschichte des 19. und 20. Jahrhunderts, Königstein.

Mosse, W. E. (1966) (éd.) : Entscheidungsjahr 1932. Zur Judenfrage in der Endphase der Weimarer Republik, Tübingen.

Noam, E. / Kropat, W.-A. (1986) : Juden vor Gericht 1933-1945, Wiesbaden.

Pätzold, S. K. (1980) : « Von der Vertreibung zum Genocid. Zu den Ursachen, Triebkräften und Bedingungen der antijüdischen Politik des faschistischen deutschen Imperialismus », in : Eichholtz, D. / Gossweiler, K. (éd.) : Faschismusforschung. Positionen, Probleme, Polemik, Berlin (Est).

Picker H. (1977) (éd.) : Hitlers Tischgespräche im Führerhauptquartier, 2e éd., Stuttgart.

Plewnia, M. (1970) : Auf dem Weg zu Hitler. Der « völkische » Publizist Dietrich Eckart, Brême.

Pohl, D. (1996) : Nationalsozialistische Judenverfolgung in Ostgalizien 1941-1944. Organisation und Durchführung eines staatlichen Massenverbrechens, Munich.

Poliakov, L. (1951) : Bréviaire de la haine, Paris.

Präg, W. / Jacobmeyer, W. (1975) (éd.) : Das Diensttagebuch des deutschen Generalgouverneurs in Polen 1939-1945, Stuttgart.

Reitlinger, G. (1956) : Die Endlösung. Hitlers Versuch der Ausrottung der Juden Europas I939-I945, éd. all., Berlin.

Robinson, H. (1977) : Justiz als politische Verfolgung. Die Rechtsprechung in « Rassenschandefällen » beim Landgericht Hamburg 1936-1943, Stuttgart.

Rosenstock, W. (1963) : « Exodus 1933-1939. Ein Überblick über die jüdische Auswanderung aus Deutschland », in : Deutsches Judentum. Aufstieg und Krise, éd. R. Weltsch, Stuttgart, p. 380-405.

Rössler, M. / Schleiermacher, S. (1993) (éd.) : Der « Generalplan Ost ». Hauptlinien der nationalsozialistischen Planungs- und Vernichtungspolitik, Berlin.

Rothfels, H. / Eschenburg, Th. (1970) (éd.) : Studien zur Geschichte der Konzentrationslager, Stuttgart.

Rückerl A. (1977) (éd.) : Nationalsozialistische Vernichtungslager im Spiegel deutscher Strafprozesse, Munich (3e éd. 1979).

 Rüthers, B. (1973) : Die unbegrenzte Auslegung. Zum Wandel der Privatrechtsordnung im Nationalsozialismus, Francfort.

Sandkühler, Th. (1996) : « Endlösung » in Galizien. Der Judenmord in Ostpolen und die Rettungsinitiativen von Berthold Beitz, 1941-1944, Bonn.

Sauer P. (1966) (éd.) : Dokumente über die Verfolgung der jüdischen Bürger in Baden-Württemberg durch das national-sozialistische Regime 1933-1945, 2. vol., Stuttgart.

Sauer P. (1969) : Die Schicksale der jüdischen Bürger Baden-Württembergs während der nationalsozialistischen Verfolgungszeit 1933-1945, Stuttgart.

Scheffler, W. (1960) : Judenverfolgung im Dritten Reich 1933-1945, Berlin (2e éd. 1979).

Scheffler, W. (1978) : « Ausgewählte Dokumente zur Geschichte des Novemberpogroms 1938 », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 4/78, 4.11.1978, p. 3-30.

Schirach, H. von (1956) : Der Preis der Herrlichkeit, Wiesbaden.

Schleunes, K. A. (1970) : The Twisted Road to Auschwitz. Nazi Policy Toward German Jews 1933-1939, Chicago.

Schmidt, (1972) : Albert Speer : Das Ende eines Mythos, Berne.

Smith B. F. / Peterson, A. (1974) (éd.) : Heinrich Himmlers Geheimreden 1933 bis 1945 und andere Ansprachen, Francfort.

Smith, B. F. (1977) : Der Jahrhundertprozeß. Die Motive der Richter von Nürnberg, Francfort. 

Speer, A. (1981) : Der Sklavenstaat, Stuttgart.

Steinert, M. G. (1970) : Hitlers Krieg und die Deutschen. Stimmung und Haltung der deutschen Bevölkerung im Zweiten Weltkrieg, Düsseldorf.

Stern, J. P. (1975) : Hitler. The Führer and the People, Londres.

Stierlin, H. (1975) : Adolf Hitler. Familienperspektiven, Francfort.

Stokes, L. D. (1973) : « The German People and the Destruction of the European Jews », Central European History, 6, p. 167-191.

Strauß, H. A. (1980) : « Jewish Emigration from Germany. Nazi Politics and Jewish Responses », Leo Baeck Yearbook, 25, p. 313-363.

Strauß, H. A. (1981) : « Jewish Emigration from Germany. Nazi Politics and Jewish Responses », Leo Baeck Yearbook, 26, p. 343-411.

Streim, A. (1985) : « Zur Eröffnung des allgemeinen Judenvernichtungsbefehls gegenüber den Einsatzgruppen », in : Jäckel, E. / Rohwer, J. (éd.) : Der Mord an den Juden im Zweiten Weltkrieg, Stuttgart, p. 107-119.

Streit, Chr. (1978) : Keine Kameraden. Die Wehrmacht und die sowjetischen Kriegsgefangenen 1941-1945, Stuttgart.

Stuckart, W. / Globke, H. (1936) : Reichsbürgergesetz, Blutschutzgesetz und Ehegesundheitsgesetz, Munich.

Trommler, F. (1979) : « Die “Nationalisierung” der Arbeit », in : Grün, R. / Hermand, J. : Arbeit als Thema in der deutschen Literatur vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Königstein, p. 102-125.

Tyrell, A. (1975) : Vom Trommler zum Führer. Der Wandel von Hitlers Selbstverständnis zwischen 1919 und 1924 und die Entwicklung der NSDAP, Munich.

Tyrell, A. (1979) : « Wie Hitler Führer wurde », in : Knopp, G. (éd.) : Hitler heute. Gespräche über ein deutsches Trauma, Aschaffenburg, p. 20-48.

Uhlig, H. (1956) : Die Warenhäuser im Dritten Reich, Cologne.

Wasserstein, B. (1979) : Britain and the Jews of Europe, 1939-1945, Londres.

Wilhelm, H. H. (1980) : « Wie geheim war die Endlösung ? », in : Miscellanea. Festschrift für Helmut Krausnick, Stuttgart, p. 131-148.

Yahil, L. (1974) : « Madagascar. Phantom of a Solution for the Jewish Question », in : Vago, B. / Mosse, G. (éd.): Jews and Non-Jews in Eastern Europe, New York, p. 315-334.

Zelzer, M. (1964) : Weg und Schicksal der Stuttgarter Juden, Stuttgart.

Haut de page

Notes

1 Reitlinger (1956), il fut précédé par Poliakov (1951).

2 On trouve un survol de la littérature spécialisée, trop abondante pour que l’individu isolé puisse s’en faire une idée d’ensemble, dans Kwiet (1980/1981). La recherche ouest-allemande a d’abord appréhendé ce sujet avec précaution. A l’exception de la vision globale proposée par Scheffler (1960), ainsi que de Genschel (1966) et de Adam (1972), il n’existe aucune analyse monographique générale de l’Holocauste et de sa préhistoire. La contribution de Helmut Krausnick, qui résulte d’un rapport pour le procès de Francfort publié ensuite sous le titre « Judenverfolgung » (Krausnick [1965]), reste à ce jour la meilleure analyse globale, si l’on s’en tient aux auteurs allemands. – Cf. aussi Broszat (1979).

3 Cf. Mitscherlich (1972), p. 27 s. et 183 s. ; Ayçoberry (1979), p. 242 s. – Parmi les récits des survivants, Langbein (1972) me paraît avoir une valeur exemplaire.

4 Arendt (1966). La vivacité des réactions qui accueillirent l’interprétation d’Arendt est restituée dans Krummacher (1964). Le point de vue antérieur est présenté dans Kempner (1961).

5 Cf. l’introduction de Broszat (1958), p. 16 s.

6 Cf. Höhne (1966), p. 149 s. et 351 s.

7 Sur le nombre des juifs assassinés, cf. Hilberg (1988), p. 1033 s. L’estimation de 5,1 millions de victimes est forcément approximative ; cf. Benz (1991), p. 17.

8 Cf. Martin Broszat (1967), p. 77 s., Hilberg (1988), p. 603 s.

9 Heinrich Himmler, le 6 octobre 1943 : « On devra peut-être se demander beaucoup plus tard si on en [la “solution finale” ; H. M.] dit davantage au peuple allemand. Je crois qu’il vaut mieux que nous tous ensemble ayons porté cela pour notre peuple, que nous en ayons pris la responsabilité (la responsabilité d’un acte, et pas seulement d’une idée) et que nous emportions ce secret avec nous dans la tombe ». Cité d’après Smith / Peterson (1974), p. 170 s. (souligné par l’auteur).

10 Sur la destruction des traces, cf. Hilberg (1988), p. 846 s. ; cf. Rückerl (1977), p. 273 s. et passim.

11 Outre le discours du 6 octobre (Smith / Peterson [1974], p. 162 s.), ceux du 16 décembre 1943 (extrait p. 201), du 26 janvier 1944 (ibid., p. 201 s.), du 24 mai 1944 (ibid., p. 203) et du 21 juin 1944 (ibid., p. 203 s.). Les formulations de Himmler rapportent en permanence les faits à l’appareil SS, en le désignant par « nous ». Fort significative est la formule que « nous » ne sommes pas toujours autorisés « à nous dispenser des choses dures et difficiles parmi ce qui peut être fait aujourd’hui », et ce en relation avec la mention que le problème ne peut être repoussé à une époque où Hitler ne serait plus en vie (ibid., p. 202 et 204). Dans la révélation des crimes dans les milieux des hauts fonctionnaires et du commandement militaire, les difficultés psychologiques croissantes de Himmler à assumer ce poids jouèrent un rôle important (cf. Höhne [1966], p. 335 s.), tout comme le fait que Himmler commençait à se distancier intérieurement de Hitler, ou du moins qu’il connaissait son état de santé et ne pouvait plus compter être couvert encore longtemps par lui.

12 Sur l’attitude changeante de Hans Frank pendant le procès, cf. Smith (1977), p. 214 s. ; Göring nia cependant avoir, en signant l’ordonnance de pleins pouvoirs à Heydrich, poursuivi des projets d’extermination (cf. Der Prozess gegen die Hauptkriegsverbrecher vor dem Internationalen Militärgerichtshof [dorénavant IMT] 9, p. 574 s.). Cf. aussi le survol dans Hilberg (1988), p. 919 s. Sur le cas Speer, cf. Goldhagen (1971) ; les réponses de Speer à ces propos et aux positions de Malinowsky dans le Spiegel, 29e année, n° 46, 6 octobre 1975, ne peuvent toutefois être contestées à ce jour. Cf. mon commentaire des Spandauer Tagebücher (Mommsen [1976]) ; la démonstration de Schmidt (1972), p. 232 s. n’est pas en contradiction avec sa défense. Même si, on peut mettre en doute cette dernière, le fait que le génocide fut étouffé est attesté ; la justification tardive de Speer (1981), p. 376 s., nuit plutôt à sa vraisemblance.

13 Raul Hilberg a étudié systématiquement cette question. Cf. son étude Hilberg (1981) ; cf. Stokes (1973), notamment p. 187 s. ; Steinert (1970), p. 249 s. ; Browning (1978) ; Streit (1978), p. 109 s. ; Kershaw (1979), p. 340 s. ; Kulka (1983a).

14 Et l’on ne peut donc que laisser de côté les écrits de l’extrême droite ; cf. Benz (1980), (1981).

15 L’Institut für Zeitgeschichte de Munich prépare une étude sur ce thème.

16 C’est la conception traditionnelle. Elle est représentée de la façon la plus conséquente par Jäckel (1981), notamment p. 68. La thèse de Jäckel selon laquelle l’attitude de Hitler se serait radicalisée au fil de l’élaboration de sa vision du monde (p. 66 s.) n’est guère convaincante au vu des premières déclarations de Hitler, qui sont toutes sur le même ton (cf. l’édition de Jäckel (1980) ; le couple antisémitisme-antibolchevisme est présent dès l’origine. Le suivent Fleming (1988), p. 33 s. ; Dawidowicz (1979), p. 408. Le renvoi de Fleming à Tyrell (1979), p. 27 s., ne convainc pas. Avec Broszat ([1970], p. 400 s.), je défends expressément le caractère métaphorique et propagandiste des propos très clairs de Hitler, qui s’oppose à une concrétisation de cette métaphore de l’extermination, tant il est incontestable que celle-ci est utilisée comme figure de style, pour faire preuve de « modération » tactique, et même s’il n’existait guère chez Hitler de mécanisme de censure psychique l’empêchant de pratiquer concrètement l’Holocauste. Cf. les objections pertinentes de Broszat contre l’hypostase par Jäckel de la « vision du monde » hitlérienne, ibid., p. 399 s.

17 Cf. Auerbach (1977), p. 8 s. et la littérature citée dans la note 33 ; on renverra aussi à l’étude considérable de Reginald Phelps sur Munich dans la période pré- et post-révolutionnaire. Cf. en outre Plewnia (1970) ; Mosse (1978) ; et aussi la littérature répertoriée chez Kwier (1980-1981), p. 186. Cf. Broszat (1970), p. 400. L’assimilation souvent faite dans la littérature entre le contenu de la propagande nazie et la « vision du monde » hitlérienne méconnaît justement, par rapport à l’antisémitisme, la convergence avec la droite völkisch et en bonne partie national-conservatrice qui contribua à minimiser l’antisémitisme racial. Cf. aussi Mosse (1966).

18 Cf., pour un exemple, Hilberg (1988), p. 544.

19 Cf. Mommsen (1997), notamment p. 94 s. ; Schleunes (1970), p. 73 et 258 s. ; Adam (1972), p. 163 s., 217.

20 La relation dans Adam (1972), p. 125 s. doit être complétée par le fait que l’adoption, par le Reichstag réuni à Nuremberg, des lois sur la « protection du sang » et sur les « citoyens du Reich » constitua une solution embarrassée, dans la mesure où l’intention initiale de Hitler était de faire une déclaration de politique étrangère devant le corps diplomatique en utilisant le prétexte du conflit en Abyssinie pour réclamer une révision du traité. Sur le conseil de Neurath, ce plan fut abandonné le soir du 13 septembre (dans le communiqué à la conférence de presse secrète du 12 septembre – collection Dertinger –, on lit : « L’ordre du jour comporte un seul point : audition d’une déclaration du gouvernement »). Ce fut l’occasion de déposer en toute hâte, outre la loi sur le drapeau du Reich qui ne nécessitait pas la convocation solennelle du Reichstag, une « loi sur les juifs », la « loi sur la protection du sang » et la « loi sur les citoyens du Reich » (qui ne fut proposée que le 14 septembre par Frick). Il ressort aussi des manuscrits Lösener (Institut für Zeitgeschichte [IfZ] F 71/2 ; cf. aussi Lösener [1961], p. 264 s.) que les différentes versions réclamées par Hitler ne variaient pour l’essentiel que sur les sanctions. Hitler joua sans aucun doute un rôle hésitant et contradictoire. Les circonstances expliquent pourquoi on ne se référa pas aux travaux préparatoires du ministère de la Justice du Reich pour la « loi sur les juifs », ni à ceux du ministère de l’Intérieur du Reich pour celle sur la citoyenneté. Gürtner ne prit connaissance du texte des lois que lorsqu’elles furent promulguées. Hitler opta pour la version la plus « modérée », tout en supprimant le passage mentionnant que la loi ne s’appliquait qu’aux juifs intégraux, mais il approuva la note de la DPA précisant qu’elle ne s’appliquerait qu’à ceux-ci. Le Parti considéra la loi comme une grave défaite. Goebbels interdit tout autre commentaire dans la presse du Parti et fît interrompre les retransmissions radiophoniques avant la lecture des documents. D’une part, le Parti avait espéré des mesures de discrimination économique, qui furent abandonnées devant les objections de Schacht ; d’autre part, aucun accord ne fut trouvé sur la question des « sang-mêlé » et des « demi-juifs ». Une décision provisoire fut prise au cours d’une session secrète du Führer le 24 septembre à Munich, au cours de laquelle Hitler soutint le point de vue relativement modéré des administrations des ministères (Rapports confidentiels de Dertinger). Malgré tout, Bormann répliqua en imposant une disposition de Hitler en vertu de laquelle l’article 6 du premier décret de la loi sur la citoyenneté qui prescrivait la suppression de tous les articles sur les aryens était inapplicable, sauf au NSDAP et à ses organisations. Il contourna en même temps la loi sur la citoyenneté en entamant – en étroite collaboration avec Hans Globke, qui n’avait pas participé à la préparation des « lois de Nuremberg » – l’étude d’une nouvelle réglementation du droit de la nationalité, prévoyant entre autres que les enfants de « couples racialement mixtes » seraient déchus de la nationalité allemande ; cela constitua le préalable immédiat aux décrets 11 et 12 en application de la loi sur la citoyenneté de 1943, qui signifiaient une approbation déguisée des déportations (cf. Adam [1972], p. 297 s.). Cf. aussi Gruchmann (1983).

21 A propos de l’attitude évasive de Hitler dans le règlement de la question des « sang-mêlé » et des « couples mixtes » : cf. Adam (1972), p. 329 s. et aussi Irving (1977), p. 391. L’attitude de Hitler ne signale en rien un virage définitif ; elle procède de son fonctionnement intellectuel, consistant à attendre que se produisent des situations où de telles décisions de détail deviendraient obsolètes.

22 Cf. Hildebrand (1971), p. 26 s. ; (1976b), p. 237 s. et passim ; Jacobsen (1976), p. 172 s. ; Kuhn (1970).

23 Cf. Fest (1973) ; Broszat (1970), p. 401 s.

24 Sur le boycottage d’avril, cf. Genschel (1966), p. 43 s. L’annonce du boycottage est antérieure aux décisions prises par Hitler et Goebbels le 26 mars. Cf. la justification typique par Hitler des mesures de boycott, ibid., p. 47. Cf. Bracher et al. (1962), p. 277 s. – Le journal Münchener Neueste Nachrichten commenta ainsi les « lois de Nuremberg » le 15 septembre : « La communauté juive qui se trouve à l’intérieur des frontières allemandes se voit ainsi conférer la possibilité de devenir une minorité nationale. » Dans les faits, les lois sanctionnaient des mesures déjà appliquées ; ajoutée à la formule utilisée par la propagande comme quoi « il n’y aurait désormais plus d’abus », cette réglementation légale éveilla justement l’impression de fixer une solution définitive.

25 Cf. les descriptions de Graml (1958) et Adam (1972), p. 206 s. Il n’est absolument pas acquis que Hitler ait approuvé au préalable le pogrome dans la forme précise où Goebbels l’avait organisé. Cf. Scheffler (1978) ; IMT 20, p. 320 ; 32, p. 28 ; 14, p. 465 s. ; et aussi Moritz in : Moritz / Noam (1978), p. 213. Selon l’affidavit de Schallermeier (IMT 42, p. 510 s.), lorsque Himmler joignit Hitler, il eut l’impression que celui-ci « n’était pas au courant de ce qui se passait », c’est-à-dire qu’il s’agissait d’un pogrome parfaitement organisé et non point d’actions spontanées.

26 Adam (1972), p. 196, remarque qu’« en dernière instance le Führer définissait seul la politique juive », tandis que Schleunes (1970), p. 131, souligne : « La main de Hitler apparaît occasionnellement à des moments cruciaux, mais de façon souvent hésitante et faible. Il ne délégua pas ses responsabilités pour la question juive, et ne donna pas non plus de chèque en blanc à ce propos. » Sur l’aryanisation, cf. Adam (1972), p. 208 s. ; Genschel (1966), p. 180 s.

27 Cf. Schleunes (1970), p. 90 s., 97 s.

28 Cf. Mommsen (1997), p. 81 s.

29 Cf. Genschel (1966), p. 46 s.

30 Cf. infra, p. 195 s.

31 Jäckel (1981), p. 72 s. ; Krausnick (1965), p. 338 s. ; cf. Adam (1972), p. 235 s. La paraphrase de telles affirmations dans la propagande national-socialiste à partir de 1933 a contribué à la minimisation de cette menace dans l’opinion.

32 Cf. Irving (1977), p. 311 s.

33 Ibid., p. 576 ; sur ce thème, cf. Broszat (1977), p. 759 s. et Fleming (1982), p. 29 s. et passim.

34 Informations confidentielles de la chancellerie du Parti, IfZ, Db 15.06 ; cf. Broszat (1977), p. 763 s. Il convenait d’éviter toute évocation publique d’une « future solution globale » ; sur la réticence consciente de Hitler à s exprimer concrètement sur les exterminations de masse, Fleming est en accord avec Broszat (cf. p. 68 s.).

35 Cf. Fleming (1988), p. 180 s. Il y a une contradiction évidente : d’une part, sur instruction de Himmler, on évita le concept de « traitement spécial des juifs » (ibid., p. 188) ; d’autre part, selon les déclarations d’Eichmann (ibid., p. 184 s. : « Vu par le Führer, détruire, H. H. »), Hitler aurait quant à lui enfreint l’usage oral, ce qui est totalement invraisemblable, d’autant que la mention évoquée par Eichmann ne se situe pas dans le contexte d’une synthèse statistique mise en circulation. Les conclusions très larges que Irving (1977), p. 503 s. et 873 en tire ne sont pas irréfutables. La raison en est, comme lui-même le reconnaît, le respect de ces usages linguistiques par Himmler. Fleming ne contredit pas l’hypothèse d’Irving selon laquelle, l’original de ce rapport condensé étant resté dans les dossiers d’Himmler, celui-ci ne serait pas arrivé jusqu’à Hitler.

36 « Les juifs sont détruits chez nous. Les juifs n’ont pas fait le 9 novembre 1938 impunément, ce jour sera vengé » – note de Hewel du 21 janvier 1939, Akten zur deutschen auswärtigen Politik, série D, vol. IV, p. 170. Cette déclaration se situe dans le contexte du discours prononcé quelques jours plus tard seulement devant le Reichstag, le 30 janvier 1939, et il est difficile de l’interpréter comme la preuve d’une intention d’extermination (cf. Adam [1972], p. 235), ne serait-ce qu’en raison de l’utilisation métaphorique du terme de « destruction » y compris pour l’élimination économique. Cf. Fleming (1988), p. 34.

37 Jochmann (1980), p. 44. Cf. Broszat (1977), p. 757.

38 Cf. la présentation fondamentale de Krausnick / Wilhelm (1981), notamment la remarque de Wilhelm p. 630.

39 Goebbels-Tagebücher (Lochner [1948]), p. 87 s. et Broszat (1977), p. 758.

40 40 Hillgruber (1970), p. 232 s., 245, 256 s. ; conversations avec Antonescu du 13 avril 1943 et avec Horthy du 16-17 avril 1943.

41 Broszat (1977), p. 773 s. Il est révélateur que la langue de Ribbentrop ait été beaucoup plus directe que celle du dictateur.

42 Cf. Hilberg (1988), p. 875 et Schirach (1956), p. 187 s.

43 43 Cf. Stierlin (1975), p. 118.

44 Pers. Stab RFSS, IfZ, MA 316, f. 4994 s.

45 Ainsi Jäckel (1981), p. 77 s., et après lui Hildebrand (1976a), p. 78 s.

46 Fleming (1988), p. 83 s. ; Irving (1977), p. 391 s. Pourquoi Hitler aurait-il dû enfreindre les règles de vocabulaire habituelles dans le cas de Globocnik ? Cf. Broszat (1977), p. 760.

47 Fleming (1988), p. 40 ; et aussi Broszat (1977), p. 763 s. ; Krausnick / Wilhelm (1981), p. 633 ; Carr (1978), p. 72 et 76.

48 Smith / Peterson (1974), p. 202 ; dans les discours ultérieurs, Himmler parle d’« ordre » ou de « mission » – on est donc ici très proche de la référence à l’ordre d’exécution des commissaires politiques.

49 Fleming cite un extrait de l’interrogatoire le 14 décembre 1945 de Jeckeln, haut responsable de la SS et de la police, à propos de novembre 1941, comme quoi la liquidation du ghetto de Riga était aussi un « souhait du Führer » (p. 107). Le témoignage du baron Rudolf-Christoph von Gersdorf, évoqué par Fleming, est isolé ; toutes les autres déclarations – ainsi la prise de position de Heydrich en mai 1942, attestée par Otto Wagner – ne concernent pas le « programme européen de solution finale ».

50 Sur l’incontestable extension verbale de l’ordre d’exécution des commissaires politiques, cf. Krausnick / Wilhelm (1981), p. 150 s. et 348. Sur le rôle de Hitler, ibid., p. 114 s. Cf. plus récemment Streim (1985).

51 Krausnick (1965), p. 361.

52 Picker (1977), p. 189 ; note du 24 juillet 1942 ; cf. Browning (1978), p. 35 s. L’interprétation de Yahil (1974), selon laquelle Madagascar n’est dès l’origine qu’un nom de camouflage pour la « solution finale », est difficilement tenable face aux sources retenues par Browning, même s’il faut considérer que ce plan aurait lui aussi débouché sur une élimination physique.

53 Cf. Fest (1973), p. 925, 927, 931 ; Broszat (1970), p. 402 s., 407 ; Stern (1975), notamment, p. 83 s.

54 Domarus (1965), vol. 2, 1, p. 1057 s.

55 Domarus (1965), vol. 4, p. 1663, 1828, 1920, 1937 ; cf. Bracher (1986), p. 399 s.

56 IMT 27, p. 499 s. ; cf. Adam (1972), p. 209 s.

57 Cf. Hillgruber (1976).

58 Hitlers Politisches Testament, Francfort, 1981. Mais ici aussi le discours de disculpation demeure : « Je n’ai d’ailleurs dissimulé à personne que cette fois, non seulement des millions d’enfants d’Européens des peuples aryens souffriront de faim, non seulement des millions d’hommes adultes mourront et non seulement des centaines de milliers de femmes et d’enfants brûleront dans les villes et périront sous les bombardements, sans que le véritable responsable ait à expier sa faute, même si c’est par des moyens plus humains » (souligné par l’auteur).

59 Cf. Krausnick, in : Krausnick / Wilhelm (1981), p. 165 s. Il conclut à une convention de langage. Face à cette opinion Hilberg (1988), p. 236, souligne de façon fort éclairante « que les justifications psychologiques étaient un élément essentiel des actions criminelles. Si l’on ne pouvait pas justifier une action prévue, elle n’avait pas lieu ».

60 Stern (1975), p. 23 s.

61 Cf. Fest (1973), p. 772 s. ; Carr (1978), p. 135 s.

62 Cf. Mason (1971).

63 Sur les faits, cf. Wilhelm, in : Krausnick / Wilhelm (1981), p. 585 s. ; Irving (1977), p. 330 s., en a déduit – de façon fort contradictoire puisque cela aurait supposé une connaissance approfondie des plans alors seulement esquissés de Himmler, ce qu’il conteste pour la période antérieure à octobre 1943 – que Hitler aurait interdit une fois pour toutes les exterminations. Cf. l’explication des faits chez Broszat (1977), p. 760 s. Broszat suppose que Hitler n’était absolument pas au courant ; Himmler aurait alors pris l’initiative pour anticiper les préventions de Hitler à l’égard des actions suscitant des protestations publiques.

64 Ce que Broszat (1970), p. 408, exprime par la formule : « La phraséologie dut, en fin de compte, se prendre au mot ».

65 La majorité de la littérature spécialisée rejette l’idée d’un plan conçu à l’avance par Hitler ; cf. Hilberg (1988), p. 51 ; il voit tout de même dans le processus de destruction une structure générale. Celle-ci est, comme nous le soutenons, un résultat obligé du système de radicalisation cumulative ; cf. Mommsen (1997), p. 82 s. ; cf. Adam (1972), p. 357 ; Schleunes (1970), p. 2 ; cf. Bauer (1978) ; (1980).

66 L’interprétation d’Irving ([1977 ]cf. Introduction, p. XIII s.), selon laquelle Hitler aurait expressément soutenu et entériné la déportation vers l’Est mais interdit l’extermination et repoussé une solution définitive à l’après-guerre, repose sur une lecture inexacte des propos de Hitler sur le génocide. Ceux-ci se situent globalement dans un contexte « futuriste » ; ils présentent l’élimination recherchée des juifs européens ainsi que des juifs du monde entier comme une vision d’avenir, mais jamais – comme chez Himmler (cf. supra, note 11) ou chez Goebbels (cf. Wilhelm [1980], p. 137 s.) – comme un programme directement réalisé, près de sa conclusion. Ce qui ne contredit pas le constat de Broszat (1977), p. 772, d’une radicalisation accrue après Stalingrad ; celle-ci est en relation avec le renforcement de l’attitude visionnaire, négatrice de la réalité, d’un dictateur qui quittait de moins en moins son bunker. Hitler s’enivrait de l’« idée » de la destruction, dont il avait coutume – on peut ici suivre Irving – d’ignorer délibérément la réalisation. Il est typique que Hitler, par ailleurs peu soucieux de statistiques, brandit, face à Horthy par exemple (cf. supra, note 40), les proportions de juifs dans la population d’avant guerre.

67 Schleunes (1970), p. 258.

68 Cf. Genschel (1966), p. 240 s., à propos de l’« aryanisation » de la Franconie ; l’étude fort valable de Hüttenberger (1969) a laissé ce problème de côté.

69 Cf. Heiber (1962), p. 280 s. ; Adams (1972), p. 206 s.

70 Cf. Botz (1978), p. 93 s. ; Genschel (1966), p. 160 s.

71 Cf. Georg (1963) ; cf. aussi la description polémique, mais exacte dans les faits, chez Speer (1981), p. 346 s. et 381 s.

72 Cf. Hilberg (1988), p. 216 s., 449 s., 794-810. Le rôle des grandes banques dans l’aryanisation mériterait une étude approfondie.

73 Fondamentale sur ce point, l’étude de Uhlig (1956) ; Genschel (1966), p. 67 s.

74 La corruption sans borne des fonctionnaires du régime, particulièrement en relation avec l’expropriation des juifs, a contribué à raréfier la critique de la déportation et de l’extermination.

75 Cf. Schmidt (1972), p. 216 s.

76 Cf. un survol chez Blau (1965).

77 Des exemples impressionnants chez Sauer (1966) ; Kommission zur Erforschung… (1963) ; Zelzer (1964).

78 L’étude de Robinson (1977) est très éclairante ; voir aussi Noam / Kropat (1986) ; Rüthers (1973), p. 153-177 ; Haff (1978).

79 Cf. les allusions dans le discours de Hitler du 15 septembre 1935 (Domarus [1965], vol. 1, 2, p. 537) ; cf. Margaliot (1977), notamment p. 85 s. Le député von Freytag-Loringhoven s’exprima en des termes semblables.

80 Cf. Allen (1981). Cf. Botz (1978), p. 403 s., pour le changement dans l’opinion par rapport à mars 1938.

81 Cf. Kershaw (1981).

82 Cf. Schleunes (1970), p. 97, 100 s. ; Krausnick (1981), p. 315 s. Cf. aussi Mommsen (1962), p. 68 s.

83 Cf. l’interprétation de Schleunes (1970), p. 71 s ; face à lui : Adam (1972), p. 46, en relation avec W. Sauer, in : Bracher et al. (1962), p. 870 s. et avec Bracher, ibid., p. 54.

84 Schleunes (1970), p. 253 s. ; Krausnick (1981), p. 341 s.

85 Schleunes (1970), p. 195 s.

86 Cf. Rosenstock (1963), p. 386 ; cf. Sauer (1969), p. 123 ; Strauß (1980), p. 317 s. ; Lamm (1951), p. 46.

87 Schleunes (1970), p. 212 s.

88 Strauß (1980), p. 351 s. ; cf. aussi la 2e partie dans Strauß (1981), p. 360 s. ; cf. Wasserstein (1979), p. 6 s., 43 s.

a Cf. Lösener (1961), p. 264 s. ; Sauer (1969), p. 103. En 1938, le nombre de « Mischlinge (métis) au premier et au second degré », régressif du point de vue démographique, s’élevait à 84 000. [Cette note a été omise dans la traduction française publiée en 1997, NDLR].

89 Cf. Hilberg (1988), p. 66 s. ; Adam (1972), p. 316 s.

90 Kershaw (1981), p. 283 s. ; Stokes (1973), p. 180 s.

91 Genschel (1966), p. 121 s. L’éditeur du commentaire par Globke des lois de Nuremberg (Stuckart / Globke [1936]) annonçait sur la couverture un commentaire des « lois juives » à caractère économique. A la réclamation de l’éditeur, le Dr Hans Globke répondit qu’il n’en avait jamais eu l’intention. Il semble évident que cette législation resta dans les cartons, car elle aurait constitué une précision intempestive aux yeux de Schacht. Cf. Schleunes (1970), p. 156.

92 Cf. Genschel (1966), p. 213 s. ; voir le discours de Göring à la réunion au ministère de l’Air le 6 décembre 1938 (Heim / Aly [1992]), ainsi que ses déclarations du 14 octobre 1938 (IMT Document n° 1449 PS, StA Nuremberg).

93 Pätzold (1980), p. 194 ; cf. Präg / Jacobmeyer (1975), p. 52 s.

94 Pätzold (1980), p. 193.

95 Pätzold (1980), p. 194 s. ; Broszat (1961), p. 86 s.

96 Cf. Koehl (1957), p. 49 s. ; cf. p. 95 s. ; Heiber (1958), p. 281 s. ; Rössler / Schleiermacher (1993) ; Aly (1995), p. 45 s.

97 Pätzold (1980), p. 106 s. ; Adam (1972), p. 248 s. Le travail forcé, comme le souligne justement Pätzold, était au tout premier plan, au même titre que la libération des territoires annexés.

98 Pätzold (1980), p. 917 ; Broszat (1977), p. 748 s.

99 Cf. Höhne (1966), p. 280 s. L’intervention de Blaskowitz auprès de Hitler eut certes pour seul effet de différer les mesures prévues, qui n’échouèrent qu’ensuite en raison d’objections de Göring (Broszat [1961], p. 48).

100 Pätzold (1980), p. 198 ; Frank envisageait malgré tout l’admission de 400 à 600 000 juifs dans le Gouvernement général (Frank-Tagebuch, p. 131) ; le 12 juillet, Frank mentionna dans son journal la décision prise à sa demande par le Führer de « ne plus procéder à aucun convoi de juifs vers le Gouvernement général » (ibid., p. 252).

101 Cf. Heydrich à Ribbentrop le 24 juin 1940 (cité d’après Pätzold [1980], p. 201) : « Le problème global – il s’agit désormais en gros de plus de 3,5 millions de juifs dans les territoires à ce jour sous domination allemande – ne peut plus être résolu par l’émigration. Une solution finale territoriale devient donc nécessaire ».

102 Adam (1972), p. 294 s. Frank s’était d’abord rapproché lui aussi de tels plans, qui paraissaient réalisables si l’on transférait de l’URSS à l’Allemagne le district de Lublin.

103 Goshen (1981), p. 94 s.

104 Kulka (1975) ; Kulka / Hildesheimer (s.d.).

105 Cf. Hillgruber (1965), p. 148 s.

106 Cf. supra, note 52 et Pätzold (1980), p. 201 s.

107 Krausnick (1981), p. 357 s. Cette déportation qui contredit toutes les idées de planification à moyen terme se produisit, de façon révélatrice, avec l’accord de Hitler.

108 Cf. Adam (1972), p. 257 s., 289.

109 Adam (1972), p. 185 s.

110 Adam (1972), p. 290. Cela se reproduira à propos de l’utilisation des prisonniers de guerre soviétiques sur le territoire du Reich ; cf. Streit (1978), p. 192 s.

111 L’élément fondamental est que, désormais, le commandement militaire n’opposa pratiquement plus aucune résistance aux idées de Hitler et concrétisa pleinement l’assimilation entre bolcheviques et juifs. Cf. Krausnick (1977), p. 716 s. ; Streit (1978), p. 51 s.

112 On n’envisageait pas de terme formel à cette guerre; cf. Hillgruber (1965), p. 541 s., 555.

113 Ce qui n’exclut bien sûr pas l’existence de considérations stratégiques à long terme – cf. Hillgruber (1965), p. 377 s. ; Hitler fait aussi preuve d’une grande incertitude dans la question anglaise.

114 IMT 26, p. 266, doc.710-PS. Adam (1972), p. 308, s’appuyant sur Kempner (1961), p. 227, estime que les pleins pouvoirs ont été attribués sur ordre de Hitler ; cette position n’est pas tenable.

115 115 Hilberg (1988), p. 345. Hilberg se réfère à Eichmann ([1980], p. 479) ; une telle démarche est rendue encore plus plausible par la tendance persistante du RSHA à s’assurer de la compétence exclusive sur la « question juive », et la forme extérieure du document renforce cette thèse.

116 Cf. Fleming (1982), p. 123, qui souligne à l’inverse qu’il existait une instruction ordonnant de présenter à Hitler « les derniers rapports sur le travail des groupes d’intervention ». Cf. Krausnick / Wilhelm (1981), p. 165 s., 335 s.

117 Sur ce dernier point, cf. surtout ibid., p. 223 s., 232 s.

118 Cela se modifia après le déclenchement de la « solution finale » systématique ; cf. ibid., p. 166.

119 Pätzold (1980), p. 197 ; cf. Browning (1992 [1986]), p. 32 s.

120 Cité d’après Mommsen / Willems (1988), p. 465.

121 Broszat (1977), p. 749.

122 Dans le mémorandum de Himmler de mai 1940 sur le traitement des étrangers au peuple allemand à l’Est (Krausnick [1957]), on lit encore qu’il fallait rejeter « la méthode bolchevique d’élimination physique d’un peuple par intime conviction comme non germanique et impossible », mais cela se situe déjà dans le contexte de l’idée que la « rigueur », le cas échéant, serait moins cruelle.

123 Broszat (1977), p. 751 s.

124 Krausnick (1981), p. 373 ; Browning (1978), p. 66 s., 69.

125 Frank-Tagebuch, p. 457 s.

126 Le « procès-verbal de Wannsee » du 20 janvier 1942, cité ici d’après Jochmann / Jacobsen (1966), p. 2 et 3 s. ; aux dires d’Eichmann (cf. Hilberg [1988], p. 286, note 38 ; Fleming [1982], p. 105 s.), les techniques de liquidation auraient été abordées à cette conférence, ce qui – vu la réaction de Kritzinger, directeur ministériel, qui y assistait (cf. Gutachten des IfZ, vol. 2, p. 381, note 38) – me parait douteux ; une conversation entre experts concernés, en marge de la conférence elle même, me semble plus plausible.

127 Cf. Broszat (1977), p. 755 s., ainsi que la prise de position récente – intermédiaire entre les intentionnalistes et les fonctionnalistes – proposée par Browning (1985), p. 11 s.

128 Sur le rôle du ministère des Affaires étrangères, cf. Browning (1985), p. 92 s.

129 Cf. Broszat (1977) et Hilberg (1988), p. 592 s. ; ainsi que Rückerl (1977), 3e éd. 1979, p. 13 s.

130 Streit (1978), p. 219 s.

131 Cf. Pätzold (1980), p. 207.

132 Streit (1978), p. 222 s.

133 Broszat (1967), p. 108 s.

134 Streit (1978), p. 223.

135 Cf. Rückerl (1977), p. 72 s. ; Speer (1981), p. 381 s., et Höhne (1966), p. 403 ; cf. aussi Browning (1986), qui insiste particulièrement sur les différences de position à propos de l’entretien du ghetto, et qui distingue entre « attritionnistes » et « productionnistes ». Révélatrice est la façon de mettre en relief la situation toujours plus intenable dans les ghettos orientaux. Cf. récemment Pohl (1996) et Sandkühler (1996).

136 Sur l’utilisation du personnel et des méthodes de l’« action T4 », cf. Arndt / Scheffler (1976), p. 114 s.

137 Cf. Arendt (1966), p. 135 s., 143 s.

138 Cf. Broszat (1977), p. 755, note 39.

139 Cf. Rothfels / Eschenburg (1970) ; Broszat (1965), p. 41 s.

140 Cf. Trommler (1979), p. 102-125, et plus récent Campbell (1989), p. 346 s.

141 Cf. Fleming (1982), p. 131 s., Hilberg (1988), p. 325 s. ; Frank-Tagebuch, 9 décembre 1942, p. 588.

142 Cf. Hilberg (1988), p. 450.

143 Cf. la tentative de solution de Baum (1981), p. 294 s. ; cf. p. 265 s. Au problème de l’indifférence morale s’ajoute celui de l’ignorance délibérée des inhibitions de type moral, par exemple dans le cas de la déportation d’enfants juifs.

144 Pour Fleming (1982), p. 106 s., la conférence de Wannsee a été repoussée parce que le Sturmbannführer SS Lange avait un empêchement le 9 décembre. Il semble que Heydrich ait collecté des informations auprès d’Eichmann à la fin de l’automne 1941 sur les possibilités techniques d’extermination (Cf. ibid, p. 85 et Lang [1982], p. 69 s.).

145 Kempner (1961), p. 424 s. ; Biss (1966), p. 227 s.

146 Un survol chez Hilberg (1988), p. 378 s., 454 s.

147 Adam (1972), p. 311 s. envisage un ordre d’extermination de Hitler pour la période allant de septembre à novembre 1941. Hilberg (1988), p. 345 suppose une décision de Hitler en septembre, en raison de déclarations d’Eichmann et de Höß ainsi que d’une remarque dans le journal de Himmler le 17 novembre (« élimination des juifs »). Fleming (1982), p. 66 s. et passim, fait l’hypothèse d’un ordre caché. Wilhelm (1981), p. 630 s. argumente que Himmler comme Heydrich n’auraient pu déclencher l’action extensive d’extermination sans accord de Hitler. Face à cette position, nous suivrons Broszat (1977), p. 763 s., considérant que ce mélange d’improvisation et de planification est caractéristique de ces événements.

148 La critique de Browning ([1981], p. 97 s.) se fonde sur l’hypothèse qu’à l’été 1941, Hitler aurait donné instruction à Göring, Himmler et Heydrich « de préparer un programme réalisable pour l’anéantissement des juifs ». Goebbels n’en aurait pas été nécessairement informé. Le seul témoin survivant, Hermann Göring, aurait nié le fait à Nuremberg (cf. IMT 9, p. 574 s.). Les déclarations plutôt ambiguës de Höß et de Eichmann à la fin de l’été 1941, sur lesquelles il s’appuie, sont de toute façon antérieures à l’ordre définitif d'extermination qu’il envisage et qui date d’octobre-novembre. Le matériel qu’il avance de surcroît à l’appui de sa thèse indique que l’idée d’une action de grande ampleur contre l’ensemble des juifs sous domination allemande se répandit « sur le terrain » en relation avec les exécutions des « groupes d’intervention », avant que des décisions définitives aient été prises au RSHA.

149 Fleming (1988), p. 193, 204 et passim. Il est incontestable qu'à aucun moment, il n’y a de raison de douter que Hitler n’aurait pas été derrière les mesures de génocide ; il existe diverses conceptions sur ces facteurs qui conduisirent à la réalisation du génocide. – L’instruction du Führer sur la lutte contre les partisans chez Hubatsch (1962), p. 201 s.

150 Pour l’attitude hésitante de Hitler face à la mise au travail, cf. Speer (1981), p. 367 s.

151 Cf. Frank-Tagebuch, p. 583 ; Speer (1981), p. 372 s. Frank n’a visiblement pas osé aborder cette question dans sa conversation avec Hitler le 9 mai 1943.

152 Cf. supra, note 12.

153 Cf. Broszat (1977), p. 758 s. et passim. Il note à juste titre les contradictions dans la position d’Irving. Mais la concrétisation systématique de l’idée de génocide est l’œuvre de la bureaucratie SS.

154 Cf. Adam (1972), p. 349 s. ; Mommsen (1966), p. 369 s.

155 Cf. Eichmann : « Selon la conférence sur l’organisation du transport, mes compétences s’arrêtaient avec la livraison des convois au terminus » (Lang [1982], p. 88). Cf. sur ce point Arendt (1966), p. 258 s.

156 Cf. Tyrell (1975).

157 Cf. supra, p. 88 s.

158 Cf. Laqueur (1981) ; Wasserstein (1979) ; Marrus / Paxton (1981) ; Fein (1979), particulièrement p. 169 s. (Cf. aussi la tentative d’analyse plus récente de Mommsen [1988]).

159 Cf. Steinert (1970), p. 255 s. ; Kershaw (1979), p. 339 s. ; Kulka (1983b), p. 149 s.

160 Broszat (1970), p. 403 s.

161 Cf. Fest (1973), p. 925, 927 ; cf. Carr (1987), p. 6 s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Die Realisierung des Utopischen : Die “Endlösung der Judenfrage” im “Dritten Reich” », Geschichte und Gesellschaft, 9, 1983, p. 381-420, réédité in : H. Mommsen : Der Nationalsozialismus und die deutsche Gesellschaft, Reinbek bei Hamburg : Rowohlt, 1991, p. 184-232.

Référence électronique

Hans Mommsen, « La réalisation de l’utopique : la « solution finale de la question juive » sous le Troisième Reich », Trivium [En ligne], 22* | 2016, mis en ligne le 02 septembre 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://trivium.revues.org/5317

Haut de page

Auteur

Hans Mommsen

Hans Mommsen (1930-2015) est considéré comme l’historien allemand le plus important du régime national-socialiste. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo DVA-Stiftung
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • Revues.org