Navigation – Plan du site
Textes traduits en français

Sociologie de la bohème et de ses rapports avec le prolétariat intellectuel

Robert Michels
Traduction de Laurent Cantagrel
Édition originale :
« Zur Soziologie der Bohème und ihrer Zusammenhänge mit dem geistigen Proletariat », Jahrbücher für Nationalökonomik und Geschichte, Gustav Bücher Verlag, 1932, p. 801-816.

Entrées d’index

Schlüsselwörter :

geistiges Proletariat, Bohème

Texte intégral

  • 1 On appelle en français, avec malice mais non sans sympathie, la rue dans laquelle vivent surtout de (...)

1Le Dictionnaire de l’Académie française tient aujourd’hui à distinguer nettement deux homonymes par leurs orthographes respectives afin de souligner leurs différentes significations. Bohême et bohème. Le premier, avec un accent circonflexe, est une région d’Europe centrale, le centre politique (avec la Moravie) de la République de Tchécoslovaquie, une région dont les habitants sont, ou plutôt s’appellent, les Bohémiens ; le second terme, pour sa part, désigne un groupe d’écrivains ou d’artistes jeunes et pauvres qui survivent tout juste grâce aux médiocres productions de leur esprit. Les habitants de ce « pays1 » s’appellent les bohèmes : la bohème désigne le groupe ; le bohème, un de ses membres (et non pas, donc, le bohémien, comme on le disait autrefois en français d’une façon qui prêtait à équivoque, et comme on continue aujourd’hui à le dire en allemand, après l’avoir repris du français).

  • 2 Jean Richepin dans les Chansons des gueux (Fayard, p. 11).
  • 3 Michels paraphrase ici en allemand une chanson de Béranger dans laquelle on lit : « Sans pays, sans (...)

2Le sens de la bohème ainsi définie s’est modifié au fil du temps. Pendant longtemps, il n’y eut que des bohémiens, et ce non seulement dans le sens allemand de Zigeuner (tsiganes), mais aussi en un sens ethnique, voire en un sens figuré, presque criminologique. Le bohémien était synonyme d’homme sans feu ni lieu, de gueux, de vagabond ou de va-nu-pieds appartenant à la lie du peuple2. C’est ainsi qu’apparaît la bohème chez François Villon ; c’est encore ainsi que la peint Victor Hugo dans son grand roman Notre-Dame de Paris (1831), dans lequel la bohème, devenue une corporation avec sa hiérarchie propre, prend place dans la Cour des Miracles. Béranger lui-même accable encore la bohème de questions embarrassantes pour elle. Ce ne sont, dit-il, que des « sorciers, bateleurs ou filous », « reste immonde / d’un ancien monde ». D’où viennent-ils, on l’ignore. « Sans pays, sans prince et sans lois, / [leur] vie / doit faire envie ». Ne sont-ils pas heureux deux fois la semaine au moins3 ?

  • 4 En anglais gipsy, en espagnol gitano, en italien zingaro.
  • 5 Le titre et la date de parution du roman de Nodier sont en fait : Histoire du Roi de Bohême et de s (...)

3Par la suite, le concept de bohème, encore si peu clair chez Béranger, acquiert vite plus de précision. Il s’intellectualise et prend une dimension esthétique en perdant presque tous les caractères propres au tsigane4 qui lui étaient jusqu’alors associés et évoquaient la tromperie, voire le crime. En 1829, Charles Nodier publie son Histoire du roi de Bohème et de ses sept châteaux5, qui se présente comme une parodie du Voyage sentimental de Laurence Sterne et dans lequel la nouvelle bohème est déjà nettement esquissée. Vers 1835, au moins en France, on sait déjà que la bohème désigne une sorte de groupe ou de couche sociale qui sans doute a ses défauts, qu’elle exhibe même avec ostentation, mais qui n’a aucune espèce de lien avec le monde du crime. Loin d’être un « peuple d’immigrants », elle est au contraire principalement constituée d’enfants du pays, de fils de membres de la classe moyenne, de la bonne bourgeoisie voire parfois de la haute bourgeoisie.

  • 6 Sic – La date de parution des Scènes de la vie de bohème est 1851 [NDLR].
  • 7 Éd. Mélion, p. 112.

4En 18416 enfin, Henry Murger fait paraître son livre Scènes de la vie de bohème, devenu depuis un classique. Nous ne pouvons nous attarder ici sur les imitations et les variations auxquelles il a aussitôt donné lieu. On se contentera d’indiquer qu’en 1855, le Dictionnaire de l’Académie, avec ce décalage caractéristique des publications officielles, ne rendait toujours pas compte de cette distinction de domaines qui, entre-temps, était entrée dans l’usage7.

51. L’analyse psychologique de la bohème permet de conclure à la présence des éléments suivants :
a) indifférence des personnes qui constituent la bohème à l’égard des valeurs matérielles,
b) faible importance accordée à la gestion du temps.

  • 8 Murger (1851), p. 259-260.
  • 9 Ibid., p. 285.
  • 10 Delesalle (1899), p. 40.

6Murger qualifie les bohèmes de rêveurs8. Ils ont pris l’habitude de gaspiller leurs journées avec une prodigalité inouïe et une libéralité seigneuriale, comme « des gens qui croient avoir l’éternité à dépenser9 ». Ainsi s’explique la définition de la bohème que nous trouvons dans un célèbre dictionnaire de l’argot parisien, orné d’un avant-propos de Jean Richepin : on entend par bohème un « ensemble de personnes gaies et insouciantes qui vivent au jour le jour10 ».

  • 11 Murger (1851), p. VI.

7La synthèse détaillée de la fonction atemporelle qu’exerce la bohème permet néanmoins de la caractériser approximativement comme un stade, une période, une étape, qui s’achève pour chacun de ses membres à un carrefour. Car, à partir de la bohème, le chemin peut conduire aux plus hauts honneurs et aux plus hautes dignités que les hommes peuvent conférer à leurs semblables, comme aux lieux les plus tristes de l’existence. Ici aussi, Henry Murger a vu juste en formulant cette définition évocatrice: « La Bohème, c’est le stage de la vie artistique ; c’est la préface de l’Académie, de l’Hôtel-Dieu ou de la Morgue11 ».

  • 12 Cité par Larchey (1878), p. 48.

8Liée temporellement à une étape, la bohème correspond en général à une génération ou à une classe d’âge. Voici ce qu’en dit Honoré de Balzac : « La bohème se compose de jeunes gens, tous âgés de plus de vingt ans, mais qui n’en ont pas trente, tous hommes de génie en leur genre, peu connus encore, mais qui se feront connaître, et qui seront alors des gens fort distingués… Tous les genres de capacité, d’esprit, y sont représentés…12 ».

9À propos de la bohème considérée comme une étape passagère de la jeunesse :

  • 13 Ruge (1906), p. 72.

Dans toutes ces manifestations entre c) pour beaucoup cette crainte de la solitude qui s’empare aisément des jeunes gens lorsqu’ils quittent la maison parentale. D’un autre côté, il ne faut pas méconnaître que le désir d’échapper aux dangers du quiétisme et du traditionalisme, souvent particulièrement menaçants dans la demeure familiale, est un désir sain pour le libre développement des talents et des idées objectives du fils. Fichte écrivait en 1804 à son roi qu’il était dans l’intérêt de l’État que les jeunes gens « débutent dans la vie en toute indépendance13 ».

  • 14 Vallès parle quelque part des « fourvoyés de collège », qu’une mauvaise éducation et la fatalité a (...)
  • 15 Barrès (1898), p. 137-145.
  • 16 Schulze / Szymank (1910), p. 458 sq. ; Ziegler (1895), p. 64 ; Thesing (1896).

10Un nombre plus ou moins important d’étudiants mène dans les universités, de façon passagère et occasionnelle, une existence proche de la bohème. Cela vaut surtout pour les étudiants des premiers semestres, dont l’esprit est tourné vers l’indépendance et le goût des aventures14, mais aussi souvent pour ceux des semestres plus avancés et pour quelques têtes chenues de toutes les facultés. Loin de la maison parentale, ils sont abandonnés à eux-mêmes et se perdent fréquemment dans le tohu-bohu des grandes villes. Ils y laissent libre cours à leurs instincts juvéniles et peuvent y satisfaire leur désir de jouir de la vie et de s’affirmer. Ainsi la jeunesse étudiante, séparée de la masse commune des « philistins », s’unissant pourtant en groupes agglutinés, mène-t-elle dans les bistrots et les cafés une vie bruyante et agitée à laquelle seul l’après-guerre, avec ses étudiants sérieux exerçant parallèlement un travail salarié [Werkstudenten], les a au moins en partie arrachés. La bohème étudiante, en France15 comme en Allemagne16, est toujours révolte, fuite de la maison parentale et des autorités importunes, et, sans en avoir elle-même conscience, penchant vers un érotisme incontrôlé. Les raisons de son apparition la rapprochent du mouvement des Wandervogel, malgré les différences fondamentales dans les chronologies respectives, les formes d’expression et les milieux.

  • 17 Sic – Michels écrit par erreur Bohème au lieu de Bohême [NdT].
  • 18 « Lettre d’un voyageur », IV (1835), in : Sand (1970), t. II, p. 817 [NdT].
  • 19 Vallès (1881), p. 11.

11d) Mais la raison essentielle du refus de la richesse et des honneurs par la bohème réside dans l’amour de la liberté individuelle. Sur son autel, on sacrifie d’un cœur léger tous les honneurs et les conforts de l’existence. Ainsi par exemple, pour recourir de nouveau à quelques textes, George Sand s’exclame-t-elle, dans un excès d’épanchement lyrique en contradiction patente avec son propre style de vie : « Ô verte Bohême17 ! Patrie fantastique des âmes sans ambition et sans entraves, je vais donc te revoir18 ! » Et Jules Vallès : « Ils pouvaient être si heureux ! Les arbres sont si verts au pays, le vin si frais, les draps si blancs ! Mais non : vienne la faim, vienne le froid, on ne pensera pas aux grands feux qu’on fait là-bas, aux dîners du dimanche, avec la poule bouillie dans la marmite et le gigot cuit au four. On préfère rôder dans la neige, la faim au ventre, mais la flamme au cœur ! On se croit libre19 ! »

12Parmi les différents aspects de la liberté qui sont chers aux bohèmes, la liberté sexuelle joue sans doute un rôle particulièrement important. C’est ce qui explique la fréquence des unions libres.

  • 20 Fernand Baldensperger (1927, p. 6) considère à juste titre que les nouvelles d’Alfred de Musset com (...)

13Les jeunes filles qui participent à la vie de bohème de façon non pas seulement occasionnelle mais constante sont ou bien elles-mêmes des artistes, de jeunes femmes de lettres et des étudiantes, ou bien des « liaisons » bien établies, originaires d’autres milieux sociaux. Mais ce ne sont pas des prostituées. Cela serait en contradiction avec le caractère de la bohème. Un étudiant ou un artiste qui vit en ménage avec une prostituée ne mène pas une vie de bohème, tout aussi peu qu’un couple de bohème ne saurait être composé, par exemple, d’une modiste ayant une liaison amoureuse avec un étudiant ou un artiste issu d’une famille riche et disposant de moyens financiers20.

  • 21 Voir le recueil de nouvelles Les Jeunes-France. Romans goguenards de Théophile Gautier (1832). [en (...)

14Vers 1833 se développa en France une école littéraire à la tête de laquelle se trouvait Théophile Gautier et qui se désignait comme les Jeunes-France21. Elle menait de violentes polémiques, usant notamment d’une langue dure et ironique, contre les bourgeois, qu’elle traitait par dérision d’épiciers de Montrouge. Cela dit, ce courant n’appartenait pas à la bohème proprement dite. Il manifestait sans doute une nette propension à l’amour libre mais qui était pour lui une façon de ridiculiser les notions morales mesquines de la bourgeoisie, sans pour autant former un élément constitutif d’une existence, ou d’un fragment d’existence, entièrement vouée à la liberté et à l’indépendance.

15e) Opposition aux conventions esthétiques, politiques et morales (« moralisatrices ») et antithèse du goût régnant. À cela correspond la haine des bohèmes contre la morale bourgeoise, qu’ils abhorrent comme un atavisme. L’habitus de l’« homme comme il faut » agit sur eux comme le tissu rouge sur le taureau.

  • 22 Delesalle (1899), p. 323. À propos du mépris de l’intellectualisme dans la bourgeoisie française, v (...)
  • 23 Larchey (1878), p. 57 (d’après Monnier).

16Aux yeux de la bohème, le bourgeois devient ainsi l’ennemi par excellence. Le bourgeois, ce n’est pas seulement le client riche qui paie mal, c’est aussi le logeur qui réclame son loyer, le gargotier qui refuse de faire crédit, le créancier qui rappelle les échéances. La notion s’élargit encore. Le bourgeois manque de sens artistique, de sensibilité, d’éducation, d’art de vivre, de tact et de véritable élégance authentique. En fin de compte, c’est un analphabète, un inculte, un béotien, ou encore, pour employer une expression de l’argot parisien, un « daim huppé22 ». Dans les ateliers, les artistes ne connaissent souvent presque pas d’insulte plus forte et plus déshonorante que celle de « bourgeois23 » !

17Le bourgeois est l’incarnation de l’incompétent, du mesquin, de l’ignorant, et pour finir de l’imbécile. Même sa supériorité par l’argent n’est qu’un symptôme de cette façon de vivre insensée qui ôte à la jouissance les moyens de jouir.

  • 24 Goblot (1929), p. 131 et 133 ; voir aussi p. 54.
  • 25 Préface à la Correspondance de Gustave Flaubert, p. XI.

18Les bohèmes partageaient avec les romantiques l’élément essentiel de cette conception. Ces derniers étaient bien éloignés de considérer la bourgeoisie comme une classe sociale, par exemple. Depuis la Renaissance, les classiques français avaient vus dans le bourgeois un marchand avide de profit et habile au gain, qui jouit de sa richesse mais dont l’esprit est par ailleurs purement tourné vers les choses matérielles et qui est incapable d’enthousiasme pour un idéal quel qu’il soit24. Flaubert haïssait le bourgeois et ne se lassait pas de le vilipender. Comme le rapporte sa fidèle nièce Caroline Commanville, ce mot était pour lui synonyme d’« être médiocre, envieux, ne vivant que d’apparence de vertu et insultant toute grandeur et toute beauté25 ». Et pourtant, d’un point de vue économique, Flaubert appartenait tout à fait à la classe bourgeoise.

  • 26 Croce (1928), p. 55.
  • 27 Marx (1872), p. 115.

19Ce que la bohème (et d’ailleurs également une bonne partie des artistes qui étaient devenus riches et eux-mêmes « bourgeois ») associe avec le mot ‘bourgeois’ a cependant aussi de nombreux points communs avec le sens que les ouvriers et les socialistes attribuent à ce même terme. D’après Benedetto Croce, le socialiste considère le bourgeois comme une « réalité clairement économique », mais aussi comme un individu marqué par les outrances et les défauts de l’économie, ses côtés vulgaires et grossiers, plein de fausseté et sans cesse à la recherche d’un profit constant26. Cette idée est vraie dans la mesure où, aujourd’hui encore, le socialiste reste très souvent fidèle à la conception de Marx selon laquelle le bourgeois est un sordide épargnant. Car, d’après Marx, le capitaliste possède trois « vertus cardinales », à savoir la volonté, la force de travail ainsi que l’épargne et l’avarice, auxquelles il sacrifie lui-même ses désirs charnels27.

20L’existence distinctive à laquelle se voue la bohème a également fleuri dans d’autres domaines. Un jargon propre à la bohème s’est ainsi développé, rattaché aux langues nationales des différents pays mais ouvert à l’argot, au slang, à la langue vulgaire, qu’il cherche à enrichir par des mots et des tournures propres. De même le bohème se distingue-t-il par son habillement, dans lequel le velours jouait un rôle particulier. Le béret (venant des Pyrénées) faisait ainsi également partie de l’équipement d’un adepte authentique [de la bohème], même si par ailleurs les étudiants parisiens normaux le portaient aussi comme signe distinctif de leur groupe.

  • 28 Meuter (1925), p. 33, 29, 66.
  • 29 Hunter (1906), p. 107.
  • 30 Hunter (1906), p. 127.

212. Une sous-espèce de la bohème est constituée par un genre d’hommes d’un caractère primitif, qui abhorre toute espèce de vie sédentaire, ne se sent bien nulle part, n’éprouve d’attachement pour aucun clocher, aucun toit, aucun meuble et aucun animal domestique. Les Juifs errants, toujours sur le point de déménager d’une chambre de location à une autre, d’une maison à l’autre et d’une ville à l’autre, avec ou sans famille28. Ils ont pour proches parents les « vagabonds », les vagrants américains, que Hunter a décrits comme les nomades des temps modernes, qui errent sans but et sans ambition29. Tous ne sont pas sans éducation ; d’aucuns connaissent leur Shakespeare par cœur, ont de bonnes manières et sont des gentlemen de la tête aux pieds. Certains d’entre eux ont une authentique sensibilité pour les beautés du printemps et des fleurs30.

  • 31 Anderson (1923).

22Les représentants du type du vagrant sont d’ailleurs particulièrement nombreux à Chicago, où un quartier, peuplé de ceux qu’on appelle les « hobos », a été baptisé Hobohemia. Il compte entre 30 000 et 75 000 personnes, que l’on peut répartir en plusieurs sous-catégories : 1. le hobo simple, qui alterne les phases d’oisiveté et de travail, 2. le « bum », qui passe son temps à déambuler et à boire, 3. le home-guard, qui manifeste des tendances à la sédentarité sans pour autant rester fidèle à son lieu de travail ou à sa profession, et 4. le « tramp », qui « vagabonde et rêve ». Bien que la majorité des hobos de Chicago appartiennent évidemment à la classe inférieure, ceux qui sont cultivés ne sont pas rares parmi eux, en particulier dans la sous-catégorie des tramps31. Somme toute, ces types partagent plusieurs des traits de caractère les plus frappants des véritables bohèmes. Peut-être pourrait-on affirmer qu’ils en sont à peu de chose près des caricatures, notamment par leur caractère de parasites et leur manque d’envie de travailler, qualités qui, chez les bohèmes, dans la mesure où on les rencontre, ne sont pas constitutives, mais seulement fiction et pose.

233. Le style de vie que mène la bohème la situe en marge de la société. Il n’y a rien de surprenant à ce que la société elle-même réagisse en la méprisant, voire en boycottant ses membres. Ce qui laisse la bohème le plus souvent indifférente. Car le bohème, en tant qu’artiste, ne se préoccupe en général que d’idéaux intérieurs ; il aime l’art pour lui-même et se considère comme immunisé contre toute sorte de mise à l’écart de la part de l’État ou de la société.

* * *

24Historique : La bohème a planté sa tente presque partout. Mais sa patrie est la France, et surtout Paris, qui satisfait le mieux aux conditions intellectuelles et locales qui lui sont nécessaires. L’époque de sa naissance peut être approximativement datée de l’ère postnapoléonienne, de la Restauration. Il est plus difficile d’en assigner la paternité. Une enquête à ce sujet exigerait à elle seule tout un essai. Nous nous contenterons ici de quelques indications. Son apparition avait été préparée par une prédilection pour des études libres et sans attaches, par le développement d’existences sous forme de liaison et de concubinage, aimables dans leurs manifestations et nullement privées d’attraits artistiques. Les hommes cultivés étaient ainsi liés à des femmes d’un rang souvent inférieur au leur mais presque jamais entièrement privées de culture, comme on les rencontrait dans la France de Louis XV et de Louis XVI. Elle fut en outre indirectement déterminée par l’héroïsme des décennies durant lesquelles le grand Corse régna sur l’Europe depuis la France. Car la bohème est née d’une réaction contre l’époque précédente, contre l’enthousiasme des masses pour les valeurs de l’État, de la patrie, de l’empire et contre l’adoration du héros Napoléon. Avec ses tendances très fortement individualistes, la bohème était en fin de compte orientée vers le pacifisme et se trouvait en opposition radicale avec le paroxysme des longues et sanglantes guerres napoléoniennes. La bohème était une révolte de jeunes gens qui voulaient vivre leur vie contre les vieux et les moins vieux. Après 1830 et 1848, la bohème trouve de nouveaux aliments dans l’anticléricalisme et dans le déclin de quantité d’idéaux anciens. L’épanouissement de la bohème dépend de l’État. Elle fleurit le mieux dans un État faible, mais dans lequel les forces contestataires ne doivent pas prendre le dessus, car elle ne manque sans doute pas de foi dans l’art, dans la science et dans la personnalité, mais elle est plutôt dépourvue de principes éthiques sociaux puissants et ne s’engage guère pour les défendre. La bohème anticipe Nietzsche par son renversement des valeurs et sa réceptivité aux théories du surhomme.

  • 32 Pour des jugements d’observateurs étrangers sur le caractère français, voir Herzen (1907), vol. II, (...)

25Malgré son origine française, la bohème, par un aspect, est peu française. Car elle contraste au plus haut point avec quelques autres qualités fondamentales du peuple français : l’amour de l’ordre, la clarté dans le monde des idées et dans la vie, poussée jusqu’à un degré philistin et petit-bourgeois32. En Italie, pour de multiples raisons, la bohème s’est peu implantée.

  • 33 Le roman de Ernst von Wolzogen, Das dritte Geschlecht, donne une description spirituelle de certain (...)

26En Allemagne, la bohème s’est développée à peu près à la même époque qu’en France, mais plus lentement et de manière plus sporadique, en raison du développement moins important des grandes villes, d’une moins grande liberté dans le style de vie ainsi que du rôle moins influent qu’y joue l’artiste dans la société. On trouve des traces de la bohème dans certaines pages d’E. T. A. Hoffmann ainsi que de Jean Paul. À la fin du siècle, la bohème se répand davantage. À Berlin naît le cercle de Peter Hille ; à Munich, à cause du peu de relations personnelles entre la population bavaroise et les « lumières du Nord » nouvellement arrivées et qui restaient entre elles, se développe une libre fréquentation des artistes avec les « petites femmes peintres » (« Malweibchen »)33.

  • 34 Bulwer (1834), p. 226.
  • 35 Bulwer (1834), p. 226 ; Parent-Duchâtelet (1857), vol. I, p. 151.

27En Angleterre, l’expansion de la bohème est restée tout à fait insignifiante. Parmi les causes de ce fait, on peut mentionner les réflexions suivantes : la bohème est un phénomène hybride, ni « bon » ni « mauvais », ni bourgeois ni prolétaire, et elle contredit ainsi les conceptions sociales fondamentales régnant en Angleterre, à savoir non seulement, bien sûr, l’esprit du puritanisme, qui a en horreur toute forme de vie libre, mais aussi d’autres opinions bien ancrées. L’Anglais souhaite que la vie sociale soit clairement structurée, même si c’est de façon assez rigide, et se méfie de tout ce qui est nouveau. Dans ses études comparatives de la vie sociale en France et en Angleterre, Lord Henry Lytton Bulwer, le frère du romancier, constate que la chute des jeunes filles anglaises et celle des jeunes filles françaises dans les bas-fonds de la prostitution n’ont pas les mêmes conséquences. La prostituée anglaise est abandonnée du monde et de dieu, elle s’abêtit, elle est ravalée à la bête34 ; la prostituée française conserve pour sa part un remarquable reste d’humanité et perd rarement le désir de s’élever socialement, par capillarité35.

  • 36 « The Englishman needs gentleman schools, he has social drill and hides his emotions » (Inge [1926] (...)
  • 37 Michels (1925), p. 46.
  • 38 Voir d’autres références dans Michels (1918), p. 88.

28Un élément socio-économique fait également obstacle à l’éclosion d’une bohème et d’un prolétariat intellectuel en Angleterre : la conception aristocratique et ploutocratique du système éducatif36. Les meilleures universités anglaises postulent l’existence d’une certaine richesse chez les parents des étudiants, ou exigent pour le moins l’existence d’une sécurité assurée pour une certaine durée, soutenue par un mécène ou une société (coopérative, syndicat, parti) qui se porte garant de l’étudiant, son boursier37. La psychologie anglaise se heurte à des résistances intérieures insurmontables quand on lui demande d’accepter la possibilité d’une synthèse d’éducation et de pauvreté. D’après la conception anglaise, le pauvre n’a pas le droit de se consacrer à une éducation supérieure allant au-delà des cours du soir des universités (« University Extention »). On se moque des intellectuels démunis. Ce parti-pris n’a pas sa source, ou pas seulement, dans le mépris de la pauvreté perçue comme pauvreté méritée38. Il correspond aussi à un idéal de vie, l’idéal de la vie irréprochable, autonome, indépendante et confortable du gentleman, incompatible avec l’existence d’un individu déréglé, mal vêtu, ne pratiquant aucun sport, traînant dans les bistrots, sans emploi et cherchant à gagner son pain. Dans la société anglaise, et quel que soit son niveau d’éducation, le shabby-genteel est tout bonnement un outcast.

* * *

  • 39 Voir Scot (1912), p. 79.

29L’antipode du bohème est le snob. Le snob est sans caractère, capable de tout, ployable, toujours prêt à bondir pour accéder à la bonne société, dans la mesure où il n’en fait pas déjà partie, et pour y acquérir une réputation. Grâce à son admiration – authentique ou feinte – pour tout ce qui est riche, grand, brillant et surtout pour tout ce qui a du succès, ses chances de réussir sont considérables, même quand il est dépourvu de moyens39. Mais il existe aussi un type de snob que l’on pourrait appeler le snob inversé, qui, au lieu du ammirari omnia, suit la tendance ou le principe du nil ammirari. Ce type aussi s’ouvre plus d’une porte grâce à son scepticisme et à son indifférence, habilement affichés, et à son aspect de surhomme. Car bien des chemins mènent à Rome.

  • 40 Smith (1926), p. 313.

30Stendhal fait remarquer quelque part à propos des intellectuels que la société ne paie que ce qu’elle voit. L’économie classique, même si l’on doit bien reconnaître qu’elle est souvent mal comprise ou conçue de manière trop étroitement littérale, a une part importante de responsabilité dans les conceptions de ce genre. Dans son Inquiry, comme on sait, Adam Smith a formulé des principes qui étaient propres à donner du travail intellectuel l’image d’une activité ayant une faible valeur productrice. Dans la circulation des biens économiques échangeables, il n’y aurait selon lui pas vraiment de place pour les produits du travail intellectuel. Les services que rend celui-ci ne laisseraient pas de valeur saisissable (le chant du chanteur s’évanouit dans le néant, de même pour l’art de l’orateur ou du conférencier). Selon la formule de Smith, ces produits se dissolvent dans l’instant même de leur production, sans rien laisser de concret grâce à quoi ceux qui ont payé cette production avec du bel et bon argent pourraient l’échanger, suivant la logique du marché, contre une valeur équivalente du travail d’un tiers. De ce fait, les intellectuels devraient être comptés parmi la classe des travailleurs improductifs dont l’existence doit être assurée grâce au produit total du travail de la nation40. Les intellectuels sont donc ici presque mis sur le même niveau que les parasites.

  • 41 Sorel (1908), p. 89.

31Sorel fait remarquer avec raison qu’il est fort vraisemblable qu’aux yeux des physiocrates eux-mêmes, de manière inconsciente, le mot citoyens désigne des personnes dont le travail productif a dégagé du profit pour eux-mêmes et pour leur pays. Dans son Mémoire sur les municipalités, Turgot a qualifié de « citoyen entier » celui qui possède suffisamment de bien-fonds pour faire vivre une famille41.

  • 42 Genovesi (1820), vol. I, p. 201.

32Antonio Genovesi avait déjà élevé des protestations contre un tel rétrécissement conceptuel. Dans les conférences d’économie classique qu’il prononça en 1754 à l’Université de Naples, il enseignait qu’il existe indéniablement des classes de personnes qui exercent des professions ne dégageant aucun bénéfice immédiat, mais qu’il ne fallait pas pour autant les considérer comme dépourvues d’utilité économique. C’était évidemment le cas pour les médecins et les pharmaciens. Mais même des professions comme les soldats ou les avocats, qui ne sont pas à proprement parler productives, enrichissent malgré tout indirectement le revenu du travail national en accroissant le bien-être, en aidant les individus à faire respecter leur droit et en garantissant la poursuite paisible de l’activité économique nationale contre les ambitions éventuelles de pays étrangers. Genovesi conclut ses réflexions sur ce sujet, qui occupent plusieurs pages, en faisant remarquer que la non-productivité apparaît uniquement lorsque certaines professions se révèlent surpeuplées, c’est-à-dire quand se fait jour une disproportion entre les services qu’on attend d’elles et les besoins de la société42.

  • 43 Saint-Simon (1869), vol. V, p. 168.

33L’idée que les militaires produisent de la valeur fut reprise par Saint-Simon en personne qui, dans une de ses lettres adressées aux industriels, décrit Bayard, le chevalier sans peur et sans reproche, comme le sauveur de l’industrie française de son temps, tout en laissant échapper une phrase étrange affirmant qu’alors, au xvie siècle, « les industriels n’étaient pas en état de se défendre eux-mêmes43 ».

  • 44 Quesnay (1888), p. 356.

34Quesnay soutenait l’idée que les besoins en armement d’un État augmentaient avec la richesse de sa population, même s’il était par ailleurs d’avis que des finances publiques bien gérées étaient plus importantes pour la défense du pays qu’une population nombreuse44.

  • 45 List (1910), p. 231.

35En 1841, comme on sait, Friedrich List s’opposa de manière fondamentale aux innombrables classiques et néoclassiques en reprochant à leur école un « incroyable syllogisme ». Celui-ci, pour le formuler de manière très condensée, revenait à admettre l’idée que le travail consistant à former des âmes ou des esprits humains était moins productif que le travail d’élever des cochons45.

  • 46 Clouard, p. 195.

36Avant List, même si c’était de façon moins immédiate et ayant plutôt en vue le développement de la production, les saint-simoniens s’étaient déclarés en faveur d’une pleine reconnaissance de la valeur des productions intellectuelles. L’intellectuel était pour eux le principal pilier de la production, le prototype du producteur. C’est pourquoi ils détestaient du fond de l’âme la dévalorisation du travail intellectuel, diamétralement opposée à leurs principes. Enfantin se plaint amèrement de la situation des intellectuels dans une société où ils gagnent moins que les graisseurs de voitures, où les écrivains et les magistrats sont contraints à des travaux urgents et inutiles pour les oisifs et où les savants ne travaillent que pour l’industrie46. Disant cela, Enfantin faisait d’ailleurs preuve d’une certaine liberté par rapport à la conception plus étroite de Saint-Simon que nous venons de citer.

  • 47 Baldensperger (1927), p. 8.
  • 48 Proudhon (1862), p. 249.
  • 49 Murger (1851), p. XI.
  • 50 Alphonse Daudet : Jack, Paris, p. 83 sq., 64 sq., 180 sq., 261 sq.
  • 51 Baldensperger (1927), p. 13.

37La bohème serait ainsi le stade du recueillement et de la préparation à une existence rangée, voire à une position dans la vie respectable et assurée. De là à une interprétation pessimiste, il n’y a qu’un pas. D’après celle-ci, les bohèmes n’étaient nullement des idéalistes, mais des stratèges et des opportunistes ; ils ne seraient en dernier recours que de petits ambitieux intéressés qui patientent dans l’antichambre jusqu’à ce qu’ils parviennent à pénétrer dans les salles d’apparat des gros parvenus et à s’y installer à domicile47. Ils se livreraient à un terne jeu de cache-cache, indigne d’un homme et surtout hypocrite, derrière un décor ridicule et tape-à-l’œil. Proudhon a reproché aux écrivains et aux artistes de son temps de s’être, dans la bohème, transformés artificiellement en représentants d’une sorte de « misère vaniteuse48 ». Gérard de Nerval déclarait que beaucoup de bohèmes manifestaient du mépris pour l’argent à seule fin de pouvoir le dépenser avec d’autant plus d’insouciance. Ils ne sont donc pas d’aussi pauvres diables qu’ils le prétendent. Murger constatait déjà qu’il existe aussi, à côté des autres variétés décrites plus haut, une variété de bohème amateur, le bohème dilettante49. Daudet a immortalisé une espèce encore plus méprisable de bohème, celui de l’exploiteur et du faux homme de lettres, qui s’attache à des femmes riches et aspire avec avidité à une vie aisée à laquelle il ne contribue lui-même par aucune forme de travail que ce soit50. Même les éléments féminins de la bohème n’échappent pas toujours au reproche d’un manque de conséquence. La douce Musette, qui montre tant de mépris pour Mammon, surtout lorsqu’il s’agit de payer son loyer, ne finit-elle pas par épouser un pharmacien vulgaire mais prospère51 ?

  • 52 Voir paragraphe 10 de cet essai.
  • 53 « Individu qui n’a pas réussi dans la carrière qu’il a entreprise, et qui ne réussit en rien », Del (...)
  • 54 Murger (1851), p. X.

38À l’exception de quelques caractères bien trempés, un trop long séjour dans la bohème, au-delà de la limite d’âge52, conduit au type des génies gaspillés, des déclassés, des ratés53. Car la bohème n’ouvre pas seulement de temps à autre de nouvelles voies, elle mène plus souvent encore dans des impasses où l’on ne distingue aucune issue54.

  • 55 Arcoleo (1909), p. 103.

39Même au cœur du bohème gît une aspiration, qui croît au fil des ans, à une certitude, à la sécurité, à être automatiquement assuré, à la fin de chaque mois, des moyens qui permettent de satisfaire ses besoins. Le désir de posséder une position stable, même dans le commerce ou l’industrie, devient ainsi souvent à la longue le dernier espoir de tous les craintifs, les faibles, les déçus et les incompris qui ont fait naufrage dans ou par la bohème55.

40La politique offre une autre issue hors de la bohème. En règle générale, elle fait partie des domaines que le bohème considère comme tout bonnement indigne de son attention. Le véritable bohème est un « anarchiste ». Cela étant, on a pu percevoir en France, dans les cercles de la bohème, précisément pendant ses meilleures années, entre 1830 et 1848, la montée d’une passion politique. L’insouciance de la bohème fut mise à trop rude épreuve au cours de ces années. Certains bohèmes passèrent ainsi au type du réfractaire, incarné le plus fortement par Jules Vallès, jetèrent le béret de velours aux orties et mirent à sa place le bonnet phrygien. Ce fut le processus de politisation de la bohème. Mais il n’entraîna qu’une infime partie des bohèmes dans son sillage. La majorité resta fidèle à l’« anarchisme », parfois avec entêtement.

* * *

41L’ensemble complexe de la bohème que nous avons essayé d’analyser dans les pages précédentes présente de fortes affinités avec le phénomène qu’on a appelé le prolétariat intellectuel.

  • 56 Voir Michels (1905), p. 393 sq.

42Il est vrai que ce dernier, il faut le souligner d’emblée, n’est pas pour l’essentiel un « acte volontaire », un caprice, une humeur, un style de vie ou une question de conviction résultant d’un choix individuel, comme la bohème, mais qu’il est strictement économiquement déterminé. Le prolétariat intellectuel est le résultat d’une production intellectuelle non régulée qui a dépassé la consommation respective possible. Le caractère de prolétariat est alors défini par l’échec dans la lutte de concurrence renforcée à laquelle se livrent les intellectuels entre eux. Les conséquences en sont la misère, ou du moins la gêne, et la déchéance sociale de ceux qui sont en surnombre : d’un point de vue psychologique, elles se traduisent par la rancœur et l’amertume des intéressés. Le prolétariat intellectuel est donc, en un certain sens, un effet secondaire du système capitaliste56.

43Il y a de nombreuses raisons qui poussent la jeunesse aux portes des universités : le besoin de fonctionnaires de l’État, l’expansion du journalisme, la ramification de la grande industrie qui cherche des personnes pour défendre ses intérêts, les carrières politiques, l’espoir que les études universitaires conduiront à une ascension sociale.

  • 57 Haeseler (1902), p. 11.

44L’histoire offre bien des exemples de l’existence d’un prolétariat intellectuel, même si les chiffres que l’on peut rassembler ne sont pas toujours entièrement sûrs. Prenons-en un exemple caractéristique. La première enquête réalisée en Allemagne d’après les déclarations des intéressés, ainsi que l’imposait la réforme fiscale du ministre Miquel, donna comme résultat qu’à Berlin, une proportion infime des médecins pouvait compter sur un revenu tant soit peu suffisant57.

  • 58 Zetkin (1902), p. 17.

45L’enquête officielle, réalisée peu après par la région du Brandebourg, montra qu’à Berlin, parmi les médecins de plus de 40 ans, 5 ½ pour cent n’avaient aucun revenu annuel. 13 pour cent n’avaient que des revenus occasionnels, 27,2 pour cent gagnaient entre 900 et 3000 marks, 14 pour cent entre 3000 et 5000 marks et chez 40,3 pour cent seulement, les revenus dépassaient 5000 marks58.

46Le prolétariat intellectuel est un prolétariat d’inactifs, et l’inactivité ne correspond pas à un trait permanent, durant toute une vie, à un caractère de classe proprement dit. La majeure partie de ses éléments n’en fait partie que pendant une période donnée, en général à un âge assez jeune – les difficultés d’un début de carrière. Les effets psychologiques du chômage intellectuel croissent le plus souvent avec l’âge des intéressés et avec la durée du manque.

  • 59 Sighele (1903), p. 160.

47On peut distinguer deux catégories d’intellectuels. La première a réussi à trouver une place lucrative et conforme à son statut dans l’État et la société, alors que la seconde assiège en vain la forteresse sans parvenir à y entrer59. Les uns sont comparables à des troupes mercenaires qui, par sentiment du devoir, inquiétude de perdre leur poste ou égoïsme en tout genre, défendent par tous les moyens l’État qui les nourrit. C’est d’eux que l’on peut encore dire :

48Ceux-là seuls soutiennent l’État
Dont l’État est le seul soutien.

  • 60 Voir Puviani (1903), p. 258.

49Ce qui ne les empêche pas, quand l’État change de maître, de suivre le changement. Les autres sont les ennemis jurés de l’État, des éléments agités qui attisent toutes les insatisfactions et sont prêts à participer à toutes les révoltes. Pour apaiser cette deuxième catégorie, dangereuse, d’intellectuels, l’État est obligé d’ouvrir de temps en temps les portes de sa bureaucratie et de faire passer ainsi une série d’insatisfaits et d’esprit agités dans son camp « conservateur ». Cela étant, l’État est toujours en retard par rapport au prolétariat intellectuel qui se multiplie d’ordinaire plus vite qu’il n’est possible à l’État de créer de nouveaux bureaucrates. Mais il reste toujours conscient du danger et réfléchit aux moyens d’y parer. Il a un besoin d’autant plus urgent de s’en défendre que les intellectuels sont des combattants de l’esprit et qu’en général, s’ils sont contraints de rester dans la seconde catégorie, ils tendent à attaquer précisément cette même institution que l’État considère comme sa tâche la plus essentielle de préserver : la propriété privée60.

  • 61 Blanqui (1849), vol. II, p. 182.

50La bourgeoisie a toujours considéré par principe la montée d’un mouvement de travailleurs comme un produit artificiel, l’œuvre mauvaise d’universitaires affamés. Même Adolphe Blanqui, historien pourtant consciencieux du mouvement prolétarien de 1848 en France, qui écrivait au nom de l’université, était convaincu que les soulèvements ouvriers étaient à attribuer aux provocations de mauvais étudiants, de commis incultes et d’oisifs sans profession définie61.

  • 62 Marx (1873), p. 48.
  • 63 Bakounine (1905), p. 39.
  • 64 Michels (1908), p. 39 sq.
  • 65 Sombart (1924), vol. I, p. 55.
  • 66 De Man (1926), p. 149 ; Michels (1927), p. 146 sq.

51Pendant toute l’histoire du socialisme, on a accusé les universitaires socialistes de n’être que des membres du prolétariat intellectuel et, en conséquence, de n’agir que dans leur propre intérêt. Karl Marx lui-même s’est servi de cet argument lorsque, dans sa polémique contre Bakounine, il décrivit les étudiants italiens (qui étaient des partisans passionnés de ce dernier) comme une horde d’intellectuels déclassés, sans emploi et qui ne se souciaient nullement de justice sociale62. Bakounine pour sa part, dans sa polémique contre Mazzini, en 1871, avait rendu justice précisément à la jeunesse étudiante italienne, qu’il qualifiait d’héroïque. « D’admirables jeunes gens, pauvres, remplis d’aspirations généreuses et d’idéaux, même s’ils sont vraiment ignorants, assez désorientés et totalement perdus au milieu de la réalité concrète63 ». J’ai entrepris pour ma part d’apporter la preuve, en m’appuyant sur des documents historiques de l’époque, que l’Internationale italienne n’était pas composée de déclassés, mais de personnes se déclassant elles-mêmes, c’est-à-dire de jeunes universitaires souvent riches, presque toujours prometteurs, qui, sans arrière-pensées, d’un cœur léger mais pleins de détermination, s’étaient voués à une cause qui leur paraissait d’une haute dignité humaine64. Par la suite, Sombart, suivant les traces de Marx, mais en internationalisant son propos et en incluant dans son jugement les intellectuels marxistes, a développé une théorie socio-psychologique selon laquelle le jeune révolutionnaire est toujours un déçu, quelqu’un qui a échoué à l’examen de la vie, et qui se laisse guider dans ses actions par le ressentiment65. Mais un certain nombre d’auteurs ont objecté avec raison à Sombart que le ressentiment est bien plus souvent un effet qu’une cause de l’entrée dans le mouvement socialiste66. Le prolétariat intellectuel n’est d’ailleurs évidemment pas exclusivement constitué de fils de familles bourgeoises ou petites-bourgeoises. Il est assez fréquent de voir naître au sein du prolétariat ou de la paysannerie des fils doués qui parviennent à entrer à l’université. Beaucoup d’entre eux arrivent ensuite à se faire une place dans la société et à obtenir une bonne, voire une excellente situation. Beaucoup d’autres par contre, moins chanceux ou moins énergiques, viennent tôt ou tard grossir les rangs du prolétariat intellectuel.

52Il y a deux moyens de prévenir la formation d’un prolétariat intellectuel, ou tout au moins de le neutraliser politiquement et de faire ainsi fusionner les deux groupes d’intellectuels évoqués plus haut. Le premier se présente quand l’État – comme c’est l’idéal du fascisme – parvient à implanter dans les têtes des intellectuels, et pas seulement chez ceux qui sont à sa solde, la ferme conviction du pouvoir intérieur de l’État, et à susciter en eux le sens de l’État, le sentimento dello Stato, comme ordonnateur et protecteur suprême de toute chose. Le deuxième moyen est celui de l’Amérique du Nord : le potentiel de la mangeoire de l’État est tellement infime par rapport à l’offre du commerce et de l’industrie que cette dernière suffit à satisfaire les désirs des intellectuels.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, N. (1923) : The Hobo. The Sociology of the Homeless Man, Chicago.

Arcoleo, G. (1909) : « Sposati », Arcoleo, Forme vecchie idee nuove, Bari.

Bakounine, M. (1905) : Il socialismo e Mazzini, 4e éd., Rome.

Baldensperger, F. (1927) : « Bohème et Bohême : un doublet linguistique et sa fortune littéraire », Revue de Littérature Comparée, Paris.

Barrès, M. (1898) : Les Déracinés, 8e éd., Paris.

Béranger, P.-J. de (1839) :« Les Bohémiens », Œuvres complètes, éd. H. Fournier, Paris.

Blanqui, A. (1849) : Des classes ouvrières en France pendant 1848, Paris.

Bulwer, H. L. (1834) : France. Social, literary, political, Paris.

Clère, J. (1871) : Les Hommes de la Commune, 4e éd., Paris.

Clouard, H. (1920) : « L’Actualité des saint-simoniens », Le Producteur, Paris, 1920, I (2).

Croce, B. (1928) : Aspetti morali della vita politica, Bari.

Delesalle, G. (1899) : Dictionnaire Argot-Français et Français-Argot, Paris.

De Man, H. (1926) : Zur Psychologie des Sozialismus, Iéna.

Fouillée, A. (1902) : « Les Races latines », Revue des deux mondes.

Genovesi, A. (1820) : Lezioni di commercio o sia d’economia civile, Milan.

Goblot, E. (1929) : La Barrière et le niveau. Essai sur la bourgeoisie française, Paris.

Haeseler, A. (1902) : Der wirtschaftliche Ruin des Ärztestandes, Francfort-sur-le-Main.

Hamerton, Ph. G. (1889) : French and English, éd. Tauchnitz.

Herzen, A. I. (1907) : Erinnerungen, Berlin.

Hunter, R. (1906) : Poverty, New York.

Inge, W. R. (1926) : England, Modern World Series, Londres.

Izoulet, J. (1892) : L’Âme française et les universités françaises selon l’esprit de la Révolution, Paris.

Johannet, R. (1924) : Éloge du bourgeois français, Paris.

Larchey, L. (1878) : Dictionnaire historique d’argot, 7e éd., Paris.

List, F. (1910) : Das nationale System der politischen Ökonomie, 2e éd., Iéna.

Marx, K. (1872) : Das Kapital. Kritik der politischen Ökonomie, 2e éd., Hambourg.

Marx, K. (1873) : L’Alliance de la démocratie socialiste et de l’Association internationale des travailleurs. Rapports et documents, Londres / Hambourg.

Meuter, H. (1925) : Die Heimlosigkeit. Ihre Einwirkung auf Verhalten und Gruppenbildung der Menschen, Iéna.

Michels, R. (1905) : « Proletariat und Bourgeoisie in der sozialistischen Bewegung Italiens. Studien zu einer Klassen- und Berufsanalyse des Sozialismus in Italien », Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, III (2).

Michels, R. (1908) : Il proletario e la borghesia nel movimento socialista italiano. Saggio di scienza sociografico-politica, Turin.

Michels, R. (1918) : Economia e Felicità, Milan.

Michels, R. (1925) : Zur Soziologie des Parteiwesens. Untersuchungen über die oligarchischen Tendenzen des Gruppenlebens, 2e éd., Leipzig.

Michels, R. (1927) : Bedeutende Männer. Charakterologische Studien, Leipzig.

Michels, R. (1928) : « Nuovi studi sulla provenienza sociale degli studenti universitari », Educazione Fascista, Anno IV, décembre.

Michels, R. (1930) : « Zum Wesen des Franzosentums », Neuphilologische Monatsschrift, 1 (6).

Murger, H. (1851) : Scènes de la vie de bohème, Paris : Calmann-Lévy.

Parent-Duchâtelet, A.G.B. (1857) : De la prostitution dans la ville de Paris, 3e éd., Paris.

Prezzolini, G. (1913) : La Francia e i Francesi nel Secolo XX osservati da un italiano, Milan.

Proudhon, P.-J. (1862) : Les Majorats littéraires, 2e édition, Paris.

Puviani, A. (1903) : Teoria della illusione finanziaria, Palerme.

Quesnay, F. (1888) : Œuvres économiques et philosophiques, éd. par August Oncken, Francfort-sur-le-Main / Paris.

Ruge, A. (1906) : Kritische Betrachtung und Darstellung des deutschen Studentenlebens, Tübingen.

Saint-Simon, H. (1869) : Du système industriel, dans les Œuvres de Saint-Simon, Paris.

Sand, G. (1970) : Œuvres autobiographiques, éd. par G. Lubin, Paris : Gallimard (La Pléiade).

Schulze, F. / Szymank, P. (1910) : Das deutsche Studententum von den ältesten Zeiten bis zur Gegenwart, Leipzig.

Scot, M. (1912) : Filosofia dello Snob. Profili e prospetti della così detta Buona Società, Rome.

Sighele, S. (1903) : L’intelligenza della folla, Turin.

Smith, A. (1926) : An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, Londres.

Sombart, W. (1924) : Der proletarische Sozialismus, Iéna.

Sorel, G. (1908) : Les Illusions du progrès, Paris.

Thesing, E. (1896) : Duell – Ehre – “Ernst” !, Marburg.

Vallès, J. (1881): Les Réfractaires, nouvelle édition, Paris.

Zetkin, C. (1902) : Geistiges Proletariat : Frauenfrage und Sozialismus, Berlin.

Ziegler, Th. (1895) : Der deutsche Student am Ende des XIX. Jahrhunderts, Stuttgart.

Haut de page

Notes

1 On appelle en français, avec malice mais non sans sympathie, la rue dans laquelle vivent surtout des bohèmes le « pays de Bohème » ; et le quartier parisien de l’université, le « pays latin ».

2 Jean Richepin dans les Chansons des gueux (Fayard, p. 11).

3 Michels paraphrase ici en allemand une chanson de Béranger dans laquelle on lit : « Sans pays, sans prince et sans lois, / Notre vie / Doit faire envie : / Sans pays, sans prince et sans lois, / L’homme est heureux un jour sur trois » (Béranger [1839], t. II, p. 313). [NdT].

4 En anglais gipsy, en espagnol gitano, en italien zingaro.

5 Le titre et la date de parution du roman de Nodier sont en fait : Histoire du Roi de Bohême et de ses sept châteaux, Paris, Delangle, 1830 [NdT].

6 Sic – La date de parution des Scènes de la vie de bohème est 1851 [NDLR].

7 Éd. Mélion, p. 112.

8 Murger (1851), p. 259-260.

9 Ibid., p. 285.

10 Delesalle (1899), p. 40.

11 Murger (1851), p. VI.

12 Cité par Larchey (1878), p. 48.

13 Ruge (1906), p. 72.

14 Vallès parle quelque part des « fourvoyés de collège », qu’une mauvaise éducation et la fatalité a rendus « éperdus et affamés » et qui se jettent « au sortir de leurs classes » dans des aventures « dont le récit fait sangloter et rire » (Clère [1871], p. 187).

15 Barrès (1898), p. 137-145.

16 Schulze / Szymank (1910), p. 458 sq. ; Ziegler (1895), p. 64 ; Thesing (1896).

17 Sic – Michels écrit par erreur Bohème au lieu de Bohême [NdT].

18 « Lettre d’un voyageur », IV (1835), in : Sand (1970), t. II, p. 817 [NdT].

19 Vallès (1881), p. 11.

20 Fernand Baldensperger (1927, p. 6) considère à juste titre que les nouvelles d’Alfred de Musset comme Frédéric et Bergerette ou Mimi Pinson n’offrent pas des tableaux de la véritable bohème, car ce qui y est décrit est seulement la vie commune d’une grisette et d’un étudiant bourgeois. D’après la chanson de Musset « Mimi Pinson » (éd. Lemerre, Paris, 1906, p. 17 sq.), il faudrait certes conclure que Mimi Pinson fait partie de ces vierges amourettes d’étudiants que l’on appellera parfois plus tard des « étudiantes ».

21 Voir le recueil de nouvelles Les Jeunes-France. Romans goguenards de Théophile Gautier (1832). [en fait : 1833 – NdT].

22 Delesalle (1899), p. 323. À propos du mépris de l’intellectualisme dans la bourgeoisie française, voir Izoulet (1892), p. 32 et 37 ; ainsi que Goblot (1929), p. 132-133. On leur comparera le plaidoyer spirituel pour le mauvais goût bourgeois dans Johannet (1924), p. 127 sq. En Allemagne, avant la guerre, le monde étudiant connut, comme on sait, un fort embourgeoisement et une évolution vers le philistin ; voir Schulze / Ssymank (1910), p. 251 ; Ziegler (1895), p. 42. Voir aussi les données statistiques que l’auteur de ces lignes a publiées dans Michels (1928), p. 734.

23 Larchey (1878), p. 57 (d’après Monnier).

24 Goblot (1929), p. 131 et 133 ; voir aussi p. 54.

25 Préface à la Correspondance de Gustave Flaubert, p. XI.

26 Croce (1928), p. 55.

27 Marx (1872), p. 115.

28 Meuter (1925), p. 33, 29, 66.

29 Hunter (1906), p. 107.

30 Hunter (1906), p. 127.

31 Anderson (1923).

32 Pour des jugements d’observateurs étrangers sur le caractère français, voir Herzen (1907), vol. II, p. 226 ; mais aussi Fouillée (1902), p. 569. Le type très répandu du philistin est bien sûr loin d’épuiser le caractère français, dans lequel les qualités d’énergie et de détermination et les qualités éthiques créent de nombreux types qui occupent une grande place dans l’art, la science et l’histoire (voir Michels [1930], p. 291). – Leurs voisins s’étonnent à juste titre de la prudence exagérée des Français, même dans les classes laborieuses, en matière de politique matrimoniale, et de leur prédilection pour des mariages de raison et de convenance. Voir Hamerton (1889), vol. II, p. 148-149 et Prezzolini (1913), p. 20.

33 Le roman de Ernst von Wolzogen, Das dritte Geschlecht, donne une description spirituelle de certains aspects du milieu munichois.

34 Bulwer (1834), p. 226.

35 Bulwer (1834), p. 226 ; Parent-Duchâtelet (1857), vol. I, p. 151.

36 « The Englishman needs gentleman schools, he has social drill and hides his emotions » (Inge [1926], p. 57, 70 et 235).

37 Michels (1925), p. 46.

38 Voir d’autres références dans Michels (1918), p. 88.

39 Voir Scot (1912), p. 79.

40 Smith (1926), p. 313.

41 Sorel (1908), p. 89.

42 Genovesi (1820), vol. I, p. 201.

43 Saint-Simon (1869), vol. V, p. 168.

44 Quesnay (1888), p. 356.

45 List (1910), p. 231.

46 Clouard, p. 195.

47 Baldensperger (1927), p. 8.

48 Proudhon (1862), p. 249.

49 Murger (1851), p. XI.

50 Alphonse Daudet : Jack, Paris, p. 83 sq., 64 sq., 180 sq., 261 sq.

51 Baldensperger (1927), p. 13.

52 Voir paragraphe 10 de cet essai.

53 « Individu qui n’a pas réussi dans la carrière qu’il a entreprise, et qui ne réussit en rien », Delesalle (1899), p. 16.

54 Murger (1851), p. X.

55 Arcoleo (1909), p. 103.

56 Voir Michels (1905), p. 393 sq.

57 Haeseler (1902), p. 11.

58 Zetkin (1902), p. 17.

59 Sighele (1903), p. 160.

60 Voir Puviani (1903), p. 258.

61 Blanqui (1849), vol. II, p. 182.

62 Marx (1873), p. 48.

63 Bakounine (1905), p. 39.

64 Michels (1908), p. 39 sq.

65 Sombart (1924), vol. I, p. 55.

66 De Man (1926), p. 149 ; Michels (1927), p. 146 sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Zur Soziologie der Bohème und ihrer Zusammenhänge mit dem geistigen Proletariat », Jahrbücher für Nationalökonomik und Geschichte, Gustav Bücher Verlag, 1932, p. 801-816.

Référence électronique

Robert Michels, « Sociologie de la bohème et de ses rapports avec le prolétariat intellectuel », Trivium [En ligne], 18 | 2014, mis en ligne le 17 décembre 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://trivium.revues.org/4986

Haut de page

Auteur

Robert Michels

Robert Michels (1876-1936), sociologue germano-italien, est considéré comme le fondateur de la sociologie des partis politiques. Pour plus d’informations, voir le lien suivant.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo DVA-Stiftung
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • Revues.org