Navigation – Plan du site
Introduction

Introduction

Hinnerk Bruhns et Fritz Nies
Cet article est une traduction de :
Einleitung
Traduction de Anne-Emmanuelle Fournier

Texte intégral

  • 1 Bogdandy (2004), p. 17 sq.

1Choisir les langues de la science – en particulier des sciences de l’homme et de la société – pour thématique de ce quinzième numéro de notre revue bilingue ne signifie pas seulement faire une rétrospective des débats et réflexions qui ont donné, il y a maintenant presque dix ans, l’impulsion décisive pour créer Trivium. Il s’agit aussi et surtout de dépasser les limites étroites de certains cercles de réflexion afin de soumettre les questions soulevées par les politiques linguistiques actuelles et la pratique linguistique dans le domaine scientifique à un large public et de susciter des réactions. Dans cette optique, les sciences humaines, sociales et de la culture, considérées comme « le réservoir de sens d’une société », le « médium » dans lequel celle-ci « se reflète, s’explique et s’organise », occupent une place centrale1. Ces disciplines se distinguent en effet par le fait que « leur objet tient entièrement dans la langue. Il s’élabore dans la langue et ne saurait exister en dehors d’elle. »

  • 2 Nies (2005).
  • 3 Cf. notamment Forschung & Lehre, 11/2006 (M. Briegel) ; Revue de littérature comparée, 1/2007 (Y. C (...)
  • 4 Oberreuter et al. (2012).
  • 5 Cf. par exemple les communiqués du 9 mars 2013 sur le site de l’association « Avenir de la langue f (...)

2La plupart des textes dont nous présentons ici à la fois la version originale et la traduction proviennent d’actes de colloque publiés en 2005 sous la direction de Fritz Nies (Europa denkt mehrsprachig / L’Europe pense en plusieurs langues)2. En dépit des critiques positives3 qu’il a suscitées, cet ouvrage n’a manifestement pas rencontré l’écho qu’il aurait mérité. Il est le fruit d’un colloque qui s’est déroulé en janvier 2004 – autrement dit il y a presque dix ans – à l’Académie des sciences de Berlin-Brandebourg. La thématique de ce colloque n’a rien perdu de son actualité, elle attire même une attention croissante. Songeons par exemple aux conclusions d’une rencontre ultérieure en Allemagne, avec la participation, entre autres, d’hommes politiques de haut rang4, ou encore aux débats fervents qui agitent la France depuis le printemps 2013 au sujet d’une nouvelle loi sur le statut de l’anglais dans l’enseignement universitaire5. La table des matières de cet ouvrage de 2004 est présentée en annexe de ce numéro. Elle renvoie en effet à d’autres articles sur le sujet qui méritent d’être lus mais n’ont pu être inclus ici pour diverses raisons, ainsi qu’à une série de propositions concrètes en matière de politique linguistique, élaborées à partir des débats. Ce colloque berlinois avait été organisé par la DVA-Stiftung et la Robert Bosch Stiftung, toutes deux sises à Stuttgart, en coopération avec la Fondation Maison des Sciences de l’Homme à Paris et l’Institut franco-allemand de Ludwigsbourg. Il se composait de trois sections :

  1. Lehren und Veröffentlichen in der Landessprache: notwendige Grundlage oder Relikt? / Enseigner et publier dans la langue nationale : fondement nécessaire ou résidu ?

  2. Mehrsprachigkeit und Übersetzen: Behinderung, Vergeudung, intellektueller Mehrwert? / La question du plurilinguisme et des traductions : obstacles, gaspillage, plus-value intellectuelle?

  3. Ein- oder Mehrsprachigkeit in europäischen Forschungsnetzwerken? / Unilinguisme ou plurilinguisme dans les projets et réseaux de recherche européens ?

3Dans cet ensemble, nous avons sélectionné sept articles qui développent sous différentes perspectives toute une série de réflexions pratiques et théoriques sur la question des langues dans les sciences de la culture. Celle-ci n’est en effet pas uniquement un problème relevant des sciences du langage proprement dites. L’enjeu ici est bien davantage une question de fond : comment des scientifiques issus de différentes aires linguistiques et culturelles communiquent-ils entre eux, et surtout, comment produisent-ils ensemble, ou à travers un dialogue, de la connaissance ? Cette interrogation renvoie bien évidemment à la problématique plus générale de la relation entre langue et connaissance, question aussi ancienne que la science elle-même.

  • 6 Cassin (2004b).

4Cette sélection issue des actes du colloque a été complétée par un texte d’Harald Weinrich et une entrée de dictionnaire qui illustre de manière exemplaire et tout à fait pratique l’un des problèmes majeurs que soulève cette thématique. Il s’agit de l’article consacré au lemme « Moment » dans le Vocabulaire européen des philosophies : Dictionnaire des intraduisibles6. Dans son introduction à ce dictionnaire, dont une version légèrement modifiée a également été incluse dans ce numéro, Barbara Cassin explique le sens de l’entreprise qui a présidé à cet ouvrage :

  • 7 Cassin (2004a).Voir le texte complet dans ce numéro de Trivium.

« Le point de départ est une réflexion sur la difficulté de traduire en philosophie. Nous avons voulu penser la philosophie en langues, traiter les philosophies comme elles se disent, et voir ce que cela change dans nos manières de philosopher. […] Nous n’avons pas travaillé sur tous les mots, ni sur toutes les langues eu égard à un mot, et encore moins sur toutes les philosophies. Nous avons pris pour objet des symptômes de différence, les « intraduisibles », entre un certain nombre de langues européennes d’aujourd’hui, en régressant aux langues anciennes (grec, latin) et en passant par l’hébreu, par l’arabe, chaque fois que c’était nécessaire à l’intelligibilité de ces différences. Parler d’intraduisibles n’implique nullement que les termes en question, ou les expressions, les tours syntaxiques et grammaticaux, ne soient pas traduits et ne puissent pas l’être – l’intraduisible, c’est plutôt ce qu’on ne cesse pas de (ne pas) traduire. Mais cela signale que leur traduction, dans une langue ou dans une autre, fait problème, au point de susciter parfois un néologisme ou l’imposition d’un nouveau sens sur un vieux mot : c’est un indice de la manière dont, d’une langue à l’autre, tant les mots que les réseaux conceptuels ne sont pas superposables […]7. »

  • 8 « tatsächlich der Stoff selbst […] aus dem die wissenschaftliche Erkenntnis stammt und aus dem das (...)

5De nos jours, nul ne songerait à contester le caractère international de la science et le fait qu’en l’absence d’échanges à cette échelle, elle reste provinciale, autrement dit d’un niveau médiocre. En revanche, le rôle de la langue dans cette internationalité fait débat. Pour simplifier, on peut dire qu’il existe deux positions principales : pour les uns, la langue est (uniquement) un moyen de communication, pour les autres elle est « véritablement la matière même dans laquelle s’élabore la connaissance et qui constitue le produit scientifique8. » Jürgen Trabant rappelle que la tension entre la pensée scientifique rationnelle et le langage a mené chez Platon à l’aspiration à une pensée qui ne serait plus tributaire du verbe. Aristote a poussé plus loin ce qui était resté virtuel chez Platon en dissociant communication et cognition et en postulant l’universalité de la cognition : la pensée serait un processus universel et indépendant des mots, la langue ne servirait donc qu’à la communication. Si cette conception reste aujourd’hui dominante dans de nombreux domaines, elle coexiste désormais avec d’autres. D’après J. Trabant, l’expérience de la diversité des langues à laquelle les Européens ont été confrontés à partir de la Renaissance a ébranlé le modèle aristotélicien. Wilhelm von Humboldt a résumé cette évolution en soulignant que les langues, loin de se réduire à différents systèmes de signes matériels, sont des visions du monde. Ainsi, la diversité babélienne des langues n’est rien d’autre pour les uns qu’un obstacle au progrès de la science, tandis qu’elle est aux yeux des autres la condition sine qua non d'une possibilité d'enrichissement de la pensée et par là même de la science.

  • 9 Cette corrélation est mise en exergue dans plusieurs contributions de la publication de l’académie (...)
  • 10 « Ein Wahnsinnsunternehmen » (une entreprise complètement folle), Gethmann (2011), p. 60.
  • 11 « ganze Kontinente der Erinnerung gegenwärtig […] getilgt », Bredekamp (2011), p. 54 ; voir égaleme (...)

6La tendance qui semble imposer inexorablement une langue unique de communication dans les sciences – voire même la promouvoir au rang de langue générale de production et d’enseignement de celles-ci – se voit fréquemment justifiée de façon banale par la référence au latin qui a été, pendant plusieurs siècles, la langue des sciences européennes. D’un point de vue empirique, on peut pourtant objecter que le recul du latin et son corollaire, l’élévation des langues nationales et vernaculaires au statut de langues scientifiques, ont précisément joué un rôle fondamental dans l’essor des sciences en Europe9. En conséquence, la disparition du multilinguisme s’accompagne du danger d’une provincialisation et d’un appauvrissement de la créativité, tout au moins dans le domaine des sciences humaines, sociales et de la culture. Un scientifique qui ne se tient plus informé de ce qui se publie ou a été publié dans d’autres langues que la sienne ou que l’anglais (a fortiori lorsque les deux coïncident) se ferme des territoires entiers de la science, qui deviennent pour lui des terrae incognitae. Un tel impérialisme linguistique10, qui se profile aujourd’hui avec une arrogance simplette et crétinisante, ne prend même plus acte de la perte ainsi induite, du fait, comme le formule Horst Bredekamp, que « des continents entiers de mémoire […] sont actuellement en passe d’être effacés11. »

7La question des langues se pose dans le travail scientifique de manière double : d’une part pour la production, l’élaboration du savoir, d’autre part pour la communication scientifique (au demeurant elle aussi indispensable à la production de connaissances). Le choix de la langue de communication (qui parle quelle langue, et pour traiter de quoi) est d’ordre purement pratique. De nos jours, ce sera probablement l’anglais dans de nombreux cas, voire dans la majorité des cas – surtout si les interlocuteurs proviennent d’un grand nombre de pays différents – souvent sous la forme rudimentaire du « globalais », pour reprendre le terme de Jürgen Trabant. En revanche, si des spécialistes de l’islam issus de différentes aires linguistiques discutent ensemble, il se peut qu’ils recourent à l’arabe, de même que les chercheurs qui travaillent sur l’Amérique latine préfèrent utiliser l’espagnol ou les sinologues le chinois. A côté de ce schéma fondé sur le recours à une langue de communication commune, une autre option existe : un modèle de dialogue scientifique dans lequel chacun parle sa propre langue mais maîtrise au moins passivement celle de son interlocuteur. Dans la pratique, ce modèle se rencontre plutôt au sein de petits groupes ou dans des situations dans lesquelles il est possible d’interrompre le discours de l’autre afin de solliciter des précisions, voire une aide à la compréhension ou à la traduction. Ce modèle opère un rapprochement entre les langues de production de la connaissance et de communication.

8Le plurilinguisme défini comme capacité à lire plusieurs langues – les combinaisons linguistiques pouvant varier selon les champs de connaissance considérés – devrait faire partie des normes minimales dans la formation aux métiers scientifiques. Quant au plurilinguisme comme capacité à comprendre plusieurs langues, il devrait devenir une pratique légitime lors des colloques scientifiques (et il l’est fort heureusement encore dans plus d'un domaine). Citons seulement deux exemples : après la fin de la Seconde guerre mondiale, le Comité International d’Histoire de l’Art (CIHA) a inscrit dans ses statuts une disposition selon laquelle les intervenants de ses congrès pouvaient utiliser sans traduction toutes les langues qui ont successivement été dominantes en histoire de l’art depuis la création de cette discipline au XVIe siècle, à savoir l’italien, le français, l’allemand ou l’anglais12. Le second exemple porte sur un petit – mais exemplaire – segment de la politique actuelle de soutien à la recherche au sein de l’Europe. Depuis 2004, la Deutsche Forschungsgemeinschaft et la Fondation Maison des Sciences de l’Homme financent, en coopération avec la Villa Vigoni et le ministère italien de l’enseignemnt supérieur, des conférences de recherche trilatérales dans lesquelles les participants venus d’Allemagne, de France et d’Italie utilisent leurs langues respectives13. Les initiatives de ce type ne sont pas de simples combats d’arrière-garde d’éternels réactionnaires. Ce qui est en jeu, c’est la qualité de nos sciences, comme l’a entre autres formulé, il y a presque vingt ans de cela, la commission Gulbenkian « Open the social sciences » présidée par Immanuel Wallerstein : « A world in which all social scientists had working control of several major scholarly languages would be a world in which better social science was done14. »

  • 15 Au sujet de la critique du terme « expert » on lira avec profit la polémique : « Les instances d’év (...)

9Selon Horst Bredekamp, l’amoindrissement actuellement manifeste de cette diversité linguistique – et la politique linguistique qui le sous-tend – constituent une attaque contre les territoires de l’histoire culturelle des langues qui ne sont pas en position dominatrice. Mais ce n’est pas tout. De nombreux acteurs sont en effet impliqués dans cette « politique linguistique. » Il ne s’agit pas pour autant d’invoquer ici une quelconque théorie du complot : cela simplifierait trop le problème et rendrait le débat stérile. Les sciences humaines et sociales ont lutté longtemps pour être intégrées de plein droit dans les grands programmes de recherche européens, et non plus seulement en tant que sciences auxiliaires portant sur des aspects éthiques, juridiques et sociaux (les fameuses « recherches sur l’acceptation »). Si ces efforts ont été couronnés de succès, ils ont eu la conséquence suivante : désormais, les demandes de subvention à la recherche de ces disciplines au niveau européen doivent être rédigées elles aussi en anglais. Il ne s’agit nullement d’une obligation formelle, mais d’un impératif qui s’est imposé par la force des choses. Peu après, de grandes instances nationales de soutien à la recherche en Allemagne, en France et dans d’autres pays ont pris le parti d’exiger que les demandes de subvention soient également rédigées en anglais au niveau national. Et cela en vertu du principe selon lequel la procédure d’évaluation des projets doit correspondre aux normes internationales et être confiée à des « experts »15 eux-mêmes internationaux. « International » est ici synonyme d’« anglophone », et l’on ne s’interroge même plus sur ce que l’on risque de perdre par une telle uniformisation linguistico-conceptuelle. De telles dispositions minent d’emblée doublement la qualité de la science. D’une part, on prive les chercheurs issus de cultures scientifiques non anglophones de la possibilité de formuler leur pensée dans la langue qui leur permettrait l’expression la plus efficace et la plus nuancée. D’autre part, ces demandes de subvention rédigées avec un sérieux handicap sont soumises exclusivement à des évaluateurs qui sont peut-être incapables de lire l’espagnol, l’italien, l’allemand, le français ou d’autres langues scientifiques majeures. Bien évidemment, ils examinent des projets de recherche et des rapports d’activité formulés dans le « globalais » déjà évoqué, mais ne sont peut-être même pas en mesure de situer et d’évaluer le projet dans le paysage scientifique particulier, l’histoire de la discipline propre et l’environnement culturel et social spécifique dont il est issu, et non seulement à l’échelle internationale. Une conception aussi pétrie de bonnes intentions qu’irréfléchie de l’internationalité devrait se heurter à une résistance décidée de tous les intéressés. Malheureusement, ce n’est pas le cas, et en matière de subventions à la recherche, plus d’un scientifique creuse sa propre tombe.

10Tout comme les sciences naturelles, les sciences humaines et sociales ont besoin d’échanges internationaux pour se développer. Le choix des langues utilisées pour ces échanges est un problème purement pratique et non une question de principe voire idéologique. Toutefois, la communication scientifique ne se réduit pas au dialogue entre spécialistes. Les chercheurs en sciences humaines et sociales, en particulier, et plus encore en sciences de la culture au sens étroit du terme, réfléchissent sur les sociétés actuelles et historiques, que ce soit la leur ou des sociétés étrangères. Les connaissances qu’ils produisent ne s’adressent donc pas uniquement à leurs homologues, spécialistes du domaine dans leur pays ou ailleurs, mais au moins dans une égale mesure, si ce n’est davantage, à l’ensemble des membres (individus et groupes) des sociétés qui constituent l’objet de ces sciences. Qui oserait encore sérieusement mettre en doute que la question de la ou des langue(s) dans lesquelles la science s’élabore, parle et s’écrit peut être réduite sans dommages à une seule dimension ?

11Annexe :
Sommaire de l’ouvrage collectif (actes de colloque) cité, publié en 2005

Horst Frank

Vorwort – Préface

Erika Mursa

Politische Verpflichtung zur Mehrsprachigkeit

Fritz Nies

Einleitung – Introduction

Wolfgang Frühwald

Eine Kultur – viele Sprachen. Zur Identität Europas

I. Lehren und Veröffentlichen in der Landessprache: notwendige Grundlage oder Relikt? Enseigner et publier dans la langue nationale: fondement nécessaire ou résidu?

Etienne François

Remarques introductives

Maurice Aymard

Langues naturelles et langues savantes: les sciences humaines et sociales face à elles-mêmes, à leurs ambitions, à leurs exigences, à leurs pratiques

Jürgen Trabant

Der eigenen Sprache bedürftig

Antoine Compagnon

Passer d'une langue à l’autre donne des idées nouvelles

Walter Krämer

Muttersprache: Motor kreativen Denkens

Manfred Nießen

Ein- oder Mehrsprachigkeit in der wissenschaftlichen Kommunikation – Anmerkungen aus Sicht der Forschungsförderung

Gesine Schwan

Mehrsprachigkeit als Grundlage geglückter Kommunikation. Ein Standortvorteil Europas

II. Mehrsprachigkeit und Übersetzen: Behinderung, Vergeudung, intellektueller Mehrwert? / La question du plurilinguisme et des traductions: obstacle, gaspillage, plus-value intellectuelle?

Albert Hamm

Remarques introductives

Gerhard Stickel

Plurilinguismus und Übersetzen: Investition in Europas Zukunft

Jean-Pierre Grossein

Traduire: Un versant de la recherche fondamentale

Berna Stiegler

» Lost in translation«. Übersetzung und kultureller Dialog

Eric Vigne

Sciences humaines: Du commerce des idées dans une Europe plurilingue

Christian Bouchindhomme

La traduction philosophique entre la France et l’Allemagne

Jadja Wolf

Wissenstransfer ist mehr als Warenaustausch

Hansjoachim Meyer

Die Chance zur Mehrsprachigkeit

III. Ein- oder Mehrsprachigkeit in europäischen Forschungsprojekten und Netzwerken? Unilinguisme ou plurilinguisme dans des projets et réseaux de recherche européens?

Hinnerk Bruhns

Remarques introductives

Jürgen Kocka

Nutzen und Nachteil von Ein- und Mehrsprachigkeit

Alain Supiot

Communiquer ou se comprendre? La question du régime linguistique de la recherche en sciences humaines et sociales

Peter Fisch

Zur Praxis in EU-Projekten

Laurence Fontaine

L’expérience de l’Institut Universitaire Européen entre1995 et 2003

Ingeborg Jostock

Mehrsprachigkeit am Europäischen Hochschulinstitut Florenz

Agnès Labrousse

Plurilinguisme au quotidien versus monolinguisme disciplinaire. Les cas du centre Marc Bloch et de la recherche en économie

Patrick Fridenson

L’expérience des tables rondes franco-allemandes d’histoire sociale

Hans-Jürgen Lüsebrink

Priorität für führende Wissenschaftssprachen

Katja Mruck

Betreiben internationaler Netzwerke: Das Beispiel der Online-Zeitschrift FQS

Schlusspodium: Beiträge und Resümees

Fritz Nies

Einführung

Konrad Ehlich

Nationalsprachliche Wissenschaftspraxis. Grundlage effizienter Wissenschaft oder Relikt?

Frank Baasner

Die EU braucht ein Infrastrukturprogramm für Köpfe

Haut de page

Bibliographie

BBAW (2011) : Welche Sprache(n) spricht die Wissenschaft? Streitgespräche in den wissenschaftlichen Sitzungen der Versammlung der Akademiemitglieder am 2. Juli und am 26. November 2010, coll. Debatten, n° 10, Berlin : Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften; http://edoc.bbaw.de/volltexte/2011/2042/pdf/01_Gesamt_Debatte10.pdf

Bogdandy, A. v. (2004) : »Die Wissenschaften im Sog der Globalisierung«, Max Planck Forschung, 1, p. 15-18.

Bredekamp, H. (2011) : »Babylonische Sprachvielfalt : nicht Strafe, sondern Anspruch«, in : BBAW (2011), p. 51-56.

Bruhns, H. (2012) : »One language, one history? On the uncertain future of social sciences in Europe«, Portuguese Journal of Social Science, 11 (1), p. 55-69.

Cassin, B. (2004a) : »Présentation«, in : Cassin (2004b), p. XVII-XVIII.

Cassin, B. (éd.) (2004b) : Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris : Seuil / Robert.

Gethmann, C. F. (2011) : »Die Sprache der Wissenschaft«, in : BBAW (2011), p. 57-64.

Nies, F. (éd. avec la collaboration de E. Mursa) (2005) : Europa denkt mehrsprachig. Exemplarisch : deutsche und französische Kulturwissenschaften – L’Europe pense en plusieurs langues. exemplaires : les sciences de l’homme en France et en Allemagne, Tübingen : Gunter Narr Verlag.

Oberreuter H., et al. (éd.) (2012) : Deutsch in der Wissenschaft : ein politischer und wissenschaftlicher Diskurs, Munich : Olzog.

Trabant, J. (2011) : »Einführende Bemerkungen«, in : BBAW (2011), p. 13-20.

Wallerstein, I. (dir.) (1996) : Open the social sciences. Report of the Gulbenkian Commission on the Restructuring of the Social Sciences, Standford : Stanford University Press ; trad. fr. : Ouvrir les sciences sociales, rapport de la commission Gulbenkian pour la restructuration des sciences sociales, trad. par J.-M. et S. Blanquer, Paris : Descartes & cie, 1996.

Haut de page

Notes

1 Bogdandy (2004), p. 17 sq.

2 Nies (2005).

3 Cf. notamment Forschung & Lehre, 11/2006 (M. Briegel) ; Revue de littérature comparée, 1/2007 (Y. Chevrel) ; Gérer & Comprendre, juin 2005 (D. Tonneau).

4 Oberreuter et al. (2012).

5 Cf. par exemple les communiqués du 9 mars 2013 sur le site de l’association « Avenir de la langue française » www.avenir-langue-francaise.fr sous l’intitulé Contre le projet de loi Fioraso (et passim), ainsi que la longue liste de références renvoyant à d’autres contributions au débat sur le sujet ; l’article d’Antoine Compagnon dans Libération ; ou encore les articles parus le 13 avril 2013 dans Le Figaro et en juin 2013 dans l’Observatoire européen du plurilinguisme. Voir également la décision de 2013 d’un tribunal administratif italien contre l’Ecole polytechnique de Milan au sujet de l’anglais comme langue d’enseignement, et bien d’autres documents encore.

6 Cassin (2004b).

7 Cassin (2004a).Voir le texte complet dans ce numéro de Trivium.

8 « tatsächlich der Stoff selbst […] aus dem die wissenschaftliche Erkenntnis stammt und aus dem das wissenschaftliche Produkt gemacht ist. », Trabant (2011), p. 20.

9 Cette corrélation est mise en exergue dans plusieurs contributions de la publication de l’académie Welche Sprache(n) spricht die Wissenschaft ? (cf. note 8) : voir par exemple les articles de Julian Nida-Rümelin (p. 106), Wolfgang Klein (p. 109) et Jürgen Trabant (p. 109).

10 « Ein Wahnsinnsunternehmen » (une entreprise complètement folle), Gethmann (2011), p. 60.

11 « ganze Kontinente der Erinnerung gegenwärtig […] getilgt », Bredekamp (2011), p. 54 ; voir également Bruhns (2012).

12 Cf. Bredekamp (2011), p. 53 sq.

13 http://www.fmsh.fr/fr/c/1301

14 Wallerstein (1996), p. 89. Cf. Bruhns (2012).

15 Au sujet de la critique du terme « expert » on lira avec profit la polémique : « Les instances d’évaluation scientifique : élection, nomination, cooptation ? Une discussion entre Nathalie Heinich et Cristian Topalov » (25 janvier 2012) (http://pds.hypotheses.org/1602).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hinnerk Bruhns et Fritz Nies, « Introduction », Trivium [En ligne], 15 | 2013, mis en ligne le 09 décembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://trivium.revues.org/4767

Haut de page

Auteurs

Hinnerk Bruhns

Hinnerk Bruhns est directeur de recherche émérite au CNRS. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Fritz Nies

Fritz Nies est professeur émérite à l’Université Heinrich Heine de Düsseldorf. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo DVA-Stiftung
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • Revues.org