Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Cf. numéro spécial de la Revue d’esthétique, 3–4, 1980 consacré à Étienne Souriau.

1Étienne Souriau (1892–1979) est le fils du philosophe et esthéticien Paul Souriau. Après des études à l’École normale supérieure, il est reçu premier à l’agrégation de philosophie en 1920. Il enseigne dans les universités d’Aix-en-Provence et de Lyon, puis à la Sorbonne (dès 1941), où il succède, en 1945, à Charles Lalo à la chaire d’esthétique. Défenseur d’une esthétique française, Souriau tient des fonctions importantes au sein de cette sphère mais aussi à un niveau international ; il a ainsi été le président de la Société française d’esthétique, le directeur de la Revue d’esthétique, et le président du Comité international pour les Études d’esthétique. Au début des années 1960, il reprend la direction de l’équipe travaillant à ce qui deviendra le Vocabulaire d’esthétique, entamé en 1931 par Lalo et Basch et interrompu pendant la guerre. Il sera édité après sa mort par Anne Souriau en 1990. En 1925, Souriau publie deux ouvrages sur les rapports structuraux et fonctionnels dans la vie affective (L’abstraction sentimentale), et dans la vie intellectuelle et active (Pensée vivante et perfection formelle).
Ses œuvres trouvent un accueil favorable non seulement en France, mais aussi auprès du public allemand. Adepte d’une esthétique de la forme et de l’objet, il s’emploie à découvrir les lois homologues qui structurent des œuvres d’art, musicales, littéraires (loi du point de vue, loi d’opposition significative, loi de médiation, loi d’évasion dynamique, loi de redoublement). Dans Les deux cent mille situations dramatiques (1950)et surtoutdans La Correspondance des arts. Éléments d’une esthétique comparée (1969), il mène une réflexion, qui s’inscrit dans une perspective structuraliste, sur les procédés objectifs qui gouvernent la diversité des phénomènes sensibles, qu’ils soient artistiques ou quotidiens.1

2Étienne Souriau (1892–1979) war der Sohn des Philosophen und Ästhetikers Paul Souriau. Nach seinem Studium an der »École normale supérieure« bestand er 1920 als Bester die Prüfung (Agrégation) in Philosophie. Er unterrichtete an den Universitäten Aix-en-Provence und Lyon, später an der Sorbonne (ab 1941). Im Jahr 1945 folgte er dort auf Charles Lalo als Inhaber des Lehrstuhls für Ästhetik. Als Verteidiger einer französischen Ästhetik hatte Souriau wichtige Funktionen sowohl in Frankreich als auch auf internationaler Ebene inne. So war er z. B. Präsident der »Société française d’esthétique«, Direktor der Revue d’esthétique und Präsident des »Comité international pour les Études d’esthétique«. Zu Beginn der 1960er Jahre übernahm er die Leitung des Langzeitprojekts eines Vocabulaire d’esthétique, das 1931 durch Lalo und Basch begonnen, während des Krieges unterbrochen, durch Souriau wiederbelebt und nach seinem Tod 1990 von Anne Souriau editorisch abgeschlossen wurde. 1925 veröffentlichte Souriau zwei Arbeiten über die strukturellen und funktionellen Beziehungen im Gefühlsleben (L’abstraction sentimentale) sowie im intellektuellen und aktiven Leben (Pensée vivante et perfection formelle).
Seine Werke fanden nicht nur in Frankreich günstige Aufnahme, sondern auch in Deutschland. Als Anhänger einer Ästhetik der Form und des Objekts beschäftigte er sich mit der Aufdeckung einander entsprechender Gesetze, welche Werke der Kunst, der Musik und der Literatur strukturieren (Gesetz des Gesichtspunktes, Gesetz des signifikativen Gegensatzes, Gesetz der Vermittlung, Gesetz der dynamischen Flucht, Gesetz der Verdopplung). In Les deux cent mille situations dramatiques (1950) und vor allem inLa Correspondance des arts. Éléments d’une esthétique comparée (1969) analysierte er aus einer strukturalistischen Perspektive die objektiven Prozesse, die die Vielfalt sinnlicher Phänomene ‑ seien es künstlerische oder alltägliche ‑ beherrschen.

Haut de page

Bibliographie

(Sélection / Auswahl)

Monographies / Monographien

L’abstraction sentimentale, Paris, 1925 (rééd. Paris, PUF, 1951).

Pensée vivante et perfection formelle, Paris, 1925 (rééd. Paris, PUF, 1952).

L’avenir de l’esthétique, Paris, PUF, 1929.

Art et vérité, Paris, Alcan, 1933.

Avoir une âme, Paris, Belles-Lettres, 1939.

L’instauration philosophique, Paris, PUF, 1939.

Les différents modes d’existence, Paris, PUF, 1943.

La correspondance des arts, Paris, Flammarion, 1947.

Les fonctions psychologiques des œuvres d’après Meyerson, Paris, PUF, 1948.

Les deux cent mille situations dramatiques, Paris, Flammarion, 1950.

L’ombre de Dieu, Paris, PUF, 1955.

Les grands problèmes de l’esthétique théâtrale, Paris, Centre de documentation universitaire, 1956.

La condition humaine vue à travers l’art, Paris, Centre de documentation universitaire, 1956.

Les catégories esthétiques, Paris, Centre de documentation universitaire, 1956.

Les structures de l’œuvre d’art, Paris, Centre de documentation universitaire, 1956.

La poésie française et la peinture, London, Athlone Press, 1966.

La correspondance des arts. Éléments d’un esthétique comparée, Paris, Flammarion, 1969.

Clefs pour l’esthétique, Paris, Seghers, 1970.

L’Avenir de la philosophie, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1982 (posthume).

Vocabulaire d’esthétique, éd. Anne Souriau, Paris, PUF, 1990.

Haut de page

Notes

1  Cf. numéro spécial de la Revue d’esthétique, 3–4, 1980 consacré à Étienne Souriau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Étienne Souriau », Trivium [En ligne], 6- Esthétique et science de l'art, mis en ligne le 02 mai 2010, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://trivium.revues.org/3674

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo DVA-Stiftung
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • Revues.org